Il m’est toujours difficile d’écrire sur une tranche de ma vie, j’ai plutôt tendance à partager des faits scientifiques sur divers domaines, basés sur des ouvrages étudiés. Mais l’envie était là alors je me lance dans cet ardu travail qui est de vous raconter cette « nouvelle lubie », comme le dirait nos familles: on se lance dans le minimalisme !

Je tiens donc à préciser que je suis totalement néophyte dans ce sujet, et que cet article ne porte que sur ma propre et minime expérience, qui je l’espère évoluera avec le temps…

Avec mon mari, on a l’habitude de sortir des sentiers battus, alors finalement ça n’a surpris personne qu’on s’intéresse encore à un fait atypique certes mais qui se veut -selon moi-  de plus en plus éco-citoyen! Tout commence avec un paradoxe bien heureux: « je dois renouveler ma vaisselle. Elle est moche et abîmée, je l’ai depuis très longtemps. » Oui mais voilà, ça m’embête d’acheter alors même que j’ai déjà des assiettes et en même temps j’ai bien envie de faire du neuf dans ma cuisine. Il me prend d’une folie acheteuse, chose qui m’arrive rarement, et en quelques clics je chauffe la carte bleue et me mets à rêver  de ces nouvelles assiettes bleutées qui feront un effet chic car assorties à mes meubles. Oui mais voilà, je crains que mes placards trop bien remplis ne tolèrent ces nouveaux arrivants… une seule solution: faire du tri.

Il va donc se passer 1 semaine entre l’achat de ma nouvelle vaisselle et son arrivée et entre temps je me suis auto-cambriolée ! Entre temps, nous sommes passés au minimalisme !

Je ne saurais vous dire comment exactement je suis passée de l’un à l’autre exactement; juste en fréquentant quelques groupes et forums sur le sujet, un soir, entre deux tétées de mon fils j’ai lu un blog s’y référant, regardé des images et l’envie est née (petite dédicace de remerciement à Héloïse Weiner, dessinatrice à www.itsamumslife.fr, qui a fait un post sur son blog à ce sujet) ! J’en ai donc parlé à mon mari, qui lui anticonsumériste à fond  a vu une opportunité de plus pour emmerder les grandes multinationales! 😀

Nous nous sommes donc fixés quelques règles, simples mais basiques pour nous aider à faire le tri tout en douceur :

  • on garde tout ce qui nous est utile
  • et on garde tout ce que l’on aime
  • on donne ou on vend le reste, et de la vente on essaiera de s’acheter un appareil photo (on en rêve depuis un moment, mais les prix sont assez exorbitants!). Ceci nous a donné la motivation de départ  je l’avoue!

 

La 1ère journée: le tri dans les vêtements.

C’est ce que je redoutais le plus et pourtant c’est ce par quoi je voulais commencer. En effet, nous sommes 4, deux adultes et deux enfants de moins de 3ans, ainsi on remplissait aisément chaque armoire et j’avais un stock de cartons invraisemblable rangés pour les vêtements de bébé, plusieurs cartons pour chaque âge… au total il me semble qu’il y en avait 15 en fait pour habiller un garçon de la naissance à 18mois !! J’avais à moi toute seule de quoi remplir une penderie en entier, une armoire en entier et 2 cartons de chaussures! Moi qui ne suis même pas une fashionista … je me suis étonnée de voir tout ce que je gardais depuis tant d’années sans jamais l’avoir mis. Ca a été une vraie phase thérapeutique pour moi, une véritable page qui se tourne. En effet, je gardais précieusement certains vêtements que je portais avant mes grossesses comme des ultimes buts à atteindre, ou encore des vêtements de plus de 10ans comme cette mini robe bustier  (qui se porte sans soutien-gorge… autant vous dire qu’après deux allaitements, ça me fait du bien de plus la voir me narguer dans mon placard!!). Finalement je me suis rendue compte que je tournais avec les mêmes vêtements, et que si je devais me séparer de tous ceux dans lesquels je ne me sentais pas spécialement bien dedans… et bien il en reste pas beaucoup. Le 2nd tri a été de voir le côté utile et du coup de voir le minimalisme de la chose: ai-je vraiment besoin de 4 pyjamas? ai-je vraiment besoin de 4 débardeurs noirs? « Et si j’arrivais à vider totalement cette commode, on pourrait même la vendre, ça ferait plus de place dans la chambre!« .

