Mon astuce pour prendre soin de moi avec des enfants.
Mon astuce pour prendre soin de moi avec des enfants.
On pense souvent ne pas avoir assez de temps pour prendre soin de soi et notre prisme ne passe que par la quantité possible de ce temps. Mais vu qu’on ne pourra jamais rajouter + de 24h à une journée, pourquoi ne pas changer de prisme? Dans cette vidéo je tente d’aider les parents à trouver du temps pour eux et à légitimer de prendre du temps pour eux! Je vous propose donc quelques clés à mettre en pratique. Si tu aimes cette vidéo, n’hésite pas à la liker, commenter et partager. Merci. Avec toute ma bienveillance, Elodie

Voici le lien de l’accompagnement des 28jours dont je te parle à la fin de la vidéo: https://ailesetgraines.clickfunnels.com/lead-magnet
Et la vidéo sur les BABI: https://ailesetgraines.com/2768-2/

Qu’est-ce que l’adultisme? Comment faire autrement? et surtout pourquoi faire autrement ?

Je tente par cette vidéo, en lien avec la Semaine de sensibilisation à l’Adultisme, de répondre à toutes vos questions.

Car je crois vraiment qu’il vaut briser la loi du silence, qu’il faut être honnête envers nous-même si on veut changer ensemble. Car OUI ON LE PEUT.

On fait tous.tes de l’adultisme, mais le pire ce serait de banaliser cela sous des phrases dangereuses telles que “c’est comme ça” ou “y’a pire” ou encore “c’est pour son bien”.

Cependant loin d’être dans la culpabilisation (et d’ailleurs je t’explique dans cette vidéo pourquoi IL NE FAUT PAS CULPABILISER), c’est avant tou une prise de conscience nécessaire au monde de demain.

Et si tu as d’autres questions, alors n’hésite pas à m’en faire en commentaires, ou à contacter les membre du #collectifMUM sur instagram !

Les comptes du collectif MUM : @fannyvella @inantesyou @lavieextraordinairedunemaman @oummimaterne @paaam_ @lasagefolle @docteur.doudou @horizonsfamille @laurelbang @littlebunbao @famillenature @zobio.fr @ailesetgraines

Voici quelques lectures en plus :
https://www.oummi-materne.com/voila-p…
https://lasagefolle.com/2018/07/31/ar…
https://famille-nature.com/2018/07/30…
La chaîne de mon amie Anne sur le féminin : https://www.youtube.com/channel/UC-7T…

Livres: Y.bonardel, la domination adulte J. liedloff, Le concept du continuum C. Gueguen, Pour une enfance heureuse Teresa Graham-Brett, L’adultisme, ce poison invisible qui intoxique nos relations avec les enfants sur le site OVEO J.HOLT, S’évader de l’enfance Fillozat, Au coeur des émotions de l’enfant

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

parentalité positive

Saviez-vous que 34% des enfants de moins de 15 ans affirment qu’ils ont la sensation d’être délaissés par leurs parents ? Et que 54% ressentent le besoin de passer plus de temps avec eux ?

On aime nos enfants, c’est une évidence.
Mais parfois on a bien du mal à profiter d’eux, à profiter de leur présence, de leurs rires, à les accompagner dans leurs émotions. 

Qu’elles nous semblent parfois longues ces soirées où, à peine le manteau posé après une harassante journée, s’enchaînent – et nous enchaîne ? – l’une après l’autre toutes les tâches qu’il y a à faire: s’occuper des devoirs, préparer le repas, faire en sorte que tout le monde mange et range la maison, se préoccuper du lendemain,  programmer les jours qui suivent, vérifier le brossage des dents, mettre les pyjamas, lire l’histoire du soir et enfin… éteindre la lumière. 

Nombreux sont les parents qui aimeraient parfois passer directement à cette étape, leur rappelant ce lointain souvenir qu’ils ont connu avant d’avoir des enfants: je rentre, je m’affale ! 

Alors bien évidement qu’on les aime nos enfants, c’est bien eux que l’on aime le plus au monde… et c’est d’ailleurs souvent pour eux que l’on dépasse nos propres limites, que l’on fait tout cela.

« Tout cela » ? Et si s’interroger un peu sur ce « tout cela » permettait de recentrer justement nos priorités, permettait de les remettre en adéquation avec nos besoins profonds ?!

Qu’arrive t-il lorsque nos besoins à nous ne sont pas entendus, écoutés, ou respectés? Et bien la cocotte finit par exploser. Invariablement. Et avec cette explosion vient un débordement émotionnel, où l’on s’en prend aux êtres avec qui l’on vit, et donc paradoxalement que l’on aime le plus. On attend alors de nos enfants qu’ils ne courent plus, qu’ils ne fassent plus de bruit, qu’ils se mettent au lit.

Puis inévitablement on culpabilise d’en être arrivé/e là. D’une part car on a pas profité vraiment d’eux, et d’autre part car on a abîmé notre relation avec eux. 

Et si tout cela pouvait être complètement évité ? Et si, en écoutant simplement nos besoins on pouvait retrouver une sérénité nouvelle et salvatrice ? 

« Comment faire », me direz-vous ?

Et bien déjà, en ne confondant pas vos envies et vos besoins. 

En effet, c’est la première erreur que beaucoup de personnes, et de parents, font. En voici un exemple illustratif: j’ai soudain une forte envie de m’affaler sur le canapé. Est-ce un besoin de tranquillité morale, physique ou psychique? Est-ce encore tout autre chose ? L’envie de vous affaler sur le canapé est guidé par un besoin, l’identifier vous aidera énormément. Car, peut-être est-il possible de satisfaire ledit besoin par autre chose que le canapé, par une action plus en adéquation avec les responsabilités et les possibilités du moment. Identifier vos besoins quand ils sont là, c’est vous affranchir de la simple envie « objet », c’est reconnaître pleinement et entendre vos besoins, et c’est s’ouvrir  le champ des possibles pour les apaiser, voire les combler. 

Sur un tout autre plan, il est très souvent apprécié d’instaurer la petite habitude  suivante, qui aide à l’écoute de soi, de ses besoins et de ses émotions de parent fatigué au cours d’une semaine ordinaire. Avant de franchir le seuil de la maison et de vous jeter dans le grand bain au retour de votre journée, prenez quelques minutes dans votre voiture, pour respirer, vous déconnecter de votre journée et vous recentrer sur vous en tant qu’humain, ici et maintenant… cela vous aidera à tâter bien plus aisément la température de l’eau en arrivant et donc à être plus présent/e et connecté/e à vous-même avant le grand plongeon. Peut-être pouvez-vous également, en concertation avec votre conjoint/e, vous organiser des temps de récupération, juste pour vous. Il n’est pas rare de voir certains parents aller au sport sur leur pause du midi par exemple, alterner les soirées avec l’autre pour s’occuper des enfants, se planifier une « journée récupération », pour prévenir plutôt qu’exploser. Certains/es prennent quelques minutes ici ou là afin de faire des exercices de sophrologie, de relaxation. A chacun/e ses petites astuces… 

Mais encore faut-il se permettre de les positionner non pas comme de l’exceptionnel mais comme de vraies routines habituelles, auxquelles on ne déroge pas. Car c’est en légitimant pleinement ses propres bouffées d’air frais que l’on apprend ou réapprend à prendre soin de soi. Et c’est en apprenant ou réapprenant à prendre soin de soi que l’on pourra prendre soin des autres.

N’oubliez jamais la métaphore de l’avion: en cas de turbulences, tout parent doit avant tout mettre son propre masque à oxygène s’il souhaite pouvoir aider son enfant à mettre le sien. Or, force est de constater que par amour pour nos enfants (… ou désamour de soi ?) on a du mal à lâcher prise. On se demande beaucoup, et tout le temps. Et une fois la barre atteinte, on la relève sans cesse. Que cherche t-on à démontrer ? Et à qui ? 

Nos enfants n’ont pas besoin de supers-parents; ils ont besoin de parents aimants, présents, et épanouis. 

D’où le second axe essentiel de cet article: la quantité de temps n’étant pas forcément extensible dans un quotidien surchargé, il est absolument nécessaire de savoir prendre du temps de qualité. 

En effet, nous sommes tous focalisés/es sur le temps, ou plutôt sur la quantité de  temps: temps pour faire les courses, faire à manger, faire faire les devoirs, temps pour les habiller, donner le bain… et même parfois temps pour jouer avec eux ! Cependant derrière la fameuse phrase « je n’ai pas le temps », un enfant entend « je n’ai pas envie de prendre ce temps ». 

Car pour un jeune enfant, dans sa construction psychique, le monde tourne autour de lui, et son monde à lui tourne autour de nous. C’est une chose que l’on a tendance à oublier (ou que l’on souhaite oublier), et ce n’est la faute de personne, au vu du quotidien bien rempli que nous avons tous. 

Il semble évident que nous ne pourrons pas rallonger les journées; et de toute façon avoir davantage d’heures ne servirait à rien puisque nous en profiterions pour nous rajouter des choses à faire. Et cela tombe finalement bien: ce n’est pas la quantité qui compte le plus pour les enfants, mais bien la qualité ! 

Pour s’en convaincre il suffit d’en faire l’expérience. Les enfants sont très sensibles et réceptifs lorsque l’on passe du temps avec eux. Si vous passez ce temps en pensant à autre chose, ou si vous avez votre téléphone dans la main en même temps que vous jouez avec eux, ils sentiront automatiquement votre état de semi-présence; vous allez dépenser beaucoup d’énergie à faire plusieurs choses à la fois, pour au final ne satisfaire les besoins affectifs qu’à moitié. L’enfant sera frustré, demandant encore plus, plus que vous ne faites déjà; et vous concernant il est fort probable que vous vous sentiez dépassé/e, avec un sentiment important de ras-le-bol: « J’ai passé mon temps à jouer avec lui/elle, mais il/elle n’est toujours pas content/e ! ».

 

Connectez-vous au moment présent, connectez-vous réellement au moment que vous passez en ce moment-même avec votre enfant. Passez en mode Mindfullness (le « ici et maintenant ») pour partager un vrai moment de qualité avec vos enfants. Et pour peu que vous vous laissiez totalement aller en laissant s’exprimer votre part d’enfant, vous verrez très vite que ce n’est pas seulement le vase de vos enfants que vous allez remplir de joie et d’amour… mais également le votre !

Car oui, ce « tout cela », on le fait pour eux certes; mais c’est en le faisant aussi pour nous que l’on mettra en place un climat propice à notre propre épanouissement, et à celui de toute la famille.

 

 

coach en développement personnel et familial

__________________________

🎁 Reçois GRATUITEMENT 7 fiches bienveillance pour prendre soin de toi toute une semaine, en cliquant ici: https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/ 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/

👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

 

Vous êtes nombreux.ses à me poser pleins de questions concernant l’éducation bienveillante; et pour la plupart vous avez essayé pleins de choses pour faire au mieux… mais parfois ça ne fonctionne pas. Partant du postulat que le bonheur des enfants dépend de votre propre bonheur, je vous propose dans cette vidéo une autre façon de voir les choses et donc d’harmoniser votre famille. 🙂 Et si tu veux prendre soin de toi et commencer par un accompagnement de 28jours c’est par ici!

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

🎁 Reçois GRATUITEMENT 7 fiches bienveillance pour prendre soin de toi toute une semaine, en cliquant ici: https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Suite à une de mes story instagram, vous avez été nombreux.ses à réagir sur cette thématique qui nous concerne tous.tes.

Surtout lorsqu’on est parents, car on veut forcément le meilleur pour notre enfant, mais entre théorie et pratique ce n’est pas toujours facile.

