Interview d’un zèbre hypersensible:
“Un homme qui ne colle pas à la norme”

Pourrais-tu te décrire en quelques mots pour celles et ceux qui ne te connaissent pas ?

Je m’appelle Hasan, j’ai 32 ans, marié, avec un petit bout d’amour de 7 mois à la maison. Je suis technicien dans un laboratoire de R&D dans l’industrie du béton.

Comment as-tu découvert que tu étais « hypersensible »?

J’ai découvert mon hypersensibilité suite à un burn-out. Je suis allé consulter un psychologue, pour être honnête c’était compliqué de franchir le pas car j’ai toujours eu l’impression d’avoir un problème psychologique ou d’être un extraterrestre. Puis le diagnostic est tombé, zèbre et hypersensible. 

Comment cela se matérialise dans ton quotidien ? Que ce soit dans ton travail ou dans tes relations?

“Tellement masqué que des amis d’enfance ne s’en sont même pas rendus compte. On me qualifie même de sans coeur…. “

C’est assez compliqué à expliquer. J’ai verrouillé pendant très longtemps toutes mes émotions et mon hypersensibilité (je ne savais ce que c’était mais les sentiments étaient présents et incompréhensibles). Tellement masqué que des amis d’enfance ne s’en sont même pas rendus compte. On me qualifie même de sans coeur…. J’ai souvent besoin de m’isoler pour me protéger. Les sons trop forts, trop aigus, trop graves, pas équilibrés,… me donnent des migraines et je déconnecte complètement après avoir dépassé ma limite acceptable. Les lumières trop agressives me dérangent, je préfère les endroits sombres. Les matières, je suis obligé de choisir mes vêtements en prenant en compte les matières sans qu’il n’y ait aucune logique. J’ai besoin de toucher et de connaître la sensation. Je peux par exemple être complètement dégouté d’une matière sans raison logique. Les odeurs sont soit très agréables soit ça me donne de violentes nausées. Le goût pareil suivant la préparation de certains aliments je ne peux absolument pas les manger. C’est très compliqué dans mon quotidien dans le privé ou au travail. Tout est ressenti, émotion et intuition. Tous mon fonctionnement se base là-dessus. Les émotions par exemple, quelque chose qui ne me procure pas d’émotion ne m’intéresse pas. Une situation banale peut me faire pleurer mais je ne le fais pas, un homme ça ne pleure pas ! Ça me prend aux tripes, je me sens extrêmement mal mais je ne pleure pas tout est verrouillé…. 

Ressens-tu ou as-tu ressenti, plus jeune, un décalage avec les autres ?

Tout à fait. Je ne me suis jamais senti en phase avec le monde. Toujours obligé d’observer et d’imiter. Rien n’était spontané (ça ne l’est d’ailleurs toujours pas), tous devait être calculé pour coller à la “norme”. De plus je suis né et j’ai grandi dans une cité, et quelqu’un de sensible est quelqu’un de fragile. Donc j’ai dû devenir insensible….

Pour de nombreux hypersensibles, l’amitié est très importante, et pour toi?

J’ai très peu d’amis mais ceux que je possède sont très importants. Je pourrais me donner sans hésiter pour eux. Mais si je suis déçu, je suis incapable de refaire confiance et c’est brisé pour toujours. Je préfère me protéger en n’accordant ma confiance à quasi personne. 

Penses-tu que le fait d’être homme hypersensible soit plus « difficile à vivre », et pourquoi ?

“Je ne colle pas à la “norme“. “

Absolument, comme expliqué plus tôt un homme ne pleure pas, un homme doit être fort, un homme doit être insensible, un homme ne doit avoir peur de rien. Je suis un homme qui pleure, je suis un homme sensible même très sensible autant d’un point de vue sensoriel que d’un point de vue émotif. Je ne colle pas à la “norme”. 

Beaucoup de personnes de ma communauté vivent leur sensibilité négativement, et voient cela comme un handicap. Le vois-tu ainsi ?

Je trouve que c’est compliqué mais ce n’est pas un handicap. Pour moi c’est être connecté à 100% à la vie. Une façon d’être au monde de toute son âme et de tout son coeur. Malgré les “désagréments” je ne voudrais pour rien au monde être différent. Peut-être mieux le comprendre afin de mieux le vivre.

Selon toi, qu’est-ce qu’on pourrait mettre en place pour voir l’hypersensibilité comme une caractéristique positive?

Je ne sais pas trop mais déjà commencer par faire comprendre que ce n’est pas être “une pleurnicheuse” mais que c’est une connexion au monde exacerbée. Que tout le monde est sensible à son niveau. Mais les hypersensibles ont les niveaux de sensibilité réglés sur 1000%. Je sais par contre que c’est compliqué car ce n’est pas la “norme”, et surtout que le référentiel est différent. Quand une personne dit être gênée par un bruit, je vis ça comme une violente agression par exemple. Et faudrait peut-être trouver un moyen de représenter ça. Comme on fait pour la sécurité routière où on fait porter des lunettes qui déforment le champ de vision afin de simuler celui d’une personne saoule. 

Si tu es également père, comment accompagnes-tu la sensibilité de tes enfants au quotidien?

Ma fille n’a que 7 mois donc pour l’instant je suis une éponge à émotions et j’ai parfois l’impression de ressentir ce qui se passe dans son esprit. 

Pour conclure cette interview, un mantra qui te guide au quotidien et que tu aimerais partager ?

Je n’en ai pas vraiment mais je me dis que je dois essayer d’être une bonne personne et de respecter mes valeurs et mes principes de vie. Je suis persuadé que la gentillesse ne peut amener que la gentillesse. 

“Je suis persuadé que la gentillesse ne peut amener que la gentillesse.

Si cet article te parle ou si tu penses qu’il peut aider une autre personne, n’hésite pas à le partager et donc à donner de la visibilité à ce sujet si méconnu !

La Newsletter qui prend soin de toi

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.