Faire de son hypersensibilité une force !

Es-tu prêt.e pour 2020 ?

Chaque année c’est toujours un peu la même chose, certaines personnes ont à cœur de prendre des résolutions, d’autres ne supportent même pas ce mot… finalement qu’importe, à chacun.e de commencer une nouvelle année comme il/elle le souhaite ; ou même de ne prêter aucune attention à ce tour solaire supplémentaire.

En tout cas, j’avais vraiment envie d’axer ce début d’année sur l’ #hypersensibilité et notamment comment en faire une force.
Vous êtes encore trop nombreux.ses à me dire en souffrir et que vous aimeriez changer ou mieux gérer/contrôler. Au cours de mes RDVs 2019 j’ai réalisé qu’encore trop peu de personnes se connaissaient suffisamment pour s’aimer tout simplement.😟

Il y a environ 20 à 25% d’hypersensibles dans la population et certainement 90% ici sur ce compte, alors pendant quelques semaines je vais relater une nouvelle fois les belles caractéristiques des hypersensibles mais aussi te proposer une vision si positive de cette caractéristique que tu seras vraiment fier.e de l’être !

Car l’hypersensibilité n’est ni un handicap, ni une maladie psychique, ni même un problème… c’est une caractéristique, ni plus ni moins. On est pas mieux ou moins bien avec, elle n’est pas une étiquette ou si elle l’est, ce n’est qu’une parmi tant d’autres dans toute votre singularité.

Et je vous souhaite vraiment pour 2020 de vivre pleinement cette caractéristique comme une force. Et j’espère que cet article pourra vous y aider.

Trop de préjugés…

Il y a beaucoup de préjugés sur l’ hypersensibilité mais à vrai dire, bien peu connaissent réellement cette caractéristique, et certaines personnes ignorent même qu’elles le sont!

On estime environ qu’1 personne sur 5 est hypersensible, il suffit donc de regarder autour de soi et de faire le calcul. Certaines personnes pensent malgré tout que ça ne les concerne pas, mais sachez que les hypersensibles ne sont pas cloisonnés entre eux, ils ont une vie avec des amis, un.e conjoint.e, des collègues de travail, de la famille, etc. Au final l’hypersensibilité concerne tout le monde puisque tout le monde est forcément en lien avec un ou plusieurs hypersensibles dans son quotidien.

Alors comme vous, il y a quelques années, je n’avais pas envie d’être hypersensible, écrasée par les carcans d’une société hyposensible; j’ai donc mis une belle carapace en lien avec ce qu’on attendait de moi. Je me suis muée dans un faux self appris par coeur. Mais rien à faire le naturel revenait toujours. Adolescente j’ai tenté de le combattre, cela m’a rendue totalement malheureuse. Très vite j’ai compris que ce n’était pas le bon chemin et j’ai tenté de penser différemment, de totalement repenser les choses, de déconstruire tout ce dont en quoi je croyais pour bâtir sur du « jamais vu, jamais entendu, jamais vécu ». Je suis partie de l’idée: et si tout était possible, je serais qui? .

10 années après je peux vous dire que tout est possible, et même d’être hypersensible et heureux!
Mais pour cela il faut déconstruire beaucoup de schémas et de préjugés.
Ces phases de déconstructions peuvent prendre du temps car elles sont souvent douloureuses.

Il est normal d’avoir des idées reçues sur le sujet, tant cette société est hyposensible. De plus, le sujet étant un peu à la “mode” ces temps-ci, on entend un peu tout et n’importe quoi…
Comme par exemple que “le cerveau des hypersensibles serait différent”!
C’est FAUX, puisqu’une seule étude a été menée à ce jour sur le sujet, par la spécialiste Elaine Aron et elle n’a pas encore de valeurs scientifiques puisqu’elle ne concerne que 18 personnes (c’est vraiment trop peu pour en faire une généralité !!!!).
De plus Elaine Aron ne prend pas en considération la différence entre douance et hypersensibilité (le cerveau des surdoués est lui différent en effet). Et pourtant on assiste à une vague très forte qui plébiscite ces fausses informations… un peu comme si l’hypersensible tentait par tous les moyens de légitimer sa cause. mais en faisant cela il lui fait du tord! Soyons très consciencieux sur la question de l’hypersensibilité afin justement de lui donner une réelle place.
Attention donc à cet “effet de mode”, car bien qu’il soit positif d’en parler pour donner de la visibilité, il ne faudrait pas -par manque de “professionnalisme” ou par crainte de ne pas être “compris” – en dire n’importe quoi ! 😉

Je suis hypersensible, suis-je trop?