Au final voici ce qu’il me reste, vous avez là: manteau, veste, pull, teeshirt (manches courtes et longue + débardeurs), robe, jupe, pantalon, vêtement de sport et de ski, pijama et robe de mariée (inutile certes mais trop sentimentalement attachée!). C’est un bon début, bien que je sois sûre que j’effectuerai un 2nd tri d’ici peu !

Cette première journée fût riche en sensations. Toute fière de mes cartons à donner et de mes sacs à vendre, je couche mes loulous comme chaque soir, et de surcroît avec la fierté du devoir accompli. Vous connaissez ce sentiment? C’est ce petit sourire un peu bétouille qui met en avant cette autosatisfaction et cette fierté toute personnelle !! Sauf que… quelques heures plus tard, quand je vais au lit, une angoisse monte, je n’arrive pas à l’identifier. Je rêve que je perds mon mari et je me réveille hyper angoissée. Le côté psy en moi s’interroge, « que veut me dire mon inconscient ? Lui qui ne parle qu’avec des images? » Et si finalement le fait de se séparer des choses, nous rappelait à quel point les gens qu’on aime sont importants? Enlever certaines attaches met forcément en exergue celles qui restent. Et finalement une fois qu’on réalise que les choses ne sont que des choses, le reste revêt une dimension toute particulière.

Avec mon mari ça nous a pas mal ébranlé cette première journée. On pensait pas que ça allait remuer autant de choses. C’est finalement assez thérapeutique, se replonger avec nos transferts, sur nos souvenirs, nos regrets, nos achats compulsifs, nos cadeaux, nos biens matériels si socialement ancrés… et finalement se rapprocher encore et toujours de notre moi véritable !

2ème journée: les jouets des enfants

Avec le papa, on s’était mis d’accord pour que le minimalisme rentre dans notre vie en respectant chaque membre de la famille, ainsi si lui, moi ou les enfants (bon… bébé de 6mois n’a pas encore d’attache matériel ^^) veulent garder quelque chose, les autres ne jugent pas! A chacun de garder ce qui lui fait plaisir et de respecter que parfois on a encore du mal à lâcher prise, bref à chacun son rythme!

Mon mari a donc pris soin de vider tout le coffre à jouet et de faire le tour avec notre fils de ce qu’il souhaite garder ou non, puis il a refait le tour une 2ème fois en nommant chaque objet en expliquant à chaque fois que si on disait au revoir à ce jouet il partirait pour toujours de la maison. Tout s’est fait en douceur. Bon autant vous dire, mon fils a tellement redécouvert certains jeux qu’il lui a été difficile de se séparer de beaucoup d’entre eux. Mais les choses se feront petit à petit …

3ème et 4ème jour : les habits des enfants

Alors là y’avait du stock !! On nous avait donné tellement de choses pour ma première grossesse que je n’avais pas osé jeté/donné qu’on croulait littéralement depuis 3ans sous les cartons, il y en avait partout 0_o  Il était pourtant utile de faire un tri. Puisque comme nous souhaitons d’autres enfants, je devais être attentive à ce que je souhaitais garder. Bien sûr, avec déjà deux enfants, on a une vision plus clairvoyante de ce qui est utile ou non. Et au final, il me reste 5 cartons (avec les affaires actuelles comprises) : de la naissance à 6mois/ 12 et 18mois/ 2ans/ 3ans et 4/5ans.

Nous avons décidé de ne rien vendre, car c’était des dons ou des cadeaux, alors on en a mis sur certains groupes de dons et sinon on en a donné la majorité à La Croix-Rouge. Ayant fait du bénévolat pour cette association pendant un petit moment, j’ai une attache toute particulière avec celle-ci; mais une autre aurait aussi fait l’affaire !

