Une super maman atypique: Interview d’Héloïse !

Une super maman atypique: Interview d’Héloïse !

 Aujourd’hui on continue notre tournée « super maman » (tu peux retrouver l’interview de Mayane ici), pour cela on souhaiterait te présenter une personne qui nous inspire de jour en jour par ses choix éthiques et atypiques: il s’agit d’Héloïse WEINER du blog It’s a mum’s life

.

En effet, au delà d’être une maman bienveillante, avec 4 enfants, une artiste, une auto-entrepreneuse… elle a fait des choix de vie qui chez Ailes&Graines ne nous laissent pas indifférents: minimalisme, végétarienne, prône le zéro déchet, pratique l’instruction en famille et tant de choses encore… bref, mille et une raisons pour nous de l’interviewer… Plus de blablas, place à l’interview de notre deuxième « super maman », qu’on te partage avec beaucoup d’enthousiasme !! 😀

famille weiner it'samumslife maman

 

Bonjour Héloïse, pourrais-tu te décrire en quelques mots?

 

Je m’appelle Héloïse, je suis une jeune maman de 4 enfants mariée à un super papa. Après avoir vécu six ans en Angleterre, nous voilà de retour en France depuis l’année dernière. J’aime tout un tas de choses, mais surtout les quenelles et faire des nuits complètes (ce qui est rare !)
Tu plantes dès le départ le décor: une personne en dehors des clous, de la norme, qui ose sortir des cadres. Est-ce que cela a toujours été le cas?
Pas du tout ! Notre premier pas un peu atypique aura été de nous marier jeunes, puisqu’on avait tout juste 20 ans. On se serait mariés plus tôt sans la pression de nos parents… Le reste est venu petit à petit, et parfois on rigole en pensant que si on nous avait dit dix ans en arrière où on en serait aujourd’hui, on n’y aurait jamais cru.

 

Et ton conjoint dans tout cela, quelle est sa place dans vos choix de vie atypiques, les partage-t-il?

 

Bien-sûr, c’est même lui qui est à l’origine de certains d’entre eux, notamment pour l’IEF qu’il a été le premier à mentionner. Là où il a été plus réticent, c’était pour se lancer dans le minimalisme ; il a eu du mal à se débarrasser de certaines de ses affaires, et donc ne voulant pas le forcer, la démarche de désencombrement a pris du temps. Maintenant il continue de faire du tri régulièrement et de vanter les mérites du minimalisme.
As-tu eu une enfance similaire à celle