Je t’explique donc notre choix de famille, pourquoi et comment on fait au quotidien avec deux enfants. 😉

Je te conseille aussi de regarder cette conférence de Michel Desmurget (chercheur à l’inserm) spécialisé sur le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=NvMNf0Po1wY

Le site du médecin Serge Tisseron sur le sujet:  https://sergetisseron.com/3-6-9-12/

Et la courte vidéo de la magnifique Cyrielle d’ Horizons Famille: https://www.youtube.com/watch?v=A8hlvHMCJ90

Elle t’explique d’ailleurs ici pourquoi même Stebe Jobs interdit l’ipad à ses enfants: https://www.youtube.com/watch?v=i1kg9qmuKuM

Et bien sûr, si tu souhaites travailler sur toi-même, en accompagnant avant tout tes émotions, c’est PAR ICI: https://ailesetgraines.clickfunnels.com/vitrine-j-optimisme-ma-bonne-humeur

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

 

 

__________________________

🎁 Reçois GRATUITEMENT 7 fiches bienveillance pour prendre soin de toi toute une semaine, en cliquant ici: https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/ 

__________________________

➡️POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪️Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪️Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪️Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Suite à notre vidéo de couple sur le pardon, j’avais envie de te faire une vidéo plus particulière sur le pardon POUR SOI MÊME.

En effet, il semble essentiel de revoir cette notion , non vis à vis d’autrui mais pour soi-même.

Ainsi dans cette vidéo je t’explique l’intérêt libérateur du pardon et te propose 3 exercices “thérapeutiques” pour t’aider à passer à autre chose et te permettre d’être plus serein-e au quotidien.

Car pardonner c’est avant out un cadeau qu’on s’offre à soi-même. Pour en savoir plus sur l’erreur d’attribution fondamentale (lien ici).
Et pour accéder aux 50 fiches outils, afin de reconnaître et d’accompagner tes émotions avec bienveillance c’est par ici.

Et bien sûr si tu penses que cette vidéo peut aider d’autres personnes, n’hésite pas à al partager, par solidarité ou devoir moral… car c’est semant des graines, qu’un jour nous verrons notre monde changer.

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

Tu veux offrir le meilleur de toi-même à tes enfants et garder toute ta bienveillance ?
Alors commence par toi-même !
Pour cela je te propose gratuitement de t’envoyer chaque jour une fiche, pendant une semaine pour prendre soin de toi et ainsi pouvoir donner ce qu’il y a de meilleur à ceux que tu aimes.
Profite, c’est cadeau et c’est ici : https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/

pardonencouple
Dans tous les couples il y a des hauts et des bas c’est inévitable.
On évolue, parfois pas exactement sur le même chemin; et la parentalité peut aussi mettre en mal l’harmonie de la famille; alors parfois on se vexe voire on se blesse.
Mais le plus important c’est de savoir comment on fait pour se relever de ce passage plus ou moins obligé.
Et la solution semble si simple qu’on l’oublie beaucoup: il s’agit du pardon !
Dans cette vidéo, on t’explique comment rester une équipe soudée et pourquoi le pardon est une étape importante à l’épanouissement familial.

 

__________________________

➡️POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪️Notre site: www.ailesetgraines.com

▪️Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪️Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪️Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Aujourd’hui je souhaitais te faire une vidéo d’actualité pour te redonner confiance.
En effet, on est nombreux-ses à chercher des informations un peu partout sur l’éducation bienveillante; et ce d’autant plus quand on a pas grandi nous-même avec ce modèle là. Bien souvent, nous cherchons aussi des sources d’inspiration, et c’est tant mieux… mais au-delà du fait qu’il existe de tout et pour tous, il faut aussi savoir s’en distancier et, surtout, se les approprier.
Je t’explique donc dans ce mini-format vidéo quelques pistes pour trouver ta propre parentalité et grandir sur TON PROPRE CHEMIN BIENVEILLANT.

Pour voir la vidéo dont je parle sur l’intelligence émotionnelle : https://ailesetgraines.com/qe-education-intelligence-emotionnelle/
Et bien sûr si tu veux que je t’accompagne dans ta parentalité, tu peux me contacter ici : https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

Avec toute ma bienveillance et mon optimisme,

Elodie Coach en développement personnel, médiatrice familiale, formée à la PNL & en psychanalyse

 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre site: www.ailesetgraines.com

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Ce n’est pas facile de commencer dans la parentalité, surtout avec tout ce que l’on nous donne comme conseils, et tout ce que cela demande comme prise de recul vis à vis de notre propre enfance.
Pourtant on le sait aujourd’hui, toutes les études sociologiques, psychologiques et neurologiques préconisent une éducation et donc un accompagnement SANS VIOLENCE (que ça soit une fessée, crier, manipuler…). Alors sans modèle ancré et sans soutien véritable on peut vite se décourager au quotidien, et préférer penser que ce n’est pas “la bonne méthode”. Car même si notre coeur de parent nous dit de ne pas laisser pleurer nos enfants, avec la fatigue et le doute nous avons vite fait de croire les craintes infondées qui se transmettent de générations en générations du style “tu vas en faire quelqu’un de capricieux-se / c’est pas lui-elle qui décide / il-elle est irrespectueux-se etc…”
Malgré nos convictions, notre amour pour notre enfant, et toutes nos lectures à ce sujet, il peut arriver parfois que l’on baisse les bras et que l’on tombe soit dans l’abandonnisme soit dans l’autoritarisme.
Une situation néfaste pour l’enfant, délétère pour la relation que l’on a avec lui mais aussi catastrophique pour la confiance en nous en tant que parent !

Je suis maman de deux petits bouts mais aussi professionnelle de l’accompagnement (coach en développement personnel avec certification PNL, médiatrice familiale, maître en psychanalyse), et j’ai voulu faire une vidéo pour vous (re)motiver dans votre parentalité positive et bienveillante.

Je vous propose même à la fin de cette vidéo un petit exercice très simple en programmation neurolinguistique pour vous permettre de ne pas craquer dans les moments difficiles.
Et si cela ne suffit pas, sache que je propose plusieurs soutiens et accompagnements ; ainsi que des stories bienveillantes et optimistes TOUS LES JOURS sur mon compte Instagram.

Si tu penses que cette vidéo peut aider d’autres jeunes parents, n’hésite surtout pas à la partager sur les réseaux sociaux, groupes et forums de discussion. Car au plus de monde pourra la voir, au plus les parents se sentiront compris, non jugés et accompagnés… et on le sait: des parents heureux font des enfants épanouis.

Avec tout mon optimisme et toute ma bienveillance; je te souhaite une jolie journée.

Elodie

PS: voici quelques références que j’aime beaucoup en matière de parentalité
1/ http://horizonsfamille.com
2/ http://www.ensemblenaturellement-lebl…
3/ https://www.oummi-materne.com
4/ http://sandradodd.com/french/
5/ Gueguen, Fillozat, Kremer …. (liste non exhaustive)

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre site: www.ailesetgraines.com

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Dans la continuité de nos vidéos de couples, voici un 3ème volet qui va vous faire certainement réagir.
En effet, on nous fait souvent la remarque en message privé que bien souvent les deux partenaires ne s’engagent pas avec la même intensité au sein du couple, et que cela finit par faire souffrir tout le monde, parfois jusqu’à l’épuisement de l’un des deux.
Une situation délicate qui peut détériorer la relation conjugale si elle perdure dans le temps.
Et si ce n’était qu’une vue de l’esprit ?
Et si en quelques petites modifications il était possible de rééquilibrer le couple et donc la relation, pour un investissement juste et agréable pour chacun et donc tous ?
Ainsi dans cette vidéo nous te proposons quelques pistes de réflexion à partager en couple, des bonnes astuces que nous avons mis en pratique au quotidien dans notre propre vie.

Avec toute notre bienveillance,

Elodie & Alexis

 

 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre site: www.ailesetgraines.com

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/ 

Dans cette 2ème vidéo “spécial couple”, nous avions envie de reprendre quelques bases et notamment l’écoute de l’autre. Lire la suite

Voici notre 1ère vidéo concernant la communication dans le couple.

Elle reprend de nombreuses informations que je donne en conférence sur la communication bienveillante.

Des concepts que nous avons su mettre en pratique dans notre vie de couple, et que l’on vous partage dans cette vidéo. Ainsi, cette 1ere vidéo sur 3 du volet “COMMUNICATION BIENVEILLANTE DANS LE COUPLE” qu’on vous a préparé traite de la problématique suivante: comment parler des sujets délicats (et notamment des choix éducatifs pour nos enfants) avec bienveillance, avec son / sa partenaire ?

On vous donne aussi nos petites astuces quotidiennes pour trouver une solution dans le respect de tous.

En espérant que cette vidéo vous soit utile, d’autres arrivent bientôt …

Si tu souhaites qu’Elodie dans sa qualité de médiatrice familiale, t’accompagne en médiation dans ton couple, elle propose des rendez-vous en ligne ici.

Avec toute notre bienveillance,

Elodie & Alexis

 

 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre site: www.ailesetgraines.com

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/

On parle bien trop souvent de laxisme (ou plutôt d’abandonnisme, le sens du mot laxisme n’est pas “laisser à l’abandon” mais “excessivement tolérant”, ce que nous ne renierons pas chez ailes et graines ! 🙂 ) quand il s’agit de parentalité bienveillante; et pourtant cela n’a absolument rien à voir avec ce choix éducatif. L’adaptabilité est une notion essentielle à appréhender à notre sens, et nous souhaitions vous en parler dans cette vidéo.

L’abandonnisme est une forme de violence, autant pour soi que pour ses enfants.

Dans cette vidéo, on souhaitait t’apporter notre façon de voir la parentalité positive et notre manière de la mettre en pratique.

Car accompagner ses enfants avec bienveillance c’est leur offrir toutes les chances d’être heureux et épanouis.

Accompagner nos enfants avec adaptabilité c’est aussi se faire un beau cadeau: le bonheur de faire famille.

Avec toute notre bienveillance,

Elodie & Alexis

 

 

__________________________

➡POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪Notre site: www.ailesetgraines.com

▪Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/

Aujourd’hui je souhaitais t’expliquer pourquoi être optimiste va t’aider à être bienveillant/e au quotidien avec tes enfants. D’où l’importance de travailler d’abord sur soi et pour soi, pour gagner en optimisme.

Je t’explique donc dans cette vidéo les 3 raisons qui permettent via l’optimisme de t’aider dans la bienveillance au quotidien auprès de tes enfants. Cependant, rien ne sert de s’obliger à être heureux (l’injonction au bonheur n’est absolument pas une solution viable, ici une vidéo que j’ai faite récemment sur cette thématique): https://ailesetgraines.com/stop-a-lin…).

L’optimisme ça se travaille, et ça demande d’être d’abord à l’écoute de ses propres émotions.

 

Si tu as des difficultés avec tes émotions ou avec celles de tes enfants, alors je te conseille d’aller jeter un oeil du côté des fiches-outils que j’ai faite pour t’aider à mieux accompagner tes émotions au quotidien; afin de devenir de plus en plus OPTIMISTE, d’optimiser ta BONNE HUMEUR et donc de rester bienveillant/e avec tes enfants.

ACCOMPAGNEMENT : ” J’OPTIMIS(M)E MA BONNE HUMEUR”

🌞 Les 50 fiches-outils “Soleils Bonne Humeur” ont été pensées ludiques, esthétiques et synthétiques afin de pouvoir les utiliser avec facilité et ergonomie dans un quotidien chargé, directement sur son smartphone.

🌞 Ces “Soleils Bonne Humeur”, conçus pour vous permettre de vivre, accompagner et même sublimer pleinement chacune des 10 “émotions” suivantes: joie, fatigue, frustration, stress, sérénité, peur, colère, culpabilité, tristesse, joueur/se.

🌞Afin de petit à petit retrouver votre humeur légère, et optimiser cette énergie positive lorsqu’elle est présente.

🌞ET DONC DE VOUS AIDER A ACCOMPAGNER VOS EMOTIONS ET CELLES DE VOS ENFANTS !

 

Avec toute ma bienveillance,

 

Elodie

 

 

Qui porte la culotte?

Suite au direct sur Instagram ( https://www.instagram.com/ailesetgraines ), on m’a demandé mon point de vue en tant que médiatrice familiale en ce qui concerne les relations de couple. Lire la suite

Suite à vos demandes voici le TAG PAPA ALLAITEMENT. Il fait donc suite à la vidéo qu’Elodie a faite, où elle répondait au TAG MAMAN ALLAITEMENT de MAMAN MODE D’EMPLOI

________________________________________________

10 questions auxquelles je réponds en tant que PAPA pro-allaitement.

1/ Lors de la 1ère grossesse, avais-tu un avis sur l’allaitement? Souhaitais-tu que ta compagne allaite?

