adultisme

Je suis un dommage collatéral.

Comme tant d’autres enfants – malheureusement, l’écrasante majorité – de parents séparés, divorcés, immatures, égocentriques, déprimés, trop préoccupés par leur carrière, par leur vie extra-conjugale, par leur passion, ou que sais-je encore…. l’enfant que j’ai été n’a été que le 2nd rôle de l’histoire familiale dans laquelle j’ai joué. Un peu comme, au cinéma, cet acteur dont on ignore presque le nom, qui arrive à la moitié film et qui finit gravement blessé – voire meure – juste avant la fin; car il fallait bien rendre l’histoire plus chevaleresque… mais pas au point de tuer un des premiers rôles, faut pas déconner non plus! Voilà, c’est bon, la planète est sauvée – j’entends un « Ouf! » dans le fond de la salle -, tout le monde s’en sort indemne… ou presque. Ce personnage-là finira oublié, il aura eu peu ou pas la parole tout au long du film, juste présent afin de pimenter l’ensemble, d’amener des émotions, de complexifier l’intrigue. Toi spectateur, tu te dis que ce qui lui est arrivé est un manque de chance: « il était au mauvais endroit, au mauvais moment« .

Cette analogie de l’acteur de moindre importance, balloté au gré des évènements, à la convenance des besoins du personnage principal, est parlante: la majorité des enfants sont dans cette situation. Balloté selon les envies et besoins des parents, de continuer le couple ou non, d’aller vivre chez l’un ou l’autre, d’aller en vacances à St tropez plutôt qu’à Cancùn, d’aller faire les courses maintenant et pas demain; nombre de décisions, des plus futiles aux plus graves, se prennent entre adultes, entre grands, entre « sachants ». L’enfant que j’ai été – et suis toujours-, ainsi que beaucoup d’autres enfants j’en suis persuadée, avons envie de dire que même si nous ne sommes pas considérés comme des acteurs principaux – car tout ceci n’est que le problème de « grandes personnes », il n’empêche pas que les répercussions se font tout autant sur nos vies que sur les votres. On vous prie d’en tenir compte. Nous ne sommes pas responsables de vos failles et erreurs, bien que nous les comprenons totalement – chacun a son passé, son histoire, ses névroses, ses attentes -; mais nous en récolterons avec vous les fruits, quelque soient l’état de ceux-ci. Merci donc de prendre conscience de votre adultisme!

Je ne sais pas pourquoi l’adulte dépossède trop facilement les enfants de leurs ressentis et de leurs vécus: « Tu sais ce n’est pas de ta faute, c’est juste entre papa et maman…« … Sauf qu’entre papa et maman, il y’a l’enfant !
Tenu à l’écart, subissant les évènements sans aucun pouvoir d’agissement sur le problème ! Cet enfant qui n’a rien demandé à personne, ni d’être sur cette Terre, ni d’avoir choisi ces parents-là. Il ne peut que subir: la mauvaise humeur, le manque de patience, le ras-le-bol, la peine et la colère de ses parents, qui à ce moment-là, légitimement, souhaite avoir un enfant qui ne fait pas de vague – car il a assez d’émotions à gérer lui-même – (car oui se faisant il ne sait rien faire d’autres que GERER!!), et qui s’impatiente alors face à cet enfant excité, tendu qui souhaite simplement attirer l’attention de son parent sur lui afin d’être aimé, dans ce contexte stressant, et se décharger de sa peine, sa colère, son anxiété.

Ce n’est pourtant pas lui le noeud du problème, il n’est aucunement responsable de la situation – et pourtant il se retrouve forcé de vivre tout cela, parfois même en servant à son âme défendante d’objet de chantage, d’objet à partager… sa place restera passive, en marge, secondaire, collatérale. On ne le voit qu’à peine, ne l’entend qu’à peine (ou trop…), ne le légitime qu’à peine dans son rôle d’à côté. Non responsable de la situation, il aurait alors besoin de toute l’attention nécessaire pour être accompagné dans ce chemin délicat qu’on l’oblige à emprunter; mais la souffrance du parent en détresse, isolé dans son chagrin, ou centré sur son travail chronophage en vie de famille, ses propres besoins, fait qu’il ne peut se rendre disponible. Cet enfant, vous, moi, on en avait pourtant des choses à pleurer, des choses à crier, des choses à exprimer.

On me disait impatiente, je n’avais que mes impatiences pour extérioriser mon mal-être.

On me disait exigeante, je n’avais que mes exigences pour me débattre de mes peines.

On me disait capricieuse, je n’avais que mes caprices pour faire exprimer mes colères.

