Après avoir lu et relu, et avec mes expériences personnelles je résumerai la communication bienveillante en 3 petits et simples points. En effet avant de dire quelque chose à quelqu’un et particulièrement à une personne que vous aimez, je vous recommande de vous demander:

1 / Est-ce que ce que je vais dire est utile ?

Si oui, est-ce utile pour vous? ou pour votre interlocuteur? Car l’utilité est subjective, donc demandez-vous bien si ce que vous allez dire sera utile à votre interlocuteur et ce qu’il peut en faire de bien et donc quelle incidence positive cela aura sur lui. Si vous hésitez, alors posez-vous la deuxième question.

Cependant si vous estimez que c’est utile mais plus pour vous que pour votre interlocuteur alors aller voir le point n°3.

2/ Est-ce que je vais dire est gentil/ positif ?

En effet, quel est vraiment l’intérêt de dire quelque chose de négatif à quelqu’un tout en sachant que cela sera difficile et douloureux pour lui et que vous allez le vexer voire carrément le blesser. Cependant si vous avez répondu oui à la question précédente, et qu’il y a un intérêt à dire certaines choses alors je vous conseille de lire le point 3.

3/ Si ce que vous avez à dire est utile mais pas forcément gentil et/ ou positif, apprenez quand les dire et comment les dire.

Cela semble simple mais c’est pourtant le point le plus important et le plus délicat, et c’est là ou la communication bienveillante prend tout son sens. En médiation, il n’est pas rare de s’apercevoir que tout est une question de communication, et ô combien de fois j’ai trouvé dommage le mot de trop ou le mauvais timing ! Alors pour vous aider à trouver le moment et les bons mots il vous suffit de vous mettre à la place de l’autre, par exemple: auriez-vous vraiment envie qu’on vous dise que vous avez pas fait ou mal fait telle ou telle  tâche ménagère alors même que vous venez de rentrer du travail ou que les enfants crient? Personne c’est évident ! Alors prenez juste votre mal en patience pour que vos remarques soient écoutées et prises en considération. Cela sera d’autant plus bénéfique pour vous ainsi que pour votre interlocuteur.

En bref, si c’est ni utile, ni gentil, abstenez-vous ! Et si c’est utile mais désagréable mettez-vous à la place de l’autre et prenez le temps de trouver le bon moment et les bons mots. 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI


0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.