Aujourd’hui je souhaitais te parler d’une chose peu commune mais extrêmement douloureuse et violente: celle d’être relégué(e) au 2nd rôle parental. Tu sais ce rôle un peu oublié, qui est dans l’ombre de celle de la figure d’attachement, ce rôle ingrat mais dans lequel t’as pas le droit de te plaindre car après tout si ton enfant est heureux c’est tant mieux.

Et bien ce rôle là, qui est habituellement donné au père, et qui n’est déjà pas facile à porter, met d’autant plus en souffrance quand il s’agit de la mère… Beh oui, faut bien l’admettre, on en parle déjà pas beaucoup de ce 2nd rôle, de ce 2nd parent, mais alors quand tu cherches des témoignages de maman qui le portent alors là c’est quasiment inexistant. Et pourtant… pourtant moi j’en fais partie.
Alors j’avais envie de partager en quelques mots mes maux, afin que peut-être, d’autres mamans, se sentent moins seules à leur tour.

Mon aîné de 3ans, n’a d’amour que pour son père, et quel merveilleux père a-t-il! Sois en sûr je trouve moi-même que mon mari est un père merveilleux (c’est pas difficile, moi qui n’ai justement pas de père, j’aurais bien aimé en avoir un comme lui… hum hum… FREUD me guette ^^lol). Oui mais voilà, mon fils oublie parfois qu’il a deux parents aimants… « Youhou j’existe, tu sais je suis là, oui oui celle-là même qui s’occupe de toi H24 et 7j/7, celle-là même qui t’a porté, mis au monde, nourri et re-porté pendant des heures et des heures; oui oui celle-là même qui pense à quel vêtement te proposer selon la météo, toujours présente pour te préparer des repas sains et équilibrés, qui réfléchit aux différentes activités qui pourraient te plaire, qui jongle au mieux entre travail/tâches ménagères/fratrie… Bref cette mère qui fait de son mieux mais qui a cette sensation que ce n’est jamais assez. Alors oui bien sûr, qu’on ne donne pas pour recevoir, encore moins avec les enfants. Mais ça n’empêche que lorsque tu vas mal seuls les grands bras de papa sèchent tes larmes, que lorsque tu vas bien c’est encore avec papa que tu veux jouer. Et moi, je reste là, près de toi, tentant alors au mieux de me rendre disponible; mais pendant ce temps des tâches du quotidien m’incombent « automatiquement« .

On ne nous prépare pas, nous mère, à être reléguée au 2nd rôle; on a plutôt justement l’habitude d’être épuisée par ce rôle énergivore qu’est la figure d’attachement. On en parle beaucoup de cette figure d’attachement, ce parent qui prend tout, parfois trop… mais dis-toi que c’est encore pire de faire tout et de ne recevoir rien. Dis-toi que c’est encore plus épuisant de donner sans cesse mais de ne pas avoir les bons moments en retour. Car oui, c’est bien moi qui suis en congé parental, c’est bien moi qui m’occupe du quotidien, c’est bien moi qui reste attentive à son évolution, qui tente de lui proposer un environnement épanouissant, et qui est en première ligne pour accueillir ses émotions au quotidien… mais lorsque son père rentre… je redeviens juste une cuisinière, une femme de ménage, une infirmière, et à l’occasion un petit clown!
Et je le vois main dans la main, amenant son père au loin… et mon coeur de maman se brise.

« Cette situation dure depuis + de 2ans maintenant, et lorsque je te vois encore me repousser pour un câlin, que tu veux encore te blottir contre ton père et que tu me demandes même de sortir de la pièce, il est difficile de ne pas le ressentir comme du désamour. Et toutes mes connaissances en psychologie, toutes mes compétences en bienveillance, n’y changeront rien… je dois juste me satisfaire de tes miettes en me répétant sans cesse que le principal c’est que tu sois heureux, que le principal c’est que tu trouves en ton père une figure solide pour grandir, que le principal c’est que je t’aimerai toujours quoi qu’il arrive. Car cette douleur, elle m’appartient, c’est à moi -et seulement à moi- de prendre soin de moi pour mieux prendre soin de toi et que notre relation soit toujours source d’amour. J’ignore si un jour tu voudras venir vers moi, mais sache, mon ange, qu’importe ce que tu en décideras et le temps que cela pourrait prendre… moi je reste là. Je serais toujours là pour toi. »

A toutes ces parents extraordinaires un peu oubliés, à tous ces parents du 2nd rôle…
moi je pense à vous.

3 réponses
  1. Emma
    Emma dit :

    Trop dur à lire… ca doit être vraiment dur à vivre. Je suppose que cela évolue par phase ? Est ce que cest lié au temps que tu passes avec lui vs celui d’Alex ? Tu es 100% dispo et t’occupe de tout le quotidien lorsqu’Alex donne moins de temps donc plus de jeu/rires etc… ?
    Grosses bises ! Emma

    Répondre
    • AilesetGraines
      AilesetGraines dit :

      Il y a des jours plus faciles que d’autres. ça a toujours été ainsi, et ce depuis ces 9mois environ, avant ce n’était que maman, puis depuis que papa… ça changera encore certainement. Notre 13mois n’a que d’yeux que pour moi … comme quoi d’un enfant à l’autre ! 🙂

      Répondre
      • Sylvie
        Sylvie dit :

        Je te comprends j’ai porté mes juju de 5 ans je les porte très à bout de bras et hélas ils ne voient que leur père qui les soutient bref je ne sers qu’à… Pas grand chose

        Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.