2/Depuis combien de temps ton expérience allaitement a t-elle commencé?

3/ As-tu su trouver ta place en tant que papa? (on dit souvent que le biberon est un problème pour trouver sa place de père…).

4/ Ta compagne a t-elle rencontré des problèmes avec son allaitement?

5/ Si oui, as-tu été un soutien pour elle? Et comment?

6/Autour de toi, y avait-il beaucoup de mamans allaitantes? As-tu, toi-même été allaité?

7/ Quelle est la remarque la plus bizarre qu’on t’ait faite concernant l’allaitement?

8/ C’est quoi un “papa pro-allaitement ” pour toi?

9/ Le sein ce n’est pas que nourricier, ça apaise aussi les pleurs de bébé. Alors toi, sans tétou, tu fais comment?

10/ Quel conseil donnerais-tu aux futurs papas? ________________________________________________

Si toi aussi tu veux répondre à ces questions, en tant que papa, pour démocratiser l’allaitement alors il te suffit de nous citer et de continuer cette belle initiative en taguant d’autres papallaitants 😉

Nous concernant on tague tout simplement: tous les supers papas qui souhaitent partager leur expérience pour promouvoir l’allaitement!

________________________________________________

POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

Suite à un post que j’ai fait récemment sur Facebook et Instagram concernant notre choix de ne pas montrer le visage de nos enfants en photos, ni de donner leur vrai prénom (LIEN ICI), je souhaitais vous proposer qu’on réfléchisse ensemble à cette question. Lire la suite

Dans le besoin de transmettre un message bienveillant, j’avais envie de partager cette vidéo suite à la story du jour sur Instagram sur la tolérance. En effet, se juger les uns les autres ne permet pas de faire évoluer les mentalités, au contraire ça renforce juste la singularité par négativité. Les étiquettes que l’on se met, ou que l’on nous met, nous empoisonnent. En d’autres termes, ce n’est pas par la violence ou par la force que l’on fait germer une graine. La culpabilité peut entraîner un changement, mais il ne sera que temporaire car lié au regard de l’autre.
Le vrai changement, la vraie bienveillance, prend racine en soi, par soi et pour soi. Lire la suite

Qu’est-ce qu’on a pu l’entendre et l’attendre cette phrase : “je suis fier/e de toi” !!
Dans cette courte vidéo de 5minutes je t’explique en quoi cette petite phrase qui se veut pourtant pleine de bonnes intentions, est vraiment DRAMATIQUE, autant pour l’estime de soi, que pour la confiance en soi pour un enfant, comme pour un adulte ! Lire la suite

Suite à votre demande, voici la vidéo sur les BABI (bébé aux besoins intenses) et sur les EABI (enfant aux besoins intenses). Même si cela ne reste que des étiquettes, et que les professionnels ne sont pas toujours d’accord sur ce terme, il faut bien souvent le vivre pour comprendre les différences avec un enfant non-babi/eabi. J’ai donc souhaité faire cette vidéo, déjà pour déculpabiliser les parents; car bien souvent le corps médical ou même l’entourage sont dans l’incompréhension, dans le jugement et culpabilisent très rapidement les parents. Et comme je le dis, on ne peut comprendre le quotidien de ces parents qu’en étant soi-même parent d’un BABI, alors pour les autres… faites preuve d’empathie et de compréhension, ou passez votre chemin! C’est donc avant tout en tant que maman que je tente d’expliquer rapidement en quoi consiste “l’étiquette de BABI”, pour le pire… mais aussi pour le meilleur 🙂 Cependant il est vrai que c’est épuisant, extrêmement fatiguant au quotidien; j’avais d’ailleurs écrit un article, une partie de mon histoire, au sujet de l’épuisement parental. Si tu as des questions n’hésite pas, je ferai de mon mieux pour te répondre.

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

 

 

___________________________________________________

POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :
Notre site: www.ailesetgraines.com
Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines
Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/
Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/
Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines
Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

___________________________________________________

Voici notre accompagnement pour les parents fatigués, qui veulent arriver à prendre du temps pour eux afin de garder optimisme et enthousiasme !

Toi aussi, tu es épuisé/e après une journée entière avec tes enfants ?
Et parfois tu en as marre et tu aimerais que tes enfants comprennent, tu aimerais aussi qu’ils fassent “des efforts”? Peut-être même que tu en arrives à t’énerver contre eux, tu en arrives parfois à user d’une punition, et l’autre récompense? Lire la suite

Quand on devient parent pour la 2ème fois, de nouvelles interrogations apparaissent, celles liées à la fratrie. On se demande dès la découverte de la grossesse comment notre aîné va réagir à l’annonce et à l’arrivée de son petit frère ou de sa petite soeur. Si de nombreux ouvrages nous donnent des pistes de réflexions, on est parfois bien perturbés dans la vie pratique lorsqu’on souhaiterait faire au mieux pour tous nos enfants. On fantasme aussi parfois une belle famille soudée, où l’entraide remplacerait les cris et où la complicité serait reine. Oui mais voilà, entre la théorie et la pratique il y a parfois un bel écart … Alors comme vous, j’ai souhaité à l’arrivée du deuxième enfant, que mon aîné ne se sente pas “moins aimé ou “mis de côté”; puis son petit frère a grandi et lorsque ce dernier a commencé à se déplacer les problèmes ont vraiment commencé. Mon aîné si calme et doux ne supportait pas que son frère interfère dans son espace de vie, dans son espace vital ! Obligée de se replonger dans mes lectures, dans mes savoirs pour -je pense- avant tout me rassurer et pouvoir avancer plus sereinement. Car oui, qu’importe ce que vous lirez, sans confiance, rien ne se passe bien! Lire la suite

Tu te sens fatigué(e) ? voire épuisé(e) ? Cette vidéo est POUR TOI !
En effet, la vidéo je l’ai faite avec mon coeur de maman pour les autres parents, car je sais ce que c’est d’être totalement épuisée et dépassée, d’être à bout, au bord du burn-out parental … et d’avoir du mal à trouver des informations sur le sujet. Alors dans cette vidéo je te parle des premiers signes de fatigue et des conséquences à court et long terme que cela peut engendrer sur toi et ton entourage.

Si tu connais des parents qui devraient voir cette vidéo, si tu penses que ça peut les aider ou si tout simplement, toi aussi tu en as marre que le sujet du burn-out parental ne soit pas assez communiqué avec tout le sérieux qu’il mérite; ALORS PARTAGE CETTE VIDEO ! 😉 Lire la suite

La parentalité c’est un sujet délicat, on fait souvent face aux critiques et aux comparaisons, en tant que parents bienveillants, ou non; il y a toujours des parents qui ont “l’air parfaits”, des parents qui ont l’air de faire mieux que nous… voire carrément des parents qui disent être mieux que nous!
Ils pensent ne commettre aucune VEO, tandis que toi tu culpabilises et te remets sans cesse en questionLire la suite

La période des fêtes est toujours une période délicate pour nous, car si nous – animaux humains – fêtons ce que nous souhaitons fêter (pour certains ce sera d’agréables moments en famille, pour d’autres la naissance de Jésus, …), pour les animaux non humains, c’est clairement moins la fête! Lire la suite

C’est agréable d’avoir une maison bien rangée, pourtant dès qu’on a un enfant il y a clairement un avant et un après. On y passe tous! On connait tous !
Alors comment ne pas passer sa journée à ranger? Ou pire encore, comment ne pas passer sa journée à s’agacer sur nos enfants car ils ne rangent pas leurs jouets?
En 4 min je t’explique notre conception du rangement et ce que nous avons mis en place pour un quotidien plus serein et donc pour une meilleure qualité de vie de famille.

Et si tu veux en savoir plus sur notre quotidien et notamment en instruction en famille (non scolarisation) voici une petite vidéo sur le sujet: https://ailesetgraines.com/journee-type-instruction-famille/ 

Si tu aimes cette vidéo, n’hésites pas à t’abonner à notre chaîne YouTube, on y parle bienveillance envers soi-même et ceux qu’on aime.

___________________________________________________________

Tu peux aussi t’inscrire à notre newsletter, tu reçois gratuitement 7 fiches bienveillance pour t’accompagner dans ton quotidien.

___________________________________________________________

Tu peux aussi nous retrouver sur nos réseaux sociaux:
– Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/
– Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/
– Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

Avec toute notre bienveillance,

Elodie & Alexis

Aujourd’hui je souhaitais te parler d’une chose peu commune mais extrêmement douloureuse et violente: celle d’être relégué(e) au 2nd rôle parental. Tu sais ce rôle un peu oublié, qui est dans l’ombre de celle de la figure d’attachement, ce rôle ingrat mais dans lequel t’as pas le droit de te plaindre car après tout si ton enfant est heureux c’est tant mieux.

Et bien ce rôle là, qui est habituellement donné au père, et qui n’est déjà pas facile à porter, met d’autant plus en souffrance quand il s’agit de la mère… Beh oui, faut bien l’admettre, on en parle déjà pas beaucoup de ce 2nd rôle, de ce 2nd parent, mais alors quand tu cherches des témoignages de maman qui le portent alors là c’est quasiment inexistant. Et pourtant… pourtant moi j’en fais partie.
Alors j’avais envie de partager en quelques mots mes maux, afin que peut-être, d’autres mamans, se sentent moins seules à leur tour.

Mon aîné de 3ans, n’a d’amour que pour son père, et quel merveilleux père a-t-il! Sois en sûr je trouve moi-même que mon mari est un père merveilleux (c’est pas difficile, moi qui n’ai justement pas de père, j’aurais bien aimé en avoir un comme lui… hum hum… FREUD me guette ^^lol). Oui mais voilà, mon fils oublie parfois qu’il a deux parents aimants… “Youhou j’existe, tu sais je suis là, oui oui celle-là même qui s’occupe de toi H24 et 7j/7, celle-là même qui t’a porté, mis au monde, nourri et re-porté pendant des heures et des heures; oui oui celle-là même qui pense à quel vêtement te proposer selon la météo, toujours présente pour te préparer des repas sains et équilibrés, qui réfléchit aux différentes activités qui pourraient te plaire, qui jongle au mieux entre travail/tâches ménagères/fratrie… Bref cette mère qui fait de son mieux mais qui a cette sensation que ce n’est jamais assez. Alors oui bien sûr, qu’on ne donne pas pour recevoir, encore moins avec les enfants. Mais ça n’empêche que lorsque tu vas mal seuls les grands bras de papa sèchent tes larmes, que lorsque tu vas bien c’est encore avec papa que tu veux jouer. Et moi, je reste là, près de toi, tentant alors au mieux de me rendre disponible; mais pendant ce temps des tâches du quotidien m’incombent “automatiquement“.

On ne nous prépare pas, nous mère, à être reléguée au 2nd rôle; on a plutôt justement l’habitude d’être épuisée par ce rôle énergivore qu’est la figure d’attachement. On en parle beaucoup de cette figure d’attachement, ce parent qui prend tout, parfois trop… mais dis-toi que c’est encore pire de faire tout et de ne recevoir rien. Dis-toi que c’est encore plus épuisant de donner sans cesse mais de ne pas avoir les bons moments en retour. Car oui, c’est bien moi qui suis en congé parental, c’est bien moi qui m’occupe du quotidien, c’est bien moi qui reste attentive à son évolution, qui tente de lui proposer un environnement épanouissant, et qui est en première ligne pour accueillir ses émotions au quotidien… mais lorsque son père rentre… je redeviens juste une cuisinière, une femme de ménage, une infirmière, et à l’occasion un petit clown!
Et je le vois main dans la main, amenant son père au loin… et mon coeur de maman se brise.

Cette situation dure depuis + de 2ans maintenant, et lorsque je te vois encore me repousser pour un câlin, que tu veux encore te blottir contre ton père et que tu me demandes même de sortir de la pièce, il est difficile de ne pas le ressentir comme du désamour. Et toutes mes connaissances en psychologie, toutes mes compétences en bienveillance, n’y changeront rien… je dois juste me satisfaire de tes miettes en me répétant sans cesse que le principal c’est que tu sois heureux, que le principal c’est que tu trouves en ton père une figure solide pour grandir, que le principal c’est que je t’aimerai toujours quoi qu’il arrive. Car cette douleur, elle m’appartient, c’est à moi -et seulement à moi- de prendre soin de moi pour mieux prendre soin de toi et que notre relation soit toujours source d’amour. J’ignore si un jour tu voudras venir vers moi, mais sache, mon ange, qu’importe ce que tu en décideras et le temps que cela pourrait prendre… moi je reste là. Je serais toujours là pour toi.”