Je trouve intéressant de voir que lorsque l’on parle d’hypersensibilité on énumère le « trop », le côté « excessif » de la chose, et cela sous-entend forcément un problème, un manque de maîtrise et donc une mauvaise « gestion émotionnelle ». Mais dois-je repréciser qu’une émotion ne se gère pas ? Elle se vit ! Et l’hypersensibilité également.

De plus, si un trop existe c’est qu’une norme existe. Quelle tyrannie, pour paraphraser Todd Rose : « La norme est un mythe né au XIXe siècle d’une théorie de l’“homme moyen”, considérée aujourd’hui comme absurde et dont les conséquences peuvent se révéler néfastes ». .

La sensibilité ne peut pas non plus être normée, car c’est une sensation subjective. .

Qui pourrait dire la façon dont on devrait ressentir la peine, la colère ou même la joie ? Comment pourrait-on mesurer la bonne quantité de larmes et de rires ? Où se trouve la bonne moyenne dans nos émotions et nos ressentis ? N’a-t-on pas le droit d’aimer intensément, ou même de souffrir, dans cette société aseptisée ?

En réalité, la société a peur des émotions car elles sont bien trop vivantes, bien trop synonymes de liberté et d’humanité. Et l’hypersensible se voit reprocher d’être un « trop », celui qui dépasse et qui lasse, celui qui trépasse et qu’on chasse.
Il renvoie alors à celui qui se démène pour gérer ses émotions au quotidien, ce paradoxe déshumanisant qu’on tente d’appeler la norme. Cette norme qui pousse à faire croire à l’hypersensible qu’il n’est pas normal. En réalité, il ne l’est pas plus ou pas moins qu’un autre. .

Alors non, vous n’êtes pas TROP, vous êtes juste vous. Sachez donc trouver les personnes qui sauront pleinement vous apprécier. ♥️🤗

Et d’ailleurs, saviez-vous que ce 13 janvier est la journée mondiale de l’ #hypersensibilité ?

L’ami hypersensible

On parle souvent des tracas relationnels des hypersensibles, comme si tous les hypersensibles éprouvaient des problèmes à se faire des amis ou si cette problématique ne touchait que les hypersensibles !

Voilà encore un préjugé clivant sur l’hypersensibilité. En réalité, non les hypersensibles n’ont pas plus de problèmes que les autres à créer des relations d’amitié ; cependant il est vrai que pour eux l’amitié est quelque chose de précieux, presque de sacré. Et forcément quand quelque chose est important pour soi, on s’y investit davantage et donc on a plus d’attentes… voilà pourquoi l’amitié est source de questionnements chez les hypersensibles. CQFD

Le raccourci est ainsi bien trop rapide entre l’analyse factuelle et le jugement négatif sur les hypersensibles, d’autant que ces derniers, de par leur incroyable don à savoir se remettre en question (savoir-faire et savoir-être très positif au demeurant), va s’autoflageller et penser qu’il y a forcément quelque chose qui cloche chez lui.

En réalité, l’ami hypersensible est extraordinaire, et les gens qui ont ces personnes dans leur entourage ont bien de la chance. Car l’ami hypersensible est doté d’une grande écoute empathique, il est loyal et investi dans la relation. Il prend soin des autres et est souvent d’une grande tolérance. Il excuse les fautes et sait pardonner. Il est souvent ce confident pas jugeant dont on a tant besoin quand on va mal.

L’ami hypersensible nous connait, il a besoin de peu de mots pour panser nos maux ; il est attentif à nos silences et sait respecter nos besoins. L’ami hypersensible est un véritable cadeau pour qui sait l’apprécier.🎁

Maintenant à lui de prendre soin de lui, de ne pas se sacrifier et de choisir les personnes qui n’abuseront pas de sa gentillesse. Car non, quoiqu’on en dise, on n’est jamais TROP gentil mais on ne l’est peut-être pas avec les « bonnes » personnes, tout simplement

Le conjoint hypersensible

Nous avons ci-dessus l’ami hypersensible, cette fois-ci nous allons parler du partenaire de vie hypersensible. .

Alors déjà, rappelons que l’hypersensibilité est une caractéristique non genrée, il y a donc autant d’hommes que de femmes hypersensibles.

Finalement ce qui génère une différence est le sexisme et le machisme de nos sociétés qui vont amener les jeunes garçons/hommes à gérer et canaliser leur hypersensibilité, pour s’adapter à une société qui voit l’hypersensibilité masculine comme une faiblesse, allant même jusqu’à castrer l’homme d’un « Tu n’es pas un vrai homme ». 😑🤦🏻‍♀️

Et bien que de nombreux hommes remettent en question le terme de la virilité, il n’est quand même pas évident d’ouvrir les vannes en pratique, surtout quand on ne l’a jamais fait.