Voilà que sur cette 4ème journée, le soir, mon mari a un petit coup de flip lui à son tour. Il a dû mal à trier ses vêtements, ce vide qui se fait tout au tour de lui l’oppresse un peu. Il a envie de poursuivre mais se demande s’il est vraiment prêt au jour d’aujourd’hui. On décide alors le soir-même de se visionner le documentaire « Minimalism » (en sous-titré français sur Netflix). Ce qui nous a permis de répondre à certaines de nos questions et donc de nous rebooster.

D’ailleurs si vous connaissez d’autres films ou liens sur le sujet, je suis partante (n’hésitez pas à me le mettre en commentaire 😉 ).

5ème jour: le salon et les papiers administratifs.

Là il était surtout question de rangement, car l’ouverture des placards était synonyme de potentiel tremblement de terre avec le risque que quelque chose vous tombe dessus et avec en prime la possibilité de ne pas retrouver certains choses. Mes placards me remercient donc d’avoir pris du temps pour avoir trié et à classé. Et concernant les papiers administratifs, j’ai découvert que certains pouvaient sans souci être jetés. Pour ne pas faire n’importe quoi je me suis référée à ce lien officiel que je vous conseille : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F19134

6ème jour: La cuisine !

C’est certainement ce tri qui est le plus visible car, nous avons pu nous séparer de certains meubles de cuisine. Bien sûr le colis de ma nouvelle vaisselle est arrivée et ça a été pour moi délicat de me dire « ok c’est nouveau, je l’ai acheté car ça me plaisait mais est-ce utile?« . Forcément mes buts ont changé depuis quelques jours et me voilà avec des choses que je n’aurai finalement pas acheté mais quand même c’est neuf, c’est joli, c’est du gadget tentant^^ C’est Monsieur qui m’a remis alors dans les rangs, et puis finalement j’ai pas envie que ça s’entasse dans mes tiroirs. Challenge respecté: tout rentre et est bien rangé !

7ème jour: la salle de bain et les produits ménagers.

Cette étape a été la plus rapide. J’ai fait le tri dans les médicaments et rendu à la pharmacie les autres. Les produits de beauté? bah, étant une habituée du naturel, je n’avais donc déjà pas grand chose. Et pour ce qui est des produits ménagers, je me suis rendue compte qu’il n’y a de fait pas besoin d’un produit pour chaque élément à nettoyer; et vu que je commence – doucement mais sûrement- à faire mes produits moi-même cela réduit considérablement le nécessaire.

8ème jour: le multimédia (livre, CD, DVD…).

Cette étape est loin d’être facile pour moi, car étant actuellement en thèse, des livres j’en possède et j’y vois une vraie utilité pratique, dans le sens où j’aime gribouiller dessus (oui oui je sais certains vont s’offusquer de cette habitude !!), du coup c’est pour moi irremplaçable par du livre numérique ou emprunté en bibliothèque. Pour le reste nous avons décidé de les dématerialiser ou de garder seulement nos favoris. Le reste sera vendu pour compléter notre cagnotte.

Cette étape est toujours en cours et nos ventes aussi.

La maison semble plus grande, chaque objet a sa place, nous connaissons la totalité de nos biens matériels. Chaque chose a une utilité pour le quotidien ou nous apporte un vrai plaisir.

C’est une première étape et nous savons que d’une part un second tri nous sera nécessaire mais aussi qu’il nous fera lutter contre le consumérisme actuel avec d’abord nos anciennes habitudes mais aussi face à nos proches. En effet, ce choix sera délicat, on le sait, à faire respecter auprès de nos familles et amis, qui sous couvert de souhaiter nous faire plaisir pour les fêtes, vont nous offrir des biens matériels. En tout cas, là, de suite, je peux vous dire que je me sens toute légère… comme si finalement je respirais enfin !

Et vous? Minimaliste ou non? Prêt à tenter l’expérience?