A toutes ces parents extraordinaires un peu oubliés, à tous ces parents du 2nd rôle…
moi je pense à vous.

Aujourd’hui je réponds à une des questions que l’on me pose très souvent en commentaire: comment communiquer avec son/sa partenaire quand on est en conflit?
En effet pas toujours facile d’être bienveillant quand on est fatigué ou que l’on se sent agressé par l’autre, et pourtant; si on perd sa bienveillance, aucune communication n’est possible, et à terme la relation peut même se dégrader.
En quelques minutes je te donne donc quelques astuces tirées de mon expérience personnelle et professionnelle quand il s’agit de communiquer en pleine conscience et avec non violence.

Si tu aimes cette vidéo, alors tu peux la liker, la partager et t’abonner à notre chaîne;
c’est gratuit pour toi et ça m’encourage à moi 😀

Avec toute ma bienveillance,

Un mini-podcast de 5min pour vous proposer une rapide réflexion sur ce qu’est “l’éducation”. On utilise beaucoup de termes comme éducation, bienveillance, élever un enfant … mais finalement qu’est-ce que cela renvoie à soi et à l’enfant? Je fais le parallèle avec l’adultisme, donc avec cette dérive consciente ou inconsciente qu’a le parent à se placer “au-dessus” de l’enfant. Lire la suite

Cette vidéo est pour toutes les nouvelles mamans, toutes ces femmes qui rentrent dans la maternité et qui en ont un peu marre qu’on leur dise quoi faire et quoi penser alors même que bébé est encore au chaud dans leur bidou. Mais cette vidéo est aussi là pour rappeler à toutes les mamans qu’elles doivent garder confiance en elles et en leurs compétences.

Alors si toi aussi tu connais une maman qui aurait besoin de voir cette vidéo, n’hésite pas à partager ou la tagger ! 🙂

A toi, future ou nouvelle maman, je suis de tout coeur avec toi.

 

 

Afin d’être averti des prochaines videos avant même leur publication, tu peux t’abonner à notre chaîne Youtube : www.youtube.com/ailesgraines et pour ne rater aucune de nos publications tu peux bien sûr t’inscrire à notre newsletters (directement sur ta droite)

 

Voici un petit podcast sur la notion de l’autorité, et plus particulièrement dans le champ de l’éducation. J’ai souhaité amener un regard plus psychanalytique puisque c’est une de mes passions et on peut même dire que mêler l’éducation à la psychanalyse sont mes coeurs de recherche. Ainsi je tente de partager – avec tout mon enthousiasme, une réflexion en ce qui concerne les modes d’éducation.
Ce podcast se veut accessible à tous, le jargon psychanalytique n’est pas manié à chaque recoin de phrase; cependant n’hésite pas à me poser des questions au besoin, je me ferais un plaisir de te répondre!

Et pour creuser la question de l’autorité en famille, voici un de mes articles:
https://ailesetgraines.com/autorite-en-famille/

Si le titre de cet article va en faire hurler certains il n’en est pas moins vrai; laissez-moi quelques minutes de votre précieux temps pour vous le démontrer.

Sans nul doute, dans le monde de “l’éducation bienveillante” on tourne autour d’idéaux à atteindre et on rappelle à raison qu’il est indispensable que le parent se mette toujours à la place de l’enfant et qu’il soit empathique. Oui mais voilà, la limite est mince entre l’envie de s’améliorer et la culpabilisation. Lire la suite

J’ai vu pas mal de couples qui se disputent, et ne connaissent d’ailleurs que ce schéma. Il est d’ailleurs si répandu qu’il en est devenu une norme, reprise même dans les films comme préliminaires d’un futur acte érotique. En soit on veut nous expliquer que se disputer avec sa moitié c’est signe d’une bonne santé de couple… ou pas !

A chacun de voir son baromètre d’acceptation. Car si se disputer n’est pas anormal, c’est tout de même bien « énergivore ». Cela consomme beaucoup en temps et c’est émotionnellement dense. On a donc pas tous la même quantité de temps et d’énergie à mettre dans une dispute et parfois y’en a « en trop ».

 

Voici donc une petite vidéo avec 10 astuces (liste non exhaustive) pour éviter les débordements. Si tu préfères lire l’article à ce sujet le voici: https://ailesetgraines.com/eviter-debordements-conjoint/

Si tu as des questions, n’hésites pas à me les poser ici, j’y répondrais dans les meilleurs délais et si tu as aimé cette vidéo, tu peux aussi la partager et t’abonner à notre chaîne youtube AilesetGraines.

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

As-tu peur que ton enfant mange pas assez de légumes ? Que ton enfant ne mange pas équilibré?

On est nombreux à s’inquiéter de savoir si notre enfant mange “comme il faut” et de crainte qu’il mange “toujours mal” on veut le forcer à gouter à tout. Et pourtant nombreux sont ceux qui ont du goûter à tout plus jeune et qui n’ont pas un régime équilibré une fois adulte. Et si on arrêtait cela, que se passerait-il?

Voici une vidéo où je te parle de notre mode alimentaire vegan mais aussi de notre rapport à l’alimentation dans l’éducation respectueuse que nous donnons à nos enfants.

Avec toute ma bienveillance,

Elodie

Pas facile de voyager avec des enfants !

Nous sommes allés en Suède, chose que tu sais déjà si tu nous suis sur Instagram. Le fameux pays où on prône la bienveillance, et où ils ont un siècle d’avance en ce qui concerne les droits des enfants. On te livre notre retour sur l’éducation suédoise. Mais pas que…

Souvent lorsqu’on voyage on veut faire plein de choses, visiter au maximum, enchaîner les restaurants… mais les enfants fatiguent, pleurent, nous-même on est épuisés de marcher et au final tout le monde peut en arriver à s’agacer.
Je profite donc d’un retour d’un voyage en Suède pour t’expliquer comme on a passé un voyage agréable en famille avec deux enfants de moins de 3ans.

Si tu as des questions suite à la vidéo, n’hésite pas à laisser un commentaire ou à nous envoyer un mail à contact@ailesetgraines.com

Avec toute notre bienveillance,

Si tu lis notre blog depuis plusieurs semaines, tu sais probablement ce que l’on a vécu la première année de notre parentalité, année durant laquelle notre aîné a eu des RGO. Et avec le recul, maintenant que l’on est sorti de tout cela, je me dis que peut être notre expérience pourra servir à d’autres et faire connaître ces difficultés.
Bien entendu, cela n’a pas vocation à être comparé avec des bébés qui ont été atteint par une grave maladie et qui amènent à de vraies difficultés de survie. Ceci est bien sûr incomparable, et loin de nous l’idée de vouloir minimiser le parcours et la souffrance des autres; ceci n’est qu’un partage de notre témoignage en espérant pouvoir aider, ou apporter un peu d’espoir et de soulagement aux parents qui pourront se reconnaître dans notre histoire, bébé-RGO ou non.

(https://youtu.be/q17Mt_yoa_A)

PS: lien de l’article dont je te parle : https://ailesetgraines.com/fleau-de-lepuisement-parental-connaissez/

Bien à toi et à ton bébé,

 

On entend souvent des personnes dire qu’éducation bienveillante est synonyme de laxisme – comme si un parent qui avait choisi de ne pas faire preuve d’autorité avec son enfant voulait dire qu’il était laxiste.
J’ai donc fait cette vidéo pour rappeler ce qu’est le laxisme, et pourquoi – selon nous – être autoritaire ou être laxiste utilise un même moyen : user de violences éducatives ordinaires.

Etre bienveillant résulte en un accompagnement qui demande beaucoup du parent; cela n’est pas forcément confortable, au moins les premiers (longs?) temps, surtout si nous même n’avons pas reçu nous-même ce type d’éducation. On avait d’ailleurs écrit un article à ce sujet si cela t’intéresse: https://ailesetgraines.com/quand-difference-sonne-comme-intolerance/

(https://youtu.be/pcx8EbU-YoI)

N’hésite pas à nous faire un retour sur cette vidéo si tu en as envie, et bien sûr à la partager afin de semer des graines de bienveillance partout autour de nous 😉

Avec toute ma bienveillance

Nous parents, avons souvent oublié ce qu’était que de simplement s’amuser, et donc de jouer avec son enfant et – malheureusement – parfois cela peut engendrer certaines conséquences néfastes sur le développement de nos enfants.
Parfois leurs jeux nous ennuient, ou bien nous avons d’autres choses à faire, en tête, et pourtant; il reste primordial d’être pleinement présent et de jouer simplement avec ses enfants.
Dans cette vidéo je te livre donc mes petites astuces pour dépasser ces difficultés.
J’avais à ce sujet d’ailleurs réalisé une autre vidéo sur le lâcher prise : https://www.youtube.com/edit?o=U&video_id=6OG69UBykHU

Si toi aussi tu as tes astuces ou des retours à partager avec toute notre communauté Ailes&Graines n’hésite pas à les poster en commentaires; et si tu penses que cette vidéo peut aider d’autres parents, n’hésite bien sur pas à la partager 😉

Nous te proposons une courte vidéo sur la nécessité ou non d’imposer des règles à ses enfants. En effet, les règles font partie intégrante de nos vies, et tous les jours nous devons en respecter des tas – et ce depuis le plus jeune âge. Mais les règles sont-elles fondamentalement utiles et nécessaires pour nos enfants? Dans quelle mesure?

Dans cette vidéo Elodie te livre la façon dont on a choisi, nous, d’appréhender la parentalité avec cette question des règles que nous mettons en place à la maison. On t’explique aussi pourquoi – de notre point de vue – il est fondamental de ré-interroger la totalité des conventions sociales: souhaitable? par habitude? illogique? utile?

Il faut garder à l’esprit qu’une règle est souvent vécue comme une contrainte par l’enfant, avec son lot de frustrations et de tensions, pour tous.

 

L’article sur le conformisme et les névroses dont Elodie te parle dans cette vidéo est ici: https://ailesetgraines.com/soyons-nevroses-ensemble-preambule-a-la-reflexion-du-vivre-ensemble/

N’hésite pas à nous faire part de tes commentaires et de tes expériences personnelles, ou à partager cette vidéo si elle t’a plu avec d’autres parents qui sont également en réflexion.

Avec toute ma bienveillance,

Alexis

PS: pour voir nos vidéos avant leur publication sur notre site ou sur  Facebook, tu peux t’inscrire à notre chaîne Youtube => https://www.youtube.com/channel/UCMMJj06Y9hK6qnXxjhCWbYQ

Pas facile de rester bienveillante, de ne pas tomber dans certaines VEO avec ses enfants, dans des moments de “crises”, on en arrive à sortir de l’éducation bienveillante que l’on souhaite avoir avec nos enfants. Et pourtant ça peut arriver, alors comment éviter les moments de dérapage pour accompagner au mieux nos enfants, comme ils le méritent?

Je te livre ici mon témoignage, mon aide et mes astuces. N’hésite pas à partager cette vidéo si elle t’a aidé, ainsi que tes astuces et conseils à toi qui pourraient bénéficier au plus grand monde!

Avec toute notre bienveillance

 

Tu peux partager cette vidéo si tu penses qu’elle peut aider d’autres parents !

Et n’hésites pas à nous rejoindre sur Facebook ou sur instagram : https://www.instagram.com/ailesetgraines/ 

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

 "AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", inscris-toi à notre newsletters !

