,

Interview de Magalie: une doula au service des mères et des familles

Aujourd’hui c’est avec beaucoup d’émotions qu’on te présente à la fois une personne mais aussi un travail qui mérite tant d’être mis en avant.
En effet, Magalie, mère de trois enfants exerce le beau métier de doula – elle est d’ailleurs co-présidente de l’association des Doulas de France; et nous fait l’honneur de répondre à toutes nos questions, et ce avec passion !
Ce métier, n’est pas celui qui nous vient spontanément quand on attend un enfant, et pourtant, dans une société de plus une plus médicalisée, où la santé prend le pas sur l’écoute et la bienveillance;  ça fait plus que du bien d’être entouré de professionnels compétents qui nous écoutent et nous accompagnent dans cette période si belle mais aussi si délicate qu’est la parentalité…

1/Bonjour Magalie, serait-il possible que tu te présentes en quelques mots?
Bonjour. En quelques mots? Pour la bavarde que je suis, ça risque être compliqué ? Je suis Magalie, maman de trois filles, passionnée par tout ce qui tourne autour de la périnatalité depuis toute petite, et amatrice de peinture.

 

2/ As-tu toujours eu envie de devenir doula? Comment est née cette vocation?
Je n’ai pas toujours eu envie de devenir doula, puisque j’ai connu ce terme tard dans mon parcours de maternité personnel, mais j’ai toujours eu envie d’être auprès des bébés déjà enfant, puis ce sentiment s’est renforcé en grandissant. Jeune adulte je savais que j’aurais des enfants, le plus naturellement possible! Puis quand l’envie est née au sein de notre couple d’avoir un bébé, la PMA (procréation médicalement assistée) s’en est vite mêlée. Je me suis vite aperçue que l’on est très seuls dans cette épreuve, presque déshumanisée, on devient un numéro, un dossier. J’ai toujours eu envie d’aider les autres, être à l’écoute a souvent été une qualité qu’on me prêtait. Après la naissance de notre dernière fille à la maternité , suite au deuil d’un AAD prévu au départ, je me suis questionné, comment je pourrais aider, des femmes, des couples, afin qu’ils soient entendus, soutenus dans leur projet. J’ai d’abord cherché du côté de la Leche League et du soutien à l’allaitement, puis je suis tombé sur le site des Doulas de France, et ça m’est apparu comme une évidence, c’était exactement « ça » que je voulais faire !

 

3/ Tu pratiques donc le beau métier de « doula » ; peux-tu nous expliquer en quoi cela consiste exactement? Quelle est la différence entre une sage-femme et une doula, qu’apporte-t-elle de différent dans l’accompagnement ?
Le métier de doula est avant tout un métier de soutien, d’aide, d’ailleurs on pourrait être dans la catégorie « aide à la personne ». Nous sommes là pour les couples, les mères, la famille aussi parfois, en soutien, un fil conducteur, une écoute. Nous pouvons être là avant la conception, dés le début de la grossesse ou plus tard, le jour de l’accouchement ou non, à la maison ou à la maternité, après la naissance et des fois bien plus ? Lors d’une épreuve difficile, deuil, IVG, IMG… J’aime bien dire qu’il y a autant d’accompagnements différents qu’il y a des couples et des demandes. Sur le site des Doulas de France, on écrit « Une doula est une femme au coté de la femme enceinte et de ceux qui l’entourent, elle est à l’écoute de ses désirs, ses besoins et la suit dans ses choix. Elle propose un accompagnement dans la continuité, une relation de confiance, de complicité et d’intimité de femme à femme.
Pour l’association Doulas de France, la doula a pour vocation d’accompagner et de soutenir la future mère et son entourage pendant la grossesse, l’accouchement et la période postnatale, grâce à son expérience et à sa formation, et cela uniquement en complément du suivi médical choisi par les parents (hôpital, clinique, sage-femme libérale…). Elle accompagne sans discrimination liée aux origines, à la religion ou à la préférence sexuelle des parents. Une doula n’a pas de fonction médicale, elle n’est pas thérapeute. Elle soutient le travail des sages-femmes. »
La différence avec une sage femme? Difficile à dire puisque ce sont deux métiers totalement différents, nous n’avons aucune vocation ou fonction médicale, la sage femme oui, d’un autre côté nous sommes toujours présentes au domicile des parents, nous sommes immergés dans leur mode de vie, leur quotidien, nous pouvons très bien passer deux heures à parler de leur projet de grossesse et de naissance, tout comme parler de tout sauf de ça, faire un brin de vaisselle à une maman fatiguée, passer un coup d’aspirateur, rester auprès des ainés lors d’une naissance à domicile, ou sortir le chien!


4/ Peux-tu assister à un accouchement et si oui quel rôle as-tu dans ces moments là? Et est-ce possible d’accompagner une maman dans un projet d’accouchement à domicile?

Je peux assister à un accouchement si c’est la demande des parents ET en présence d’un professionnel de santé, sage femme ou médecin. Mon rôle sera celui que l’on aura défini avec les parents, soutien physique et émotionnel à la mère pendant le travail, massages, amener à boire ou à manger… Ou être un soutien ou relai pour le papa, ou encore, rassurer et être auprès des ainés lorsque les parents partent à la maternité ou lorsque les enfants restent au domicile lors d’un accouchement à domicile. Et du coup, oui il est tout à fait possible d’accompagner un couple dans un projet d’accouchement à domicile.

