Et après les test ?

Il y a un avant…

On parle beaucoup de l’avant test de douance, toute l’appréhension et les attentes qui sont palpables. Car personne, non personne, ne passe ce test sans réelles raisons, quelles qu’elles soient. 

On souhaite des pistes, on espère des mots qui parleront parfois à tant de maux, et des réponses à nos incompréhensions qui ont jalonné notre vie. 

La plupart d’entre nous vont vouloir réussir le test, et même si l’on sait que ce n’est pas un échec en soi de ne pas être au-dessus des 130, on espère faire le maximum de points possibles. Car soyons honnête: si l’on passe ce fichu test c’est pour qu’on nous dise qu’on est surdoué, et non l’inverse. Alors, bien sûr, on va rationaliser la chose, se répétant qu’importe le résultat, le but est d’en apprendre le plus sur soi, d’avancer sur sa connaissance personnelle, etc… Mais s’il y a chiffre, il y a notation, et là on a tous.tes (ou presque) été formaté par la notion de réussite et d’échec. 

On a donc des attentes sur le test et d’autant plus sur le praticien, ce qui peut inévitablement mener aux désillusions et à la déception. 

Alors, il me semble essentiel de parler du post test !

Et un après…

Par la suite on va tout remettre en question: est-ce qu’on s’est donné à fond?
Aurait-on pu faire mieux?
Est-ce que le professionnel était vraiment compétent?
Est-ce qu’il n’a pas été trop gentil?
N’a-t-il pas souhaité me faire plaisir?
Ce test n’est-il pas trop facile?
Est-ce que j’étais pas trop fatigué?
Ai-je réussi? Etc…

Se mêlent parfois incompréhension, injustice, soulagement, déception, satisfaction … et surtout, beaucoup de remises en question.
Certains.es sont même tellement sous le choc qu’ils remettent absolument toute leur vie en question, et ça en devient une vraie souffrance, au point de regretter cette passation du test.

De plus, dans le cas du wais, tout personnellement j’avais le goût amer d’être revenue sur les bancs de l’école et qu’au final toute ma personnalité et mes atypismes n’avaient pas été prises en compte. Mais le résultat m’apportant satisfaction, je pouvais faire face à ma déception… cependant, en aurait-il été autrement si le résultat n’avait pas été à la hauteur de ce que j’en attendais ? 

 
Il est alors important de parler de tout cela au professionnel qui vous accompagne. Passer le test n’est que le début – parfois- d’une grande étape, d’un changement dans votre vie.

Le coming-out ?

Et voilà, vous avez le résultat… mais quoi en faire ?
Bien sûr, le résultat est personnel et confidentiel. Souvent on a besoin de partager, d’expliquer et mettre enfin ce mot sur tant d’interrogations.

Un problème réside dans l’effet que cela renvoie chez les autres.

Déjà, pas facile de dire que nous sommes allés faire un test de douance, et si le résultat est positif c’est souvent très mal réceptionné. C’est bien dommage de voir que les préjugés sont tellement forts que lorsque l’on admet avec toute notre surprise que l’on est surdoué, l’autre entend « je suis plus intelligent que toi ».

Alors que nous prenons tout notre courage pour le dire en ayant le besoin d’être écouté face à cette révélation, l’autre le perçoit soit avec désintérêt, soit avec dédain.

Alors, bien sûr, parfois on a de jolies surprises, avec un entourage bienveillant, qui bien souvent n’est pas surpris de cette nouvelle.

Mais lorsque cela ne se passe pas comme on l’avait imaginé, il faut aussi se préparer à ce que cela peut renvoyer chez l’autre. Par exemple, nombreuses sont les femmes HP à avoir perdu leur mari suite à cette nouvelle (l’inverse est aussi possible bien que moins fréquent^^).

Mais certain.es en arrivent aussi à couper les contacts avec leur famille, leur partenaire, leur travail, à tout quitter tant cela les chamboule totalement, avec cette sensation qu’ils n’ont pas « utilisé leur potentiel ».
Mais c’est une fausse croyance, car qui vous êtes après le test est la même personne qu’avant le test. Vous êtes la même personne, et bien souvent ce qui vous a été dit, vous le saviez déjà bien au fond de vous! 

En conclusion.

Bref tout cela pour dire qu’il me semble important de bien vous interroger avant de prendre RDV pour un test.

Mais aussi de réfléchir à cette notion de « réussite ». Ne voyons pas le WAIS comme une échelle de valeurs où plus on se rapproche de la note maximale, plus on a réussi (un peu comme à l’école avec le 20/20). Tentons vraiment de nous déformater de cette vision binaire.

 Mais voyons plutôt le résultat; comme sur une carte qui comporte « pays et ville »,  où l’on nous propose une carte d’identité avec une nationalité et une culture. Car chaque habitant d’une ville est unique, et bien qu’on puisse avoir une même culture d’origine, nous pouvons tous être des étrangers les uns pour les autres.

Personnellement, je trouve que cette conception est moins élitiste et plus proche de ce qu’est pour moi d’ailleurs la douance.

C’est d’ailleurs pour cela que dans le test de douance que je propose, il n’y a pas de note mais une analyse, car chaque individu est unique et extraordinaire à sa façon, surdoué… ou non ! 😉

Si cet article te parle ou si tu penses qu’il peut aider une autre personne, n’hésite pas à le partager et donc à donner de la visibilité à ce sujet si méconnu !

La Newsletter qui prend soin de toi

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.