( => il suffit de rentrer ton email à droite et si tu ne reçois rien, une petite vérification à faire dans tes courriers indésirables !! ) 

 

 

On parle souvent de bienveillance, envers ses proches et envers soi, mais moins souvent à l’égard de son “habitat”: son corps. Lire la suite

Si tu as lu notre dernier article sur la métamorphose du couple quand il devient parent, tu comprendras alors mieux pourquoi je tenais à faire cette vidéo. Je t’explique, avec une approche socio-psychologique les évolutions d’un couple – et notamment les 3 grands changements – quand celui-ci devient parent. Je te parle également des dernières études pour aider ton couple à se réorganiser face aux changements majeurs qu’un enfant apporte quand se constitue la famille, notamment avec la place du père lorsque la femme allaite.
Il est essentiel de prendre soin de son couple quand on souhaite l’harmonie et l’épanouissement de sa famille; beaucoup d’éléments découlent du bien-être conjugale.

 

(lien video:https://youtu.be/Qa9a39cJ3Sc)

 

Tu peux t’inscrire à la newsletters sur www.ailesetgraines.com afin de recevoir notre ebook gratuit ” Pour un couple épanoui”, et rester informer sur tous les nouveaux articles et vidéos.
Retrouve-nous également sur la chaîne Youtube, ou sur Instagram 😉

On a beau nous avoir prévenu… il reste souvent un fossé, vous savez, celui bien placé entre la théorie et la réalité!

Car il faut bien se le dire – et se le redire -, il y  un avant et un après 1er bébé. On nous vend les petits pieds à bisouter, les câlins et les premiers pas comme les plus belles choses du monde… c’est vrai, mille fois vrai; mais même si on daigne vaguement nous briefer sur la fatigue et les couches pleines, on en oublie souvent de dire que plus que ton quotidien, ton couple va irrémédiablement changer. Chacun devient personnellement parent. Et passe du stade de “je suis le/la fils/fille de …” à “je suis le/la père/mère de…”. Si les deux êtres composant le couple changent en profondeur, comment pourrait-il en être autrement pour la relation conjugale?

Selon les statistiques, pas moins d’un couple sur cinq se sépare avant les 5ans de l’enfant, et même un couple sur douze pendant la 1ère année! Une expression est née de ce terrible constat: “le baby-clash“. Charmant, non ? (Je vous rassure, je ne trouve pas cela charmant, non… !) Beaucoup de spécialistes tiennent ainsi le discours suivant: la séparation n’est jamais le fait de la présence de l’enfant, il ne crée aucunement les problèmes; il sert simplement de catalyseur, d’amplificateur – par la nécessité pour chacun de trouver sa nouvelle place, par la fatigue générée, par les ajustements demandés pour faire la place à ce petit être, les attentes personnelles et conjugales qui changent, … – en mettant en exergue certaines fragilités profondes déjà présentes au sein du couple.

Bien sur, la fatigue liée au manque de sommeil des premiers mois de vie (voire premières années, certains enfants ne faisant pas de loooongues nuits d’une traite avant 3, 4 ou 5ans ou plus…) amène une personne à se mettre dans un état de survie; l’égoïsme – en fait la capacité à prendre soin de soi ici – est forcément précieux dans les rares moments où bébé nous laisse prendre un temps de repos, afin de permettre de se régénérer; il en découle de fait souvent un manque de patience, d’écoute, de compréhension, de présence en fait, pour son partenaire.
De l’agressivité pure et simple peut en jaillir – moins rarement que ce que l’on souhaiterait – au sein du couple car il faut bien trouver, pour certaines personnalités poussées dans des retranchements de survie, un bouc émissaire facile dans ce quotidien difficile, et si ça ne peut pas être bébé qui servira de cible, ce sera forcément le/la conjoint/e ! Deux personnes épuisées ont d’avantage de difficultés à communiquer de manière bienveillante et/ou à garder leur calme face à une énième frustration.

On est humains, forts et fragiles à la fois.

 

Petites mises à jour ironique dans le disque dur du couple, quand on passe de 2 à 3:

Prends juste 2 culottes chérie, on part à l’improviste!” devient “Fais le listing des choses à prendre; et faut à tout prix qu’on se démerde pour partir à l’heure de la sieste de bébé!!“;

Je suis épuisé(e), on se fait un plateau-repas-film?” devient “Je suis épuisé(e), j’espère que les petits vont vite piquer du nez ce soir pour pouvoir m’affaler comme un sac...”;

Toi, moi, ici, pas le temps d’aller jusqu’au lit…” devient “Détour express par la table à langer; c’est bon chérie, la couche est mise, dodo pour tout le monde!!“;

Ca ne va pas toi… tu veux qu’on en parle?” devient “Ca ne va pas toi… on en parle quand les petits sont au lit ?” ou, selon l’état général, “Moi aussi ça ne va pas, chacun fait ce qu’il peut, courage à toi…“;

N’oublie pas le contraceptif” devient “Je dors que 3h/nuit, et puis bébé ne dort que sur moi, donc t’oublies! Non mais, direct!“;

Vivement ce week-end pour les grasses mat’!‘” devient “Vivement dans 10ans, pour leurs grasses mat‘”;

Toi et moi contre le reste du monde” devient “Toi et moi, avec les pleurs“.

Quand aller aux WC seul est devenu un luxe, c’est que passer du temps de qualité avec son partenaire est souvent devenu denrée rare!

Bien au-delà de la fatigue, des nouvelles habitudes à prendre pour chacun, des soucis de communication ponctuels au sein du couple, c’est le centre de gravité de celui-ci qui se déplace totalement avec l’entrée dans la parentalité. Les besoins de l’enfant seront toujours prioritaires, et vous irez chercher au plus profond de vous-même pour vous lever une énième fois dans la nuit, pour le bercer ou chanter pour la 100000ème fois la même chanson (“Il en faut peuuuu pour être heureux, vraiment très peu pour… “, “Dans la jungle, terrible jungle, le lion…”, … bref ce qui vous passera par la tête pour l’aider à s’endormir^^).

 Dans ce contexte, la relation ne peut que changer; inévitablement. Le couple peut alors prendre mille directions: par exemple, essayer de préserver coûte que coûte un temps de qualité – même si faible en quantité; ou alors, se fondre, se diluer totalement au sein de la famille quitte à redessiner des contours plus nets une fois les enfants plus grands; ou encore, grappiller des moments à deux quand le quotidien nous en offre. C’est essentiel ! Trouver des solutions, spontanément ou par le biais de la réflexion / communication, à tous les changements au sein du couple induits par la présence d’un enfant – changement dont l’un des deux partenaires souffre, bien sur – est absolument vital. Un couple fusionnel avant l’arrivée des enfants se retrouve alors devant une situation où il va devoir partiellement ou totalement défusionner, ou alors chercher une adaptation de l’organisation de sa vie afin de permettre à un nouvel élément d’entrer dans ce schéma. Si avant de fonder une famille, vous étiez plutôt un couple épanoui séparément dans des passions et des espaces propres, la raréfaction du temps disponible réduira d’autant vos moments à deux, partagés – et se posera alors peut être la question de savoir comment réussir à préserver certains éléments qui étaient fondamentaux dans votre couple.

Il y a également une autre donnée à prendre en compte, dans cette transition si particulière de “couple non parent” à “couple parent”: bien sur, le quotidien change, vous vivez au rythme de bébé et ce n’est en soi déjà pas évident de faire systématiquement passer ses propres besoins après ceux de quelqu’un d’autre, aussi bébénou soit-il; et cela peut avoir des effets dévastateurs – pour soi et, par voie de conséquence, pour l’enfant – si l’autre parent n’est pas soutenant et impliqué activement d’une façon ou d’une autre dans ce quotidien chamboulé. Si vous ne formez pas une vraie équipe parentale avec votre partenaire, les sentiments négatifs risquent de fuser: de l’incompréhension on passe vite à la déception et de la frustration à la colère. Il vous faudra parler, toujours. Accepter que l’autre n’a pas tort de principe parce qu’il pense différemment, ou parce qu’il s’implique spontanément moins qu’attendu; chacun a son vécu personnel en tant qu’enfant, et des schémas de fonctionnement resurgissent spontanément. Avoir une communication, verbale ou non-verbale, bienveillante – autant que faire se peut est un bon moyen. Et c’est souvent là que le bât blesse; même un couple avec une communication permettant l’épanouissement de chacun des deux partenaires avant l’entrée dans la parentalité bébé, éprouvent des difficultés à communiquer positivement après, car il n’est pas évident de trouver le temps et l’énergie adéquate pour échanger sereinement. Quand le sujet épineux se trouve en lien avec le nouvel arrivant dans la famille, on rentre de plus dans un magma émotionnel composé de valeurs éducatives héritées, de normes, de fantasmes, de transferts de sa propre enfance, de réminiscences multiples…

Ce n’est bien sur pas évident tous les jours, loin s’en faut; mais, nous pensons que c’est une magnifique occasion de repenser autrement votre couple aimant, et d’apprendre à se connaître différement, en allant plus avant dans l’enfance et le futur de l’être aimé.

Deux personnes fondent une famille. Deux personnes avec leurs parcours, leurs éducations reçues, leurs blessures d’enfance, leurs idéaux… et parfois – pour ne pas dire souvent – des désaccords arrivent avec les divers choix à effectuer dans son rôle de parent – modèle éducatif, garde, alimentation, … Or, il est très délicat de faire des concessions quand il s’agit de ses enfants, et que l’on pense que notre façon de faire est la meilleure pour eux. Quelle raison peut bien être assez forte pour que je puisse lâcher sur un point qui, j’en suis persuadé(e), favorisera l’épanouissement de mon enfant? Communiquer est un mot clé. Et mettre à distance la situation. Pourquoi l’autre pense différemment? Et si je me trompais? Et quand même bien je ne pense pas me tromper, je peux reconnaître que l’autre me semble violenté par mon choix. Pourquoi? De plus, peut-être avons-nous tous les deux raisons de penser que ce l’on pense? A chaque histoire, chaque chemin. Qui suis-je pour estimer que le mien prévaut sur le sien?

Arrivons ensemble à trouver notre solution, épanouissante pour tous. Car imposer sa vision écarte systématiquement l’autre de la décision, et fragilise de fait la communication, l’implication de l’autre et l’équilibre général de votre famille. Le couple est le poumon de la famille, et s’il halète, c’est tout le monde qui tousse. Ce travail demande une vraie mise à distance de son propre vécu en tant qu’enfant, afin de devenir pleinement parent et ne plus rester dans sa propre enfance.

 

Gardons à l’esprit cette pensée magnifique: en plus d’être la personne que tu aimes de tout ton coeur, le partenaire devient la mère ou le père de tes enfants. Tu apprendras dorénavant à le/la voir totalement différemment. Et si, un peu comme ce qui se fait ici dans notre famille – à notre façon toute personnelle – tu arrives à mettre en place une douce communication bienveillante – même si ce n’est pas toujours évident, ce n’est pas inné, tout se travaille -, où chacun se sent écouté et respecté pour qui il est, sans jugement aucun… Et bien tu sais quoi? Tu l’aimeras encore plus que le premier jour. Plus que jamais, tu es avec ton partenaire de vie. Tu auras vécu des évènements et des épreuves, quels qu’ils soient (souvenirs d’enfance heureux, nuits compliquées, fou rires, reflux, premiers pas…), gravés à tout jamais en vous. Vous les aurez surmonté côte à côte, main dans la main. Vous en sortirez plus forts, plus épanouis, sereins; votre amour sera inébranlable.

 

*****

Pour en savoir plus sur la communication bienveillante dans le couple, nous avons écrit un mini e-book d’une 20aine de page avec quelques conseils, à partir de nos parcours professionnels et personnels. Si jamais cela t’intéresse, il suffit de remplir le champ de ton adresse e-mail (ici à droite directement) afin de recevoir les 3 conseils-clés pour un couple épanoui !

