Le flambeau de la critique s’allume plus souvent pour détruire que pour éclairer“.

Pierre-Marc-Gaston de Levis

La critique c’est important mais avoir le sens critique c’est mieux. En effet, c’est par le fait même de remettre en question les choses, de s’interroger sur le bien-fondé de la soi-disant normalité que l’on peut ouvrir notre esprit à du neuf et du meilleur. Cependant si on sait tous critiquer (il suffit d’écouter les commentaires autour de la machine à café, ou les commérages de quartier, ou même les émissions de TV…), il est rare que ça soit fait avec bienveillance et dans un but d’amélioration. Car une critique constructive se doit avant tout de suivre les mêmes règles que la communication non violente, c’est-à-dire:

  • s’exprimer de façon à favoriser une communication non violente
  • souhaiter établir une relation empathique
  • susciter des partenariats et non de la compétition
  • et être humble sur ses savoirs et ses compétences propres: on peut apprendre de tous et ce qu’importe l’âge, le sexe ou l’expérience de celui que l’on a en face de soi.

D’ailleurs Arthur C.CLARKE disait que “l’information n’est pas la connaissance, la connaissance n’est pas la sagesse, la sagesse n’est pas prescience; mais l’une découle de l’autre et nous avons besoin de chacune d’entre elles“. Repensez à toutes ces fois par exemple où vous apprenez de vos enfants, ils sont petits, avec moins d’expérience, et pourtant…. pourtant chaque jour ils vous montrent comment on s’enthousiasme d’un rien, comment à travers un sourire on peut revoir le monde en rose !

La critique constructive, se veut donc bienveillante, sans jugement, et surtout elle doit prendre la forme d’une interrogation afin de réinterroger et de faire soit progresser soit amener la discussion.  Seulement dans notre société hyper compétitive où c’est celui qui a le dernier mot qui paraît avoir raison il paraît bien difficile de mettre cela en pratique. Et pourtant, il serait fort intéressant de s’y mettre pour l’apprendre à nos enfants. Comme LIEDLOFF le dit: “le comportement social d’un enfant se développe à partir des influences attendues et des exemples fournis par la société“. Ainsi des pulsions innées le poussent à agir comme ses compagnons semblent le lui demander. Imaginez un instant ce que serait le monde si la bienveillance était ordinaire et ce même dans la critique… ça laisse songeur !

Cependant, l’humanité en est là où elle en est, et il semble dans un premier temps important d’apprendre aussi à nos enfants à penser par eux-même, et cela passe par interroger le monde dans lequel ils vivent. Cela passe aussi par vous, enseignants, éducateurs, parents, grands-parents, oncle/tante, parrain, marraine… de ne pas répondre par la banalisation: “c’est comme ça ! “. “La curiosité d’un enfant et son désir d’accomplir des choses par lui-même définissent sa capacité à apprendre sans sacrifier aucune partie de son développement” (André STERN).

Ainsi voici les 5 conseils que je pourrais vous donner pour ne pas casser l’élan spontané de l’enfant vers la pensée critique :

1- Soyez son modèle d’humilité

Ne jugez pas ses questions, même si elles vous paraissent dénuées de sens ou d’intérêt et même s’il vous le demande pour la 1001ème fois. Ne répondez pas par l’affirmation “c’est comme ça/ c’est ainsi/ tout le monde fait ça” etc… Ainsi, si vous ne savez pas répondre, dites-le, on a le droit de ne pas savoir. Proposez à l’enfant selon son âge soit de rechercher par lui-même une réponse ou du moins un début, soit de l’y aider.

2- Demandez-lui, lui ce qu’il en pense

Il n’est pas rare qu’un enfant ait besoin de nous montrer ses dessins par exemple, ne pas hésiter à lui demander ce qu’il en pense lui avant de VOUS porter un jugement (d’ailleurs abstenez-vous de le faire plus possible, tous les goûts existent en ce monde!). Par exemple vous pouvez lui dire: “et toi tu aimes? / et toi tu en penses quoi?”

3- Apprenez lui l’empathie pour lui et pour autrui

Rien n’est parfait et rien ne le sera jamais. Il est donc de bon ton de lui montrer qu’on peut s’aimer et aimer les autres sans perfection (et heureusement !). S’il lui arrive de faire une critique, dites-lui que c’est son point de vue, que ça n’engage que lui, que d’autres peuvent penser différemment et qu’il est important de respecter le point de vue des autres; et pour cela utiliser la communication non violente. Un exemple tout simple, que l’on fait assez spontanément quand les jeunes enfants disent “berk c’est pas bon”. On peut dire, sans le reprendre mais en reformulant : “ah oui, tu n’aimes pas? ce n’est pas à ton goût?”. N’oubliez pas que vous êtes son exemple, abstenez vous encore une fois de porter un jugement sur son jugement ! Lorsque l’enfant ressent qu’il a un “problème”, ou qu’on ne l’accepte que pour ce qu’il est ou ce qu’il fait, cela active en lui les mêmes neurones que lorsqu’il ressent une forte douleur physique.

4- Stimuler sa curiosité

Alors pour cela c’est assez simple. Les enfants sont curieux par nature, il suffit donc de laisser leur enthousiasme les guider. Mais ce n’est pas évident, en tant qu’adulte, souvent bridés depuis des années, de ne pas freiner cet enthousiasme naturel. Un simple conseil ici: lâcher prise, et limiter les interdiction, les négations, et laisser votre enfant rêver. Ne vous inquiétez pas, la réalité de la vie il la connaîtra dans tous les cas ! Vous ne l’avez pas élevé dans une grotte, si ?! Alors il la connait déjà!

5- On apprend à faire et pas à être

Chaque enfant est different, et évoluera à son rythme. Chaque enfant voit le monde à sa façon, si on ne le bride pas dans ses questions, dans son enthousiasme et dans ce qu’il est. Il réinterrogera naturellement le monde qu’il entoure avec confiance et bienveillance.

SOURCES

A. STERN, Semeurs d’enthousiasme, Manifeste pour une écologie de l’enfance, Edition Instant présent, 2014.

M.B. ROSENBERG,  Vers une éducation au service de la vie, Edition de l’Homme, 2003.

J. LIEDLOFF, Le concept du continuum, La recherche du bonheur perdu, Ambre édition 1975, ed2006. 

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI




Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.