Profiter au mieux de ses enfants, pour une famille heureuse

parentalité positive

Saviez-vous que 34% des enfants de moins de 15 ans affirment qu’ils ont la sensation d’être délaissés par leurs parents ? Et que 54% ressentent le besoin de passer plus de temps avec eux ?

On aime nos enfants, c’est une évidence.
Mais parfois on a bien du mal à profiter d’eux, à profiter de leur présence, de leurs rires, à les accompagner dans leurs émotions. 

Qu’elles nous semblent parfois longues ces soirées où, à peine le manteau posé après une harassante journée, s’enchaînent – et nous enchaîne ? – l’une après l’autre toutes les tâches qu’il y a à faire: s’occuper des devoirs, préparer le repas, faire en sorte que tout le monde mange et range la maison, se préoccuper du lendemain,  programmer les jours qui suivent, vérifier le brossage des dents, mettre les pyjamas, lire l’histoire du soir et enfin… éteindre la lumière. 

Nombreux sont les parents qui aimeraient parfois passer directement à cette étape, leur rappelant ce lointain souvenir qu’ils ont connu avant d’avoir des enfants: je rentre, je m’affale ! 

Alors bien évidement qu’on les aime nos enfants, c’est bien eux que l’on aime le plus au monde… et c’est d’ailleurs souvent pour eux que l’on dépasse nos propres limites, que l’on fait tout cela.

« Tout cela » ? Et si s’interroger un peu sur ce « tout cela » permettait de recentrer justement nos priorités, permettait de les remettre en adéquation avec nos besoins profonds ?!

Qu’arrive t-il lorsque nos besoins à nous ne sont pas entendus, écoutés, ou respectés? Et bien la cocotte finit par exploser. Invariablement. Et avec cette explosion vient un débordement émotionnel, où l’on s’en prend aux êtres avec qui l’on vit, et donc paradoxalement que l’on aime le plus. On attend alors de nos enfants qu’ils ne courent plus, qu’ils ne fassent plus de bruit, qu’ils se mettent au lit.

Puis inévitablement on culpabilise d’en être arrivé/e là. D’une part car on a pas profité vraiment d’eux, et d’autre part car on a abîmé notre relation avec eux. 

Et si tout cela pouvait être complètement évité ? Et si, en écoutant simplement nos besoins on pouvait retrouver une sérénité nouvelle et salvatrice ? 

« Comment faire », me direz-vous ?

Et bien déjà, en ne confondant pas vos envies et vos besoins. 

En effet, c’est la première erreur que beaucoup de personnes, et de parents, font. En voici un exemple illustratif: j’ai soudain une forte envie de m’affaler sur le canapé. Est-ce un besoin de tranquillité morale, physique ou psychique? Est-ce encore tout autre chose ? L’envie de vous affaler sur le canapé est guidé par un besoin, l’identifier vous aidera énormément. Car, peut-être est-il possible de satisfaire ledit besoin par autre chose que le canapé, par une action plus en adéquation avec les responsabilités et les possibilités du moment. Identifier vos besoins quand ils sont là, c’est vous affranchir de la simple envie « objet », c’est reconnaître pleinement et entendre vos besoins, et c’est s’ouvrir  le champ des possibles pour les apaiser, voire les combler. 

Sur un tout autre plan, il est très souvent apprécié d’instaurer la petite habitude  suivante, qui aide à l’écoute de soi, de ses besoins et de ses émotions de parent fatigué au cours d’une semaine ordinaire. Avant de franchir le seuil de la maison et de vous jeter dans le grand bain au retour de votre journée, prenez quelques minutes dans votre voiture, pour respirer, vous déconnecter de votre journée et vous recentrer sur vous en tant qu’humain, ici et maintenant… cela vous aidera à tâter bien plus aisément la température de l’eau en arrivant et donc à être plus présent/e et connecté/e à vous-même avant le grand plongeon. Peut-être pouvez-vous également, en concertation avec votre conjoint/e, vous organiser des temps de récupération, juste pour vous. Il n’est pas rare de voir certains parents aller au sport sur leur pause du midi par exemple, alterner les soirées avec l’autre pour s’occuper des enfants, se planifier une « journée récupération », pour prévenir plutôt qu’exploser. Certains/es prennent quelques minutes ici ou là afin de faire des exercices de sophrologie, de relaxation. A chacun/e ses petites astuces… 