Alors on pourrait penser qu’il est plus facile d’être en couple avec un HS, mais là encore c’est une idée reçue ; car ce n’est pas la sensibilité du partenaire qui va créer une dynamique de couple positive… c’est surtout la communication qui va aider. Une communication bienveillante va permettre à chacun.e de parler pour soi et de ses besoins, d’ouvrir un dialogue respectueux et une écoute tolérante. Car communiquer permet de mieux comprendre l’autre et donc de le reconnaître comme différent.😉

L’hypersensibilité n’est pas un problème dans un couple, il le devient si on ne se sent pas accepté.e avec cette caractéristique. Il est donc important encore une fois de parler de l’hypersensibilité, de casser les préjugés et de donner de la visibilité à cette thématique… afin d’arrêter de cristalliser l’hypersensibilité en un problème qu’elle n’est pas.

L’enfant/ ado hypersensible

Il n’est pas rare que l’on me pose des questions concernant les enfants hypersensibles, et c’est bien légitime car en tant que parent investi, on va à un moment ou à un autre s’inquiéter pour ses enfants. .

Le problème encore une fois est de voir l’enfant hypersensible comme fragile et vulnérable, alors même que c’est justement cette vision qui va être transmise à l’enfant (même inconsciemment) et qui peut le rendre fragile et vulnérable.😣

Nombreux sont les enfants hypersensibles qui sont très heureux, épanouis dans leurs relations et à l’école par exemple. Ne tentez donc pas de changer votre enfant, aidez le plutôt à s’accepter tel qu’il est 🥰

Autre situation qui inquiète les parents : ne pas se sentir à la hauteur pour accompagner la densité émotionnelle de leur enfant hypersensible. Alors, c’est un fait avéré, ces enfants sont souvent très denses : petit dormeur, gros besoins de contacts physiques, de succion et d’interactions… et il semble évident que le parent peut fatiguer de faire face à une énième tempête émotionnelle. On est tous.tes humains.es. Et vraiment ne culpabilisez pas d’être aussi au bout du rouleau.

Saviez-vous que la France fait partie des 5 premiers pays où les parents sont le + en burnout parental?

Arrêtez donc de tenter de « gérer » la situation, car c’est bien cela qui vous épuise le plus : vouloir à tout prix correspondre au parent parfait va juste vous mener au burn out ! Et un enfant a davantage besoin d’un parent imparfait que d’un parent en burn out. 😉

Ne cristallisez donc plus sur l’ hypersensibilité, prenez confiance en vous ou demandez l’aide d’un professionnel formé et bienveillant si nécessaire.

Et bien sûr, si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver toutes les informations concernant les enfants hypersensibles, le harcèlement scolaire et le burn out parental dans l’atelier hypersensibilité .

L’hypersensibilité une force !

Pour terminer , j’avais envie de vous dire que l’hypersensibilité est une fabuleuse force, encore faut-il bien la comprendre !

Un sujet que je développe bien plus dans latelier sur l’hypersensibilité car cela me semble essentiel de réaliser à quel point être hypersensible est une caractéristique qui apporte son lot d’atouts.

Alors bien sûr, je n’illégitime pas les difficultés du quotidien, mais je crois que l’on en parle suffisamment pour ne pas les reformuler ici. Cependant, chaque hypersensible va vivre cette spécificité à sa façon et de par son histoire de vie elle sera colorée différemment.
On ne peut cependant pas nier le fait qu’être hypersensible amène une belle humanité, car lorsqu’on assume notre sensibilité on lui laisse toute la place pour s’exprimer dans nos vies. On en devient dès lors plus aligné.e avec nos valeurs de générosité, d’empathie, d’écoute, de soutien, etc. En réalité la difficulté c’est lorsqu’on essaye de canaliser et de gérer nos émotions et nos ressentis, dans ce cas ça dérape, on n’est plus vraiment droit dans nos bottes, on doute, on angoisse, on s’auto-flagelle et on développe même des névroses voire des psychoses…

Car si l’hypersensibilité n’est pas une maladie psychique, elle ne nous en protège pas pour autant!

Mais bonne nouvelle, les hypersensibles ont souvent une grande force de résilience… et oui ! Voilà encore une idée reçue en moins. Ce sont des personnes qui font face à leurs émotions depuis longtemps, et donc apprennent à se connaître, à avoir une introspection profonde et à se remettre en question pour avancer.

Voilà encore de belles forces qui les mènent souvent vers un bel épanouissement… si et seulement si elles apprennent à s’assumer et à s’aimer ! 😉

Si cet article te parle ou si tu penses qu’il peut aider une autre personne, n’hésite pas à le partager et donc à donner de la visibilité à ce sujet si méconnu !

La Newsletter qui prend soin de toi

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.