*****

 

 

 

 

Le cododo est une pratique qui consiste à ce que le parent dorme avec son enfant; une pratique parfois plébiscitée parfois critiquée. En tout cas, elle laisse rarement indifférent. Lire la suite

En tant que parents, ils nous arrivent bien évidemment d’être fatigués, au bout du rouleau, totalement épuisés… dans ces moments-là, il ne nous tarde qu’une chose: le soir, afin que les enfants aillent au lit! Bien qu’on les aime forts, si forts nos petits bouts, il n’en reste pas moins qu’il n’est pas toujours évident de s’élever à la hauteur de leurs émotions. Et pourtant, même à ces moments-là, il reste essentiel de tout faire pour garder toute sa bienveillance. C’est ainsi que nous te proposons ensemble cette vidéo qui rassemble les outils et astuces que nous mettons en pratique au quotidien, afin de rester le plus bienveillant possible. Lire la suite

Un jour, on m’a dit : “tu connaîtras ce qu’est la vraie fatigue une fois que tu seras parent“… Oui, ok. Je m’incline. Définitivement. Je vais vous partager dans ce billet une période de ma vie extrêmement éprouvante. Je ne doute pas que quiconque pourra reconnaître une partie de sa propre histoire dans ce récit, celui d’une maman en état d’épuisement,  à bout de souffle… et du reste. Lire la suite

* Désolé pour la qualité technique de la vidéo – nous allons prochainement nous équiper d’un appareil de meilleure qualité dans notre quotidien, qui servira également à nous filmer – ainsi que pour la qualité globale du contenu – il était tard, les enfants venaient de s’endormir après une journée éprouvante, c’est notre première tentative… Pour une première, les excuses, ça marche, non? 😛 *

Et voici une première vidéo en duo où l’on a souhaité te livrer un échange que l’on a eu récemment, où nous étions d’abord en désaccord, sur la notion du “partage” des jouets de nos enfants. Et si on arrêtait de leur demander de partager? Est-ce que ça ferait de nous de mauvais parents? Est-ce que ça ferait d’eux des futurs adultes égoïstes? Un thème délicat car il renvoie à des valeurs bien ancrées, et jamais évidemment à appréhender quand on partage des moments avec des familles aux règles différentes des notres.

On précise que nous ne jugeons bien évidemment aucun mode éducatif, nous souhaitons juste partager notre réflexion, dans laquelle certains se retrouveront peut-être… les différences peuvent toujours être sources de richesses.

(https://youtu.be/LmhRvYEI82o)

Nos désaccords ont pu se résoudre facilement, à distance de l’épisode, par l’acceptation des émotions et idées de l’autre, dans le cadre d’une communication bienveillante entre nous. Si la thématique de la communication bienveillante dans le couple t’intéresse, afin de dénouer les noeuds du quotidien dans le respect de l’autre, nous avons rédigé un mini-ebook que tu peux recevoir gratuitement en t’inscrivant à notre newsletters  (colonne de droite, il te suffit de rentrer ton email, que nous vous promettons de garder confidentiel cela va de soi).

Nous te souhaitons une jolie journée.
Prends soin de toi.

   _——————————– 

Toi aussi tu as du mal à lâcher prise par moment?

C’est bien normal, c’est difficile de se distancier, de prendre du recul sur certaines choses. Si cette pratique est souvent salvatrice, libératrice pour les parents, elle ne marche pas toujours sur commande, et c’est tant mieux. Comment y voir clair?

Voici une mini vidéo que j’ai faite par rapport à ma propre expérience de maman 🙂 Lire la suite

On dit souvent que l’allaitement c’est naturel, certes ! Mais c’est loin d’être facile … Et je te relate ici mon expérience douloureuse tant physiquement que psychologiquement de mon premier, qui a tourné au cauchemar. Lire la suite

Qui n’a jamais été fatigué ?

Il nous arrive à tous d’être au bout du rouleau, d’être à bout de force que ça soit physique ou psychique. Et dans ces moments il est difficile d’être ouvert à l’autre et pour l’autre et donc de rester bienveillant, surtout lorsque son/sa partenaire est aussi fatigué(e). Lire la suite

On est tous humain et parfois c’est difficile de se contenir, c’est difficile de rester calme et bienveillant et du coup il arrive que certains d’entre nous par mimétisme ou par trop plein en arrive à crier.
Cependant crier démontre d’une part qu’on a pas réussi à se maîtriser et d’autre part que nos besoins ne sont pas entendus voire malmenés.
Je te propose donc cette vidéo très courte pour t’apporter quelques pistes de réflexions et je te joins un article plus complet sur ce sujet: https://ailesetgraines.com/evitons-de-crier/

Tu peux également t’abonner à notre chaine Youtube (les vidéos sont publiées en prime-time)  : https://www.youtube.com/channel/UCMMJj06Y9hK6qnXxjhCWbYQ

(https://youtu.be/Mde7lAobweo)

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: "AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 
inscris-toi à notre newsletters ! ( => en un clic sur la barre latérale  !) 



Il est difficile de prendre un ton persuasif quand on crie à pleine voix !
Aldous Huxleydans Le meilleur des mondes (1931)

 

Crier est un besoin, le besoin de se faire entendre, le besoin irrépressible que les choses soient différentes… c’est donc le signe qu’un besoin n’a tout simplement pas été respecté. Mais c’est aussi le signe que la communication dérape et bascule vers une forme différente et non productive.

En effet, si crier peut stopper le dialogue, le mettre sur pause car l’autre est choqué, effrayé ou compréhensif, ça n’en reste pas moins un moyen extrême de s’exprimer; car crier intervient normalement en dernier recours.

Mais revenons au début…

Depuis la nuit des temps, crier est un moyen d’expression, que l’on retrouve chez nos amis les animaux ou chez les nouveaux-nés; crier est donc une capacité naturelle ! On crie de terreur, on crie de colère, on crie de peur, on crie de tristesse, on crie de frustration, mais on peut aussi crier de surprise ou de joie… dans tous les cas on crie quand l’émotion est trop forte pour être contenue. Quand c’est si puissant qu’on ne peut plus intérioriser au risque de se faire du mal, on rejette vers l’extérieur ce trop plein. Mais on peut aussi crier contre l’autre et c’est là tout le problème, c’est lorsque le cri n’est pas pour nous mais contre l’autre. L’autre n’est pas responsable de notre manque de gestion dans nos émotions, car qu’importe finalement on a tous cette capacité de self-control et ce même face à la pire situation. Mais en pratique cela reste difficile voire parfois impossible surtout lorsque l’on sait comment fonctionnent les neurones miroirs ( c’est une catégorie de neurones du cerveau qui nous fait exécuter la même action que l’individu que l’on est en train d’observer, comme par exemple pour le bâillement, mais cela s’applique aussi aux émotions).

Ainsi face à une personne prise d’une profonde émotion non maîtrisable au point où elle crie, on est soi-même mis sous pression, il suffit de voir comment on réagit face à un bébé qui pleure très fort. C’est aussi pour cela qu’il est difficile de garder toute sa bienveillance, surtout épuisé, si on a un bébé qui cri beaucoup et donc il est essentiel de pouvoir passer le relais !

N’oublions pas que crier est une VEO (Violence Educative Ordinaire) et que ça impacte très négativement le développement psychologique de l’enfant notamment dans l’estime qu’il va avoir de lui-même. De nouvelles expériences en neurosciences démontrent d’ailleurs que le cerveau de l’enfant réagit de la même façon si on lui crie dessus que si on le frappe, les conséquences sont les mêmes et peuvent être dramatiques sur le long terme: faible estime de soi, diminution des connexions neurones, comportements antisociaux voire violents,  trouble du développement …

Pour en savoir plus, je vous propose d’aller sur le site de l’Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (https://www.oveo.org/les-effets-de-la-violence-educative-ordinaire/). Ainsi, lorsque vous criez vous entravez gravement le développement d’un enfant.

Cependant crier sur un autre adulte n’est pas non plus anodin, outre le fait que vous allez entraver la communication, vous allez aussi énerver votre interlocuteur. Ainsi sachez que ce n’est pas parce que l’on crie que l’on se fera mieux comprendre, au contraire, les cris attaquent, rabaissent, humilient,  et finalement sont une forme de maltraitance. Pourtant beaucoup de couples banalisent ce type de communication et ne se rendent plus compte que cela détériore petit à petit leur relation. La confiance s’effrite ne laissant alors plus qu’un amère regret.

Pour éviter d’en arriver là voici quelques conseils:

 

1- Apprenez à vous connaître, à savoir où sont vos limites et à dire STOP quand vous sentez un trop grand agacement.

2- Si l’agacement est déjà présent, prenez du recul physiquement (en allant faire un tour ou en respirant) ou psychologiquement (en vous disant que l’autre ne se rend pas compte du mal qu’il peut vous faire, qu’il ne vous connait pas et donc ne porte pas de jugement sur votre personne…).

3- Sachez regarder au-delà de l’autre pour vous exprimer et recentrez-vous sur vous, parler de vos émotions et n’attaquez pas l’autre: le Tu tue ! Tentez de vous concentrer sur vos ressentis. Par exemple au lieu de dire “tu me blesses” tentez plutôt de dire “je me sens blessée”. Parlez de ce qui vous appartient à VOUS !

4 – Si l’autre est dans l’attaque, décrivez ses comportements et pas sa personne, ne surenchérissez pas !

5- Mettez un terme à la conversation, à la situation avant que cela ne dégénère et proposez de revenir en parler plus tard, au calme, à un autre moment, dans un autre lieu…

 

Je te propose également cette vidéo que j’ai faite qui peut t’aiguiller sur la communication non violente: https://ailesetgraines.com/limportance-de-la-communication-bienveillante/

Ou cet article pour désamorcer les conflits :  https://ailesetgraines.com/5-etapes-pour-desamorcer-un-conflit/

 

SOURCES

JACOB André, Anthropologie du langage: construction et symbolisation

CHRETIEN Jean Louis, Saint Augustin et les actes de parole, 2002.

GUEGUEN Catherine, Pour une enfance heureuse.

Observatoire de la Violence Educative Ordinaire (https://www.oveo.org/les-effets-de-la-violence-educative-ordinaire/

Site : https://nospensees.fr/

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

 

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Une petite vidéo sur les difficultés pour endormir un bébé,

une vidéo pour te rassurer,

une vidéo où je te livre ma méthode de maternage pour un sommeil de bébé apaisé et sur l’organisation que j’ai mise en place pour aussi prendre soin de moi !

N’hésites pas à partager cette vidéo, elle peut aussi aider des parents qui se reconnaissent ou semer des graines de ci de là !

Tu peux aussi soit t’abonner à la chaîne Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCMMJj06Y9hK6qnXxjhCWbYQ

Soit à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Pour les mouvements, c’est normal, je berce bébé 😉

(https://youtu.be/wZg58fdO4KU)

Voici le livre dont je te parle dans la vidéo: 



Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: "AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 
inscris-toi à notre newsletters ! ( => en un clic sur la barre latérale  !) 



Chères Wonder-Womans, super mamans, compagnes hors normes, cet article s’adresse à vous toutes.

Tout est parti de discussions avec un groupe de copinEs. Sabrina nous raconte qu’elle est rentrée hier soir à 20H30 du travail, à 20H, son compagnon (rentré depuis 17H) lui envoie un texto « tu nous fait quoi à manger ce soir ? » et là… elle réalise qu’elle n’a pas fait de courses, que la supérette d’à côté est fermée et qu’elle a juste envie de rentrer. A son retour, cela tourne mal à la maison, elle n’est pas de bonne humeur, fatiguée, excédée et elle a une machine à faire. Ils finissent par commander leur repas, un peu agacés par les prix exhorbitants.

Le lendemain, nous en discutons, et je lui demande « pourquoi tu ne lui as pas demandé ce que lui te préparerait ce soir vu que tu rentrais tard ? » « ah ben c’est moi qui m’occupe de la cuisine à la maison, courses, machines et ménage » « ah bon… mais tu finis plus tard non ? ». Elle fronce les sourcils. L’ai-je agacée ? Je n’en sais fichtrement rien sur le moment, mais j’ai pour habitude d’être assez franche dans mes relations.

Quelques jours plus tard, la situation se reproduit et étrangement… elle adopte mon conseil. La sentence est immédiate par sms « ben rien, on mangera de la sauce tomate ». Elle est furieuse, et lui envoie un émoji énervé. Toutefois, en rentrant, le frigo est plein, Monsieur lui a fait l’honneur d’un repas home-made. Elle est toute émue le lendemain. Mais là où le gentleman perd de son aura, c’est lorsqu’il lui rétorque que ce serait bien que cela ne se reproduise pas trop souvent, il est crevé en rentrant du travail quand même !