Mais encore faut-il se permettre de les positionner non pas comme de l’exceptionnel mais comme de vraies routines habituelles, auxquelles on ne déroge pas. Car c’est en légitimant pleinement ses propres bouffées d’air frais que l’on apprend ou réapprend à prendre soin de soi. Et c’est en apprenant ou réapprenant à prendre soin de soi que l’on pourra prendre soin des autres.

N’oubliez jamais la métaphore de l’avion: en cas de turbulences, tout parent doit avant tout mettre son propre masque à oxygène s’il souhaite pouvoir aider son enfant à mettre le sien. Or, force est de constater que par amour pour nos enfants (… ou désamour de soi ?) on a du mal à lâcher prise. On se demande beaucoup, et tout le temps. Et une fois la barre atteinte, on la relève sans cesse. Que cherche t-on à démontrer ? Et à qui ? 

Nos enfants n’ont pas besoin de supers-parents; ils ont besoin de parents aimants, présents, et épanouis. 

D’où le second axe essentiel de cet article: la quantité de temps n’étant pas forcément extensible dans un quotidien surchargé, il est absolument nécessaire de savoir prendre du temps de qualité. 

En effet, nous sommes tous focalisés/es sur le temps, ou plutôt sur la quantité de  temps: temps pour faire les courses, faire à manger, faire faire les devoirs, temps pour les habiller, donner le bain… et même parfois temps pour jouer avec eux ! Cependant derrière la fameuse phrase « je n’ai pas le temps », un enfant entend « je n’ai pas envie de prendre ce temps ». 

Car pour un jeune enfant, dans sa construction psychique, le monde tourne autour de lui, et son monde à lui tourne autour de nous. C’est une chose que l’on a tendance à oublier (ou que l’on souhaite oublier), et ce n’est la faute de personne, au vu du quotidien bien rempli que nous avons tous. 

Il semble évident que nous ne pourrons pas rallonger les journées; et de toute façon avoir davantage d’heures ne servirait à rien puisque nous en profiterions pour nous rajouter des choses à faire. Et cela tombe finalement bien: ce n’est pas la quantité qui compte le plus pour les enfants, mais bien la qualité ! 

Pour s’en convaincre il suffit d’en faire l’expérience. Les enfants sont très sensibles et réceptifs lorsque l’on passe du temps avec eux. Si vous passez ce temps en pensant à autre chose, ou si vous avez votre téléphone dans la main en même temps que vous jouez avec eux, ils sentiront automatiquement votre état de semi-présence; vous allez dépenser beaucoup d’énergie à faire plusieurs choses à la fois, pour au final ne satisfaire les besoins affectifs qu’à moitié. L’enfant sera frustré, demandant encore plus, plus que vous ne faites déjà; et vous concernant il est fort probable que vous vous sentiez dépassé/e, avec un sentiment important de ras-le-bol: « J’ai passé mon temps à jouer avec lui/elle, mais il/elle n’est toujours pas content/e ! ».

 

Connectez-vous au moment présent, connectez-vous réellement au moment que vous passez en ce moment-même avec votre enfant. Passez en mode Mindfullness (le « ici et maintenant ») pour partager un vrai moment de qualité avec vos enfants. Et pour peu que vous vous laissiez totalement aller en laissant s’exprimer votre part d’enfant, vous verrez très vite que ce n’est pas seulement le vase de vos enfants que vous allez remplir de joie et d’amour… mais également le votre !

Car oui, ce « tout cela », on le fait pour eux certes; mais c’est en le faisant aussi pour nous que l’on mettra en place un climat propice à notre propre épanouissement, et à celui de toute la famille.

 

 

coach en développement personnel et familial

__________________________

🎁 Reçois GRATUITEMENT 7 fiches bienveillance pour prendre soin de toi toute une semaine, en cliquant ici: https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/ 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/

👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.