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 
"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 

inscris-toi à notre newsletters ! 
( => en un clic sur la barre latérale  !) 
13 réponses
  1. Bernadette
    Bernadette dit :

    Merci de ce bel article, j’ai commencé il y a environ 3 ans en me séparant de tout ce qui n’avait pas été utilisé depuis 2 ans. Puis je suis passé au placard du quotidien pour aller à l’essentiel. Je me sens mieux ainsi mais il reste les papiers administratifs et la…. ça bloque, c’est mon prochain challenge. Lorsque je reçois un cadeau je l’accepte avec plaisir mais je choisis après un objet dans la maison qui doit sortir. Un entrant, un sortant cela fait une rotation sans encombrement.

    Répondre
    • AilesetGraines
      AilesetGraines dit :

      Merci de ton commentaire Bernadette, on est d’accord, on se sent tellement plus léger avec le minimalisme, comme si on se libérait finalement ?
      Arf oui les cadeaux toujours délicat… merci de l’astuce ! ?

      Répondre
    • AilesetGraines
      AilesetGraines dit :

      Merci de votre commentaire.
      Si vous avez tenté plusieurs fois c’est que cela vous attire mais peut-être que ce n’était pas le bon moment dans votre vie, parfois le timing peut aider ?

      Répondre
  2. Adeline
    Adeline dit :

    Super!!! Chez nous aussi c’est en cours mais on mer beaucoup plus de temps qud toi mais on y travaille petit a petit ? et ca fait beaucoup de bien. Apres c’est pas evident avec des enfants (4 et 7 ans) mais on leur explique. Notre cheminement a d’abord commence avec le zero dechet puis petit a petit, ca a evolue vers le minimalisme.
    J’ai bien aime le livre « l’art du minimalisme », je te le recommande.
    Bon ca continue de me motiver tout ca, il faut continuer le tri !

    Répondre
    • AilesetGraines
      AilesetGraines dit :

      Merci beaucoup pour le livre, faudrait que je me le fasse prêter ou voir en médiathèque !
      Ah oui, je me suis demandée également comment on peux gérer cela avec des enfants plus grands et certainements scolarisés, donc peut-être plus en demande car tenté par les copains! Pas évident ?

      Répondre
      • Adeline
        Adeline dit :

        Oui, meme si on leur a bien explique, c’est toujours dur d’essayer de leur faire se separer de certains jouets. On ne veux pas leur enlever de force. On a reussi a faire une bourse aux jouets pour en vendre quelques uns. Comme elle avait trie leurs jouets on les a autorise a se trouver un petit jouet chacune a acheter aussi a cette bourse et elles n’ont pas raler du tout. Avec la grande on lui a lu aussi « la famille presque zero dechet », ca a beaucoup aide. Elle en parle meme a l’ecole. Mais bon, maintenant on tombe a l’inverse, elle veut tout garder pour creer rt faire de la « recup ». J’ao reussi a lui faire jetter les papier emballage des bonbons parce que faut pas pousser quand meme ?.
        Apres c’est sur qu’on a des jouets encore partout qui errent dans les chambres,le salon…. il faut que jeunesse se fasse aussi. Si deja on arrive, nous adulte, a finir de trier Toutes ? nos affaires, ca sera enorme!!!! J’ai hate!!!!!!

        Répondre
        • AilesetGraines
          AilesetGraines dit :

          Oh c’est une chouette idée ça, le recyclage!
          Tu m’as bien fait rire avec le coup du papier de bonbon! ?
          En tout cas, le fait qu’elle en parle à ses amis, je trouve que c’est super positif… elle plante des graines ?

  3. Emma
    Emma dit :

    On a commencé un petit tri aussi de notre côté ! On va avoir besoin de place dans les placards et d’espace pour circuler avec bébé qui arrive. Ça fait tellement de bien !

    Répondre
    • AilesetGraines
      AilesetGraines dit :

      Coucou Emma! Ah oui un bebe qui arrive ça chamboule mais au final en terme d’equipement je me rends compte personnellement qu’on en a toujours trop! Un bébé ça ne demande pas tant que ça … en terme de placard du moins! Lol

      Répondre
  4. Sandy
    Sandy dit :

    Waouh, ça donne envie ! Il faudrait que je fasse pareil. C’est vrai qu’on se sent bien quand on fait du tri. Bravo et merci pour cet article intéressant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.