Tout comme l’adulte, l’enfant cherche trois éléments principaux sur internet.

Tout d’abord, le plaisir de pouvoir avancer masqué derrière un pseudonyme ou un avatar. Sur internet, chacun aime pouvoir se cacher et se montrer à volonté, se dissimuler ou se dévoiler à son rythme personnel. Ce n’est pas mal agir qu’agir ainsi, c’est même une protection de son intimité. Cela devient cependant délétère lorsque l’individu se sent protégé au point de s’en prendre aux autres ou de se mettre soi-même en danger (par exemple ces adolescentes qui s’exhibent ).  En second lieu, les enfants comme les adultes vont sur internet pour valoriser leurs expériences personnelles en se racontant et – ou – en se montrant. Il s’agit là d’une composante éternelle de l’être humain, qui se différencie de l’animal par son désir de se raconter en utilisant des mots, mais aussi des images, et évidemment des attitudes et des mimiques. On assiste néanmoins à un étalage grandissant de son intimité, en commençant par le simple fait de mettre à disposition des photos de soi, de son quotidien, de ses enfants…  Enfin, la troisième caractéristique des réseaux sur internet est de confronter l’enfant et l’adulte à un monde dans lequel il est impossible de savoir ce qui est vrai et ce qui est faux. C’est un monde où chacun est invité à se laisser porter, à suspendre son jugement, et à croire ou ne pas croire selon ses goûts, avec le risque de brouiller les repères. C’est pourquoi l’accès des jeunes à internet et son usage doivent être – selon moi- non seulement cadrés, mais aussi accompagnés jusqu’à maturation de l’utilisation (ex : le contrôle parental). Je ne me risquerai pas de donner un âge (comme le font certains) afin de borner l’utilisation d’internet, qui peut être avouons-le, un fabuleux outil. En effet, j’aime à croire que chaque parent connait assez son enfant et donc sait de surcroit où il en est dans sa maturation intellectuelle et dans l’analyse des choses qu’il voit et vit pour donner accès ou non aux réseaux virtuels. Bien que, la seule règle selon moi est d’attendre que l’enfant/ adolescent en témoigne une envie … nul besoin de lui en créer une ! Gardons à l’esprit, qu’il est toujours préférable d’aller au rythme de l’enfant (et non pas l’inverse…).

Avec l’évolution des utilisations des forums sur internet, il est impossible d’ignorer l’explosion des réseaux sociaux. Ainsi, si les forums de « résolution de problèmes » se développent, ils le font à une vitesse bien moindre que les forums de recherche d’individus. L’exemple des groupes , qui permettent de rencontrer des individus par affinités, est à ce titre parfaitement révélateur. Quant à savoir si la qualité du lien social entre individus ayant des problèmes à résoudre en commun est plus importante, c’est là une autre question.

Le terme de « lien » induit l’idée « de ce qui relie, de ce qui unit, de ce qui rapproche » ; quant à l’adjectif « social », il souligne « ce qui se rapporte aux liens que les individus établissent entre eux », « qui constitue la société ».

A l’heure où les réseaux sociaux sont pourtant mis en avant, internet reste tout de même perçu comme un lieu d’isolement : la personne, seule face à un écran, a la possibilité de communiquer avec des millions de gens sans même se lever de sa chaise. Il y a rupture de la relation interpersonnelle traditionnelle, rupture du lien physique, disparition du corps. Il y a mise à mal du lien social de face-à-face, remplacé par du virtuel (versus réel) : on peut discuter, jouer, et même vivre sur internet. Vivement dès lors critiqué par ses détracteurs, certains iront même jusqu’à parler de “danger”.

Néanmoins, un rapide regard dans le rétroviseur de l’histoire montre que l’homme a franchi de nombreuses étapes dans sa relation à l’autre : le regard, le geste, la parole, le dessin, le chant, la musique, le tam-tam, la fumée, l’écriture, l’imprimerie, le télégraphe, la radiophonie, la télévision, le Minitel, internet… Cette évolution nous paraît avoir été progressive ; elle se réalisait, pense-t-on, selon le rythme de l’homme. Pourtant, chaque passage a donné lieu en son temps à des peurs, à des rejets, à des enthousiasmes et à des espérances et puis finalement à une adaptation !

Ainsi, internet pourrait être une belle métaphore d’un nouveau lien social, car tout le monde peut être émetteur et/ou récepteur. Car, ce qui peut faire lien social dans les réseaux sociaux virtuels, c’est l’intérêt partagé et le lien d’appartenance qui se créent parmi les usagers du réseau.

SOURCES

BAKIS, Henry. Les réseaux et leurs enjeux sociaux. Paris: Presses universitaires de France, 1993.127p, (Que sais-je?)

CASTELLS, Manuel. La société en réseaux, l’ère de l’information. Paris: Fayard 2001. 671p, (Nouv. Ed)

COMPIEGNE, Isabelle. La société numérique en question(s). Evreux : Editions Sciences Humaines, 2011. P127, (Petite bibliothèque de Sciences Humaines)

MERCKLE, Pierre. Sociologie des réseaux sociaux. Paris: La Découverte, 2004. 128p, (Repères)

TORLOTING, Philippe. Enjeux et perspectives des réseaux sociaux. Paris : Institut Supérieur du commerce, 2006. 42p, (Mémoire) 

CAYUELA, Josian. « Veux-tu devenir mon ami(e) ? ». EMPAN, 2009, N°76 : « Réseau Internet et Lien Social », p.17-21

CHAUDET, Johann. « Les usages adolescents des TIC, entre autonomie et dépendance ». EMPAN, 2009, N°76 : « Réseau Internet et Lien Social », p.24-28

DELAUNAY-TETEREL, Hélène. «Sociabilité juvénile et construction de l’identité ». Informations sociales, 2008, N°145 : « L’individu et ses appartenances », p.48-57

EMERY, Françoise. MAGOS, Isabelle. « Adolescents Confidences sur Internet ». L’Ecole des parents, 2009, N°577, p.1-63

HERAULT, Adeline. MOLINIER, Pierre. « Les caractéristiques de la communication via Internet ». EMPAN, 2009, N°76 : « Réseau Internet et Lien Social », p.2-6

LANIAU, Jerôme. « Vers une nouvelle forme d’intelligence collective ? ». EMPAN, 2009, N°76 : « Réseau Internet et Lien Social », p.29-33

LAURU, Didier. « Internet, pulsion et lien social ». EMPAN, 2009, N°76 : « Réseau Internet et Lien Social », p.7-10

MAILAT, Maria. « Réseaux sociaux : théories et pratiques ». Informations sociales, 2008, N°147

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.