On me disait trop sensible, je n’avais que mes larmes pour survivre. Survivre dans ce monde d’adulte où vous n’avez que la place que l’on daigne vous octroyer, quand on vous en octroie une. 

Oui, je suis un dommage collatéral, mais non je ne suis pas un second rôle. Je suis le premier rôle de ma vie.

Toi, enfant pris dans des filets trop grands pour toi; toi ,adulte qui a grandi mais qui entend le gamin en toi hurler, prends soin de toi pour prendre soin de tes enfants. Ne tombe pas dans le cercle sans fin, celui dans lequel tant d’adultes tombent; non écouté enfant, depuis sa position de dommage collatéral, l’adulte lors de sa construction a un réflexe de survie, dans un élan vital, il se centre sur soi et uniquement sur soi – car si personne enfant ne lui avait donné son entière place, il ira la chercher lui-même -, jusqu’à n’être jamais rassasié d’un besoin souvent non conscientisé et donc non assouvi: être écouté, entièrement, et aimé, totalement. Durant cette quête impossible car ne franchissant pas la barrière de l’inconscient, il aura un jour des enfants. Et reproduira alors, dans une histoire sans fin, le schéma de ses propres parents: centré sur soi, ses besoins, mener sa vie avec au premier plan l’adulte en survie qu’il est et qui a toujours besoin d’être écouté. Et, bien qu’aimant son enfant et souhaitant agir au mieux de son intérêt, reprendre le schéma d’un adultisme insultant.

Vous, adultes en désespoirs, en souffrance, avec l’enfant en vous qui a simplement besoin d’être entendu, compris, écouté, aimé; démenez-vous, pour vous ainsi que pour vos enfants, afin de satisfaire vos besoins inassouvis (thérapeute, partenaire, ami) et de travailler sur votre histoire personnelle. Il n’est pas juste et normal pour les enfants de payer le prix des fonctionnements erratiques de ses parents; la moindre des attentions, qu’on leur doit dans ces situations, est de les accompagner pleinement dans l’aventure malheureusement imposée, en les écoutant, en les aimant, en les laissant exprimer tout ce qui doit l’être, sans jugement. Laissez-leur toute la place pour exprimer eux aussi leurs souffrances. Un enfant ne contrôle pas ses émotions, cela explose et lui fait mal. Si, dans ton cheminement, tu n’es pas en mesure de l’accompagner autant qu’il en aurait besoin, trouve-lui du soutien.

Je vois souvent des parents avoir besoin de l’amour de son enfant pour se faire du bien, dans les moments difficiles. L’enfant n’est ni un paillasson, ni une serpillère. Il n’est pas là pour panser tes douleurs ou combler tes failles. Mais toi, adulte, tu te dois de trouver les ressources en interne ou en externe afin de prendre soin de cet être que tu as fait venir au monde. Par ton travail sur toi, l’ambiance que tu instaures dans ta famille et la maturation de ton fonctionnement égocentré mis légitimement en place dans un élan de survie – quand tu étais toi-même enfant -, tu es le garant de l’Epanouissement de ta famille.

L’enfant est façonné et grave en lui chaque élément de son passé … comme toi … il y a quelques années de cela. Grandir à côté des problèmes des « grands » ne les en préserve pas: cela fait simplement de lui, un dommage collatéral.

Elodie

Tu veux offrir le meilleur de toi-même à  tes enfants et garder toute ta bienveillance ?
Alors commence par toi-même !
Pour cela je te propose gratuitement de t’envoyer chaque jour une fiche, pendant une semaine pour prendre soin de toi et ainsi pouvoir donner ce qu’il y a de meilleur à ceux que tu aimes.
Profite, c’est cadeau et c’est ici : 
https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/

__________________________

🎁 Reçois GRATUITEMENT 7 fiches bienveillance pour prendre soin de toi toute une semaine, en cliquant ici: https://ailesetgraines.com/semainebienveillance/ 

__________________________

➡️POUR NOUS RETROUVER SUR TOUS NOS RESEAUX SOCIAUX :

▪️Notre site: www.ailesetgraines.com

▪️Notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/ailesgraines

▪️Notre page Facebook: https://www.facebook.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Instagram: https://www.instagram.com/ailesetgraines/

▪️Notre compte Steemit: https://steemit.com/@ailesetgraines

▪️Notre compte Pinterest: https://www.pinterest.fr/AilesetGraines/

_________________________

👉  Nous vous accompagnons également dans votre parentalité:   https://ailesetgraines.com/accompagnement/
👉 Je propose également des séances individuelles en développement personnel et/ou familial:   https://ailesetgraines.com/coaching-personnel/

👉 Besoin d’un accompagnement dans votre communication en couple ou en famille: https://ailesetgraines.com/mediation-en-ligne/