 

5/ C’est un métier peu connu, qui demande de réelles compétences. A ce sujet, est-ce que tu pourrais nous parler de la formation qu’il faut faire pour devenir doula? 

J’ai personnellement suivi la formation dispensée par l’Institut de formation doulas de France, c’est une formation qui se déroule sur une année. Le nombre d’heures proposé est équivalent à celui des formations de métiers du service à la personne.
En se basant sur ce cursus, l’Institut propose une formation de doula de 27 jours, menant à l’obtention du certificat de doula de l’Institut. C’est une formation complète et riche!
Il existe d’autres formations en France, dont je ne connais pas le contenu, je ne pourrais pas en parler du coup, mais elles sont trouvables facilement sur internet.

 

6/ Si je comprends bien tu te rends donc disponible pour la femme mais aussi le couple voire pour l’entourage, tu accompagnes aussi bien en amont qu’en post-naissance, c’est bien cela? Du coup dans ta vie personnelle comment gères-tu les deux casquettes de doula et de maman? Car un accouchement intervient n’importe quand, de jour comme de nuit!
Oui tout à fait ? Dans ma vie personnelle c’est pas mal de jonglage en fait ! J’ai un travail à côté à temps partiel, mais je suis assez libre dans la gestion de mon temps de travail, de ce fait, lorsqu’un couple m’appelle en journée, mes filles étant à l’école, je préviens leur papa, artisan, qu’il devra quitter son chantier un peu plus tôt pour aller les chercher. Mais comme la majeure partie du temps je suis appelé la nuit ou le week end c’est plus simple! Le plus difficile physiquement étant d’enchainer une journée de travail, avec la présence à une naissance la nuit sans avoir dormi, rentrer à la maison et aller chercher les filles dans la foulée à l’école et reprendre le fil du quotidien, le tout baigné d’ocytocine!!

 

7/ Il y a, je te laisse me le confirmer, un lien privilégié qui se crée entre toi et la personne : est-ce que la fin d’un accompagnement, après des mois d’accompagnement , n’est pas souvent difficile à vivre?
Cela est indéniable !! Il se crée, presque toujours, un lien très fort !! J’ai partagé quelques mois des plus riches de la vie de parents qui accueillent un bébé . J’ai un lien privilégié avec ces couples, ces mères, mais je ne dirais pas que c’est difficile, c’est beaucoup d’émotions oui, parfois des larmes, partagées avec eux, ou seule dans ma voiture quand je pars de chez eux pour la « dernière fois », mais c’est toujours un immense bonheur d’avoir partagé ces moments avec eux. Et pour être honnête je garde presque toujours un lien ou un contact avec eux ! Je suis même la « marraine » d’un des bébés que j’ai eu la joie de voir naître !

8/ Aurais-tu un beau souvenir à partager, un accompagnement qui t’aurait marqué?
Des souvenirs qui m’ont marqués, touchés, j’en ai plein, chaque accompagnement est différent, unique, riche, chacun reste dans mon coeur ! Il y a quand même un accompagnement qui m’a marqué particulièrement, une maman qui m’a contacté alors que je finissais ma formation, cet accompagnement « mon premier accompagnement » aura duré plus de deux ans ! Beaucoup de difficultés au départ, mais une magnifique naissance à la maison, baignée d’amour, de complicité, de sourires, j’en ai encore des frissons quand j’y repense! Une belle amitié qui en est née et un superbe petit garçon que j’ai la chance de voir grandir !

 

9 / Ton métier est vraiment fantastique et mériterait d’être d’avantage connu ; d’après toi qu’est-ce qu’il faudrait faire pour qu’il ait la reconnaissance et la place qu’il mérite en France?
Je pense que plus les parents en parleront et feront la demande auprès des professionnels de santé que l’on soit à leur côté, plus nous nous ferons connaître en positif. Puis il faudrait que le métier soit officiellement reconnu. Je pense également qu’une meilleure reconnaissance des conditions de travail des sage-femme apaiserait le climat. J’ai bon espoir qu’on puisse travailler main dans la main.
Nous travaillons main dans la main au sein de l’association des Doulas de France pour nous faire connaître et reconnaître, via des salons, conférences, événements, notamment à Paris où nous organisons tous les ans, les journées des Doulas (celles de 2018 auront lieu en mai prochain)

 

10/ Et enfin, as-tu un mantra qui te guide au quotidien et que tu aimerais nous partager?
Chaque femme a en elle les ressources nécessaires pour accueillir son bébé dans les meilleures conditions tant qu’elle est entendue, écoutée et soutenue dans son projet !

Si toi aussi cela t’a donné envie d’en savoir plus sur ce beau métier, tu peux soit contacter directement l’association des doulas de France : https://doulas.info  (tu y trouveras les doulas sur ta ville, mais aussi des informations sur la formation ainsi que leur code de déontologie)

Ou tu peux aussi poser directement tes questions à Magalie (elle exerce dans le 24 et le 19): https://magalietouches.wixsite.com/

Pour la contacter c’est ici: https://magalietouches.wixsite.com/doula/form__map

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.