Cela s’appelle… la charge mentale, lorsque les femmes se sentent une responsabilité de tout gérer dans le foyer. Selon une enquête INSEE datant de 2010, les femmes prennent en charge 71% des tâches parentales (bon d’accord, pour l’allaitement, on le garde !) et 64% des tâches domestiques ! Mais, on travaille aussi non ?

Résultat, on est crevées et agacées du « ben il fallait demander !! » . Et moi j’aimerais dire « eh bien non. On est deux à vivre ici ! »

Alors à chaque couple ses règles, son fonctionnement. Mais pourquoi ne pas créer un nouvel état d’homeostasie ou chacun intervient à hauteur de ce qu’il peut faire ?

Nos mères, grands-mères ont lutté pour l’égalité des sexes, pour briser les carcans d’une société patriarcale rigide pour elles, pour nous, pour nos enfants !

Sabrina et moi, nous avons des visions très différentes du couple. Et des compagnons aux caractères assez antagonistes. Lui et moi, nous avons toujours eu cette propension à partager les tâches. Alors bien évidemment, cela n’a rien de parfaitement égalitaire. Mais par exemple, je vais m’occuper de la vaisselle car ça l’agace, il va cuisiner plus souvent que moi parce que ça ne lui déplait pas.

En réalité, nous essayons de nous économiser. Quand l’un est fatigué, l’autre prend la relève. Bien sur, on a tatonné au début, mais on a fini par en parler.

Alors, pourquoi ne pas mettre quelques coups de canifs aux idées reçues et aux règles pré établies ?

Vous vivez ensemble dans le même logement, ainsi vos responsabilités légales vis-à-vis de ce dernier sont les mêmes. Vous avez donc les mêmes droits. Et l’ère de l’homme des cavernes est terminée !

Mais comment faire ?

J’ai une tendance à être non-violente, calme, très « douce » diront certains. D’où l’étonnement de mes copines lorsque je leur raconte que la veille, Monsieur a fait une machine, l’a étendue, a fait le ménage, m’a préparé un super repas parce qu’il savait que j’avais eu une dure journée ! Et pourtant, cela n’a rien d’incompatible, c’est un fonctionnement de couple, de personnes, que l’on a su trouver avec le temps.

  • Engagez la conversation, il sera facile à comprendre que parfois vous ayiez besoin de temps pour vous reposer, voir des amis, ou simplement faire ce qu’il vous plait ; ainsi, vous pourriez établir une sorte des « listes de qui fait quoi » (par exemple : je fais à manger le mardi, vendredi, samedi dimanche et toi les autres jours ou je préfère m’occuper du ménage, peux-tu gérer les courses stp, etc… ). Certaines personnes choisissent même d’établir une semaine-type notée. Mais soyez flexibles, vous êtes des êtres humains et nous sommes faillibles, et pire encore, ce n’est pas un drame
  • Soutenez vous dans les cas de grande fatigue, n’hésitez pas à en discuter et à demander un soutien plus important sur les tâches qui vous incombent
  • Lorsque ce n’est pas bien fait, dites vous bien que Rome ne s’est pas construite en un jour, vous pouvez discuter de la meilleure manière de faire les choses ! Ne sombrez pas dans le conflit ! «  Aimer, c’est renoncer à la force » Milan Kundera
  • Essayez de rendre le jeu amusant « on fait le ménage en mettant la musique fort, on danse, on chante en même temps, et puis on s’écroule de rire sur le canapé avec mal aux abdominaux à force de rire », « on fait des concours de cuisine qu’on note comme top chef », « on s’envoie des listes de courses mystère avec des rébus », « celui qui fait la vaisselle peut manger le dernier bonbon » en parallèle « celui qui a oublié d’accomplir une des taches doit un café à l’autre ». La  vie peut être drôle, belle et pourquoi les corvées seraient forcément un poids ? Pourquoi ne pas essayer d’y trouver un peu de plaisir ? essayez de vous amuser, la vie est courte, rendez-la plus belle !
  • Accordez vous des breaks sur ces domaines là, ce n’est pas très grave s’il manque de la sauce tomate pour le repas de ce soir ou si la vaisselle attend demain
  • Si vous en avez les moyens, faites appel à une aide ménagère pour vous dégager plus de temps ensemble (et c’est déductible à 50% des impots, depuis janvier 2017, pour les foyers non imposables, un crédit d’impots existe).
  •  N’oubliez jamais de vous remercier l’un et l’autre, après tout, c’est un cercle vertueux ! Cela s’appelle « le renforcement positif ». Même fatigué, de mauvaise humeur, quand on pense qu’il est normal que l’Autre ait fait ci où ça, il est important de noter ces choses là. Auriez-vous envie de faire plaisir à quelqu’un qui fait mine de ne pas remarquer ce que vous faites ? Ou bien en reviendrez-vous à un acte passif, à autre chose ? Le remerciement sincère, la gratitude nous met en position de faiblesse, par rapport à un manquement ou une aide, selon la psychologue et gestalt-thérapeute Sylvie Schoch de Neufor, lorsque nous remercions,. « Nous sommes reconnus par l’autre dans notre unicité et notre totalité ». La gratitude nous plonge avec l’autre, nous élève et nous soude. Le jeu semble en valoir la chandelle ?
  • Soyez indulgent avec l’autre, au final, vous êtes un couple, une équipe gagnante, soutenez-vous !
  • Pour terminer, pensez l’un à l’autre «  L’attention est un pur acte d’amour » Jeanne Siaud-Facchin !

SOURCES

https://www.insee.fr/fr/statistiques/1303232?sommaire=1303240

François de Singly – sociologie de la famille moderne

Tout est là, juste là – Jeanne siaud Facchin

L’insoutenable légèreté de l’être – Milan Kundera

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI






Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Voici une video que nous avons partagé sur notre page facebook, si tu ne l’as pas encore visionné ou partagé, il est encore temps de le faire !

​​

https://youtu.be/49jqg8yhQ8I

On tient à s’excuser pour la qualité de cette première video, notre ecrivain a fait cette 1ere tentative avec le coeur et l’envie de vous partager quelque informations et on la remercie ! ?
Bientôt une chaîne YouTube sera disponible pour AilesetGraines. ?

 

En voilà un objet commun ! Pourtant, j’ai pu me rendre compte que certains aspects qui le caractérisent sont oubliés ou méconnus.

L’occasion de refaire le point !

Pour qui ?

Pour tout enfant né en France, le carnet de santé est le plus souvent délivré par la maternité, ou par votre sage-femme si il est prévu une naissance à domicile.

Les enfants adoptés à l’étranger obtiennent leur carnet de santé par le biais du conseil général du département de résidence de leur(s) parent(s) adoptif(s).

Le carnet de santé est strictement personnel et confidentiel

A quoi sert-il ?

Il s’agit d’un outil de communication permettant de recueillir toutes les informations concernant la santé de l’enfant de 0 à 18 ans : circonstances de la naissance, croissance et développement, maladies, hospitalisations, vaccinations…

Il regroupe également des messages de prévention concernant la santé de l’enfant et de l’adolescent sur :

  • l’alimentation,
  • la mort subite du nourrisson,
  • la conduite à tenir en cas de diarrhée/fièvre/difficultés respiratoires,
  • la prévention des accidents domestiques
  • le développement “normal” de l’enfant
  • la santé bucco-dentaire
  • la santé de l’adolescent

Vous y trouverez également des feuillets appelés “certificats de santé” à établir aux 8e jour, 9e mois et 24e mois (voir plus bas).

Qui peut écrire dans le carnet de santé ?

Vous même (les parents), votre enfant si il est en âge de le faire (à partir de 8 ans si on en croit le carnet), et les professionnels de santé à qui vous avez donné l’autorisation de le consulter.

Si les professionnels de santé sont habitués à remplir le carnet au cours d’une consultation, il est moins fréquent de trouver le développement de l’enfant observé par ses parents. Pourtant, ces notes y ont toute leur place, de façon succincte,  éventuellement sur une feuille volante ajoutée au carnet.

D’ailleurs, le carnet de santé est né dans l’esprit de Jean Baptiste Fonssagrives, un médecin du 19e siècle, pour faciliter ses diagnostics grâce à la coopération des mères qui y notaient l’évolution psychomotrice et le comportement de leur(s) enfant(s).

TOUTES LES INFORMATIONS CONTENUES DANS LE CARNET DE SANTÉ SONT STRICTEMENT CONFIDENTIELLES ET DONC SOUMISES AU SECRET MÉDICAL

Toute personne accédant au carnet de santé de l’ enfant doit avoir obtenu l’autorisation du responsable légal

Le caractère “obligatoire” des examens médicaux et des certificats de santé

En théorie

D’après le Code de la Santé Publique,  “ils ont pour objet la surveillance de la croissance staturo-pondérale et du développement physique, psychomoteur et affectif de l’enfant ainsi que le dépistage précoce des anomalies ou déficiences et la pratique des vaccinations.”

Tous ces examens sont remboursés à 100% par la Sécurité Sociale.

Les certificats envoyés au centre de Protection Maternelle et Infantile de votre département ont avant tout un but épidémiologique et statistique, mais aussi préventif. Ainsi, suite à l’envoi d’un certificat,  vous pouvez vous voir proposer une aide par la votre centre de PMI (visite à domicile de la puéricultrice, informations sur le suivi, soutien…).

En pratique

Le caractère obligatoire de ces examens et certificats et bien difficile à évaluer.

Tous les parents n’amènent pas leurs enfants chez un médecin pour ces visites “obligatoires”, ne renvoient pas non plus les certificats “obligatoires” et ne se voient pas pour autant supprimer leurs allocations familiales (comme il est parfois entendu).

A vrai dire, il n’existe aucune disposition réglementaire contraignant ces obligations.

Un mot sur les courbes de croissances

Ces courbes ont été établies en en 1979 après le suivi d’enfants nés en 1950. Les habitudes alimentaires étaient différentes, et l’allaitement maternel n’avait pas la côte : les enfants étaient principalement nourris au lait artificiel.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a publié en 2006 des courbes de croissances fondées sur le suivi d’enfants nés dans différents pays où l’allaitement maternel est la norme d’après ses propres recommandations (Allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois, puis en complément de la diversification alimentaire pendant 2 ans voire plus).

De ce fait, la Direction Générale de la Santé (DGS) aidée par l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) étudie la pertinence du remplacement des courbes françaises actuelles par celles de l’OMS dans la prochaine édition du carnet de santé.

Cependant, si vous allaitez votre enfant, n’hésitez pas à insérer les courbes de l’OMS dans le carnet de santé (voir lien dans les sources).

En cas de pathologies chroniques

Souvent, les centres de suivi possèdent des carnets pour la communication spécifique à  la pathologie traitée (diabète, asthme, mucoviscidose…).

Le traitement des informations transmises dans ces carnets  est le même que pour le carnet de santé général.

 

Si vous avez une question vous pouvez contacter Samantha directement sur sa page Facebook : https://www.facebook.com/cheminsdevies/

Sources :

https://www.lllfrance.org/vous-informer/fonds-documentaire/allaiter-aujourd-hui-extraits/1177-71-la-prise-de-poids-des-bebes-allaites-les-nouvelles-donnees-oms-et-les-donnees-francaises

Courbes poids OMS garçon : https://www.who.int/childgrowth/training/chts_wfa_garcons_p/fr/

Courbes poids OMS filles : https://www.who.int/childgrowth/standards/chts_wfa_filles_p/fr/

Autres courbes OMS (taille, Imc…) : https://www.who.int/childgrowth/standards/fr/

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F967

https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/vers-une-refonte-du-carnet-de-sante-de-l-enfant-26-07-2016-2057069_57.php

https://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/faut-il-changer-les-courbes-de-croissance-des-enfants

https://www.agence-adoption.fr/lafa-vous-accompagne/adoption-et-sante/7/

 

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Les mesures de tutelle et de curatelle sont destinées aux majeurs en situation de vulnérabilité psychique et/ou physique (le mineur était forcément sous tutelle de ses parents jusqu’à ses 18 ans), par exemple, Madame A que j’ai rencontré récemment dans mon emploi m’exprime qu’elle est rentrée dans une dépression profonde depuis que sa nièce vient tous les week-ends lui « emprunter » 500€ qu’elle ne lui rend jamais, que son fils ne l’appelle que pour ce qui à trait à l’argent également. Ainsi, cette dernière se sentant utilisée et ayant le sentiment de perdre un lien précieux avec sa seule famille a demandé à être placée sous tutelle afin de ne plus avoir cette responsabilité, ne plus avoir à dire « non » et à en assumer les conséquences les mois difficiles. Son souhait le plus cher étant de les voir, pour les bons moments uniquement et se dégager de ces discussions monétaires. Elle a donc émis le souhait d’être placée sous tutelle. C’est toutefois un cas rarissime, Madame A ayant toute sa tête.

Faire la différence ! 

Dans le cadre de la tutelle, le tuteur va devoir représenter juridiquement la personne quasiment au quotidien dans les actes de la vie civile.

La personne désignée va percevoir sur un compte (à part du sien propre, bien evidemment) les revenus de celle qu’elle protège afin de les gérer. Elle va donc administrer un budget mensuel pour les dépenses de son protégé et être à même de s’occuper de tout ce qui touche à l’administratif. Bien sûr concernant les dépenses mensuelles, il est possible d’accorder des « extras » pour les dépenses exceptionnelles ou supplémentaires.

Le tuteur va donc signer (pour le cas d’un achat immobilier par exemple) au nom de la personne qu’il représente. Lorsqu’il s’agit des actes de disposition ( achat et la vente d’un immeuble, l’ouverture d’un nouveau compte ou livret au nom ou pour le compte de la personne protégée, ou encore la renonciation à un legs ou à une succession), il est nécessaire que le tuteur demande l’avis au conseil de famille ou bien au juge des tutelles

La personne sous tutelle doit obligatoirement recevoir une information adaptée à son degré de compréhension quant aux conséquences et aux risques d’un examen, d’un traitement, d’une intervention etc.

Dans le cadre d’interventions le majeur sous tutelle peut refuser un acte que le médecin sera tenu de respecter, sauf cas de danger immédiat pour sa vie

La curatelle,simple, amenagée et renforcée :

  •  La curatelle simple : la personne est en capacité d’accomplir les actes de gestion du quotidien (gérer son budget, ses comptes, souscrire à des assurances, etc…) sans se mettre en danger mais ne sera aidée par le curateur que pour ce qui concernant les actes de disposition (exemple : l’accord du curateur est nécessaire pour ce qui est de souscrire à un emprunt).
  •  La curatelle renforcée : le curateur va percevoir les ressources de l’individu et gérer ses dépenses sur un compte qui sera ouvert au nom du protégé. Il sera amené à gérer son quotidien seul sauf pour ce qui à trait à des achats importants, l’accord du tuteur est nécessaire pour une union civile.
  •  La curatelle aménagée diffère un peu, le juge va dicter les actes pour lesquels le curateur interviendra et ce que la personne peut faire toute seule ou non.

Qui est désigné tuteur ou curateur ?

  •  La priorité est donnée à la famille, l’époux ou le conjoint sont généralement tuteurs légaux à moins que la communauté de vie ne soit pas respectée. Toutefois, des exceptions sont possibles pour les personnes désireuses de l’être (avec l’accord du protégé).
  • Dans les cas où cela n’est pas possible, le juge des tutelles peut également nommer une personne extérieure à la famille (gérant de tutelle ou bien via une association tutélaire)

Comment en faire la demande ?

L’ouverture d’une tutelle ou curatelle peut être demandée au juge des tutelles via :

  •  La personne elle-même ou son conjoint,
  •  La famille ou des proches
  •  La personne qui exerce déjà ses fonctions sans que cela n’ait été notifié ou bien
  •  Directement par le procureur de la république
  •  La mesure est proportionnée et individualisée en fonction du degré d’altération des facultés personnelles de l’intéressé.

Elle devra donc comporter  certains documents:

  •  Le formulaire de demande (CERFA 15424*01)
  •  Un certificat médical
  •  Dans le cas où la mise en danger par un acteur sociaux, des courriers d’appuis de ces derniers et/ou des proches en complément

Et cela devra être adressé au juge des tutelles ou Tribunal d’Instances de la circonscription dont dépend le majeur à protéger.

Ce n’est qu’après envoi du dossier que sera décidé de degré de protection par le juge des tutelles, en fonction de l’état de vulnérabilité et des facultés de la personne protégée. La demande peut également être refusée si le juge des tutelles estime qu’il y a absence de consentement du majeur et qu’il est en mesure de se protéger lui-même.

Des questions? N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou à m’envoyer un e-mail.

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Comme pour tout concept, la motricité libre part d’une théorie. Emmy Pickler pédiatre Hongroise à l’origine de la création de la pouponnière de Loczy (Hongrie), a développé ce concept tout au long de sa vie.

Elle étudia l’idée que l’activité autonome de l’enfant joue un grand rôle dans son développement psycho-moteur. L’enfant, de lui même, va prendre plaisir à exercer des activités spontanées et découvrir petit à petit ses propres compétences et son environnement.

La sécurité physique (enfant posé au sol dans un premier temps, puis dans un environnement adapté lorsqu’il se déplace) et la sécurité affective sont deux notions importantes qui vont l’amener vers l’autonomie (dans le  sens “avoir la volonté de faire seul”, en fonction de son âge).

L’enfant est alors, dès la naissance, acteur de son propre développement. Toute intrusion de l’adulte dans ses découvertes autonomes et spontanées, comme le mettre dans une position qu’il n’a pas acquise seul, est dommageable car  l’enfant perd le plaisir d’apprendre par lui même et sa confiance en ses capacités.

Evidemment, il est parfois difficile de faire la balance entre cette théorie et la frustration que les efforts demandent au bébé. Les parents sont souvent tentés d’intervenir devant leur bébé frustré de ne pas pouvoir faire seul aussi vite qu’il le voudrait. La fatigue, l’empathie peuvent amener les parents à aider le bébé. Si chaque situation est unique, l’idée est de réfléchir à l’intérêt de l’aide que nous souhaitons apporter à notre enfant à l’instant T. Nous en reparlerons plus tard.

Les grandes étapes du développement psychomoteur

Laissé autonome pour évoluer, voici les étapes par lesquelles va passer le bébé :

  • retournement dos ventre puis ventre dos
  • Rampage
  • 4 pattes
  • Passage en position à genoux puis assise
  • Passage en position debout (aidé d’un meuble ou d’un mur)
  • Marche autonome

Le bébé laissé libre se lance dans de nouvelles acquisitions quand il est prêt. De ce fait, les chutes sont bien moins fréquentes car il est sûr de lui et de ses capacités. Des phases de régressions ou de pause avant une nouvelle acquisition sont normales.

La motricité libre et le marketing de la puériculture

Si ce concept de motricité libre (re) prend de l’envergure, il est bien difficile pour les parents de faire la part des choses lorsqu’ils se retrouvent dans des magasins spécialisés pour la petite enfance.

Nous allons voir ici quelques exemples de matériels vendus (un prix souvent exorbitant) dans les magasins de puériculture, et tenter d’expliquer pourquoi ils sont une entrave à la motricité autonome de l’enfant, et pourquoi même ils peuvent être particulièrement dangereux.

Pour chaque exemple, je vous donnerai des alternatives plus respectueuses de la physiologie et de l’autonomie.

Les trotteurs (ou youpala) et autres sièges d’activité

Je vais être directe, les trotteurs devraient être interdits à la vente. Ils le sont d’ailleurs au Canada depuis 2004, et en France sont interdits en crèche et chez les assistantes maternelles.

  • Ils ne respectent pas du tout la physiologie de l’enfant. Le bébé est bien souvent debout, en appui sur la pointe des pieds ou suspendu par l’entrejambe.

Les muscles et les articulations du bébé installé dans le trotteur ne sont  pas matures/toniques, ce qui peut créer des dommages au niveau de la colonne vertébrale et du bassin.

  • Le bébé y perd son centre de gravité, et le risque de chute en dehors du trotteur est plus important, d’autant que l’enfant n’aura pas le réflexe de mettre ses mains devant.
  • Le risque d’accident est démultiplié ! Les bébés se retrouvent plus facilement dans des situations de danger car moins d’attention de la part des parents qui les croient en sécurité. Ainsi, de nombreux accidents domestiques arrivent chaque année : chutes dans les escaliers, basculement sont à l’origine de nombreux traumatismes crâniens, brûlures…
  • Les jeux fixés sur les châssis représentent une sur stimulation visuelle voire auditive non nécessaire.

Alternatives : pousseurs, chariots de marche : l’enfant se place derrière et peut avancer à son rythme (ces chariots ont souvent une option blocage des roues qui permet de pousser véritablement, et non de courir derrière).

Transats, poufs et balancelles

Ces objets, aussi confortables apparaissent-ils ne permettent pas la motricité libre puisque les enfants  y sont attachés et ne peuvent donc pas en sortir,  leurs mouvements sont réduits. Si une arche se trouve au dessus du bébé, son champ visuel est limité.

Alternative : un simple tapis (ou autre tapis d’éveil) au sol (voire dans un parc si besoin de sécurité physique)

Les parcs

Si le parc peut être un bon moyen pour sécuriser l’enfant, son principal inconvénient est sa surface réduite qui ne permet pas à l’enfant en âge de se déplacer de découvrir son environnement. Il peut donc être utilisé ponctuellement, mais l’enfant, même tout petit, a tout intérêt à rester en dehors le plus possible.

Alternatives : les bras, l’écharpe de portage

Les portiques

Ces jouets peuvent être intéressants pour le bébé, mais en utilisation très modérée. En effet, un enfant placé sous un portique verra son champ de vision et  ses possibilités de mouvements restreints, et en fonction des portiques, sera surstimulé.

Alternative : jouets posés au sol, mobiles (Fixés en hauteur, ils ne restreignent pas l’enfant dans ses mouvements). Le portique peut aussi être placé à côté de l’enfant ce qui pourra l’inciter à se tourner.

Vous aurez sûrement noté que tous ces matériels de puériculture (alternatives comprises mise à part l’écharpe de portage 🙂 )  ne sont pas indispensables, surtout pas en matière de motricité autonome, même si chacun pourrait trouver au moins un avantage à chaque objet (en dehors des trotteurs qui, je le répète, devraient être interdits à la vente).

Pour pouvoir évoluer à son rythme et en sécurité, votre bébé aura simplement besoin de vos bras (nous allons parler écharpe de portage un peu plus bas), d’un tapis au sol (qui lui permettra d’être confortablement installé), de quelques jeux (non bruyants) disposés autour de lui, de votre présence et de vos encouragements.

Un bébé posé au sol dans la pièce principale de la maison pourra participer à la vie de  famille et développer la volonté d’en être pleinement acteur.

Portage et motricité libre

Voilà deux concepts qui pourraient paraître opposés, et pourtant !

Le portage physiologique s’avère être un véritable atout pour le développement psychomoteur du bébé.

  • Le bébé lové contre ses parents et entouré du tissu d’écharpe va pouvoir développer son schéma corporel. ● Les balancements/bercements au rythme des occupations du parent porteur vont non seulement le rassurer (continuum de la grossesse) mais aussi permettre à son système vestibulaire (centre de l’équilibre) de se développer.
  • L’autonomie s’acquiert grâce au sentiment de sécurité. Le portage physiologique permet de combler les besoins de contacts, chaleur, nourriture…bref, tous ses besoins primaires, et favorise donc l’attachement puis l’autonomie de l’enfant.
  • Un bébé porté se trouve au centre de la vie familiale sans forcément être au centre des intérêts. Ainsi, le bébé peut prendre le temps d’observer, puis,  petit à petit exprimer le besoin de participer plus activement aux occupations familiales (ce qui va l’inciter à se déplacer…seul).

L’apprentissage de la marche…à pied ou à chaussures ?

De nombreux professionnels de santé et notamment les ostéopathes s’accordent à dire que la meilleure façon d’apprendre à marcher est d’être pieds nus. Le bébé peut ainsi sentir ses points d’appuis et développer ses muscles.

Les sols parfois froids de nos maisons, surtout en hiver,  peuvent être un frein à laisser nos enfants pieds nus. Dans ce cas, choisir des chaussons souples (sans semelle extérieure rigide) les isolera du froid sans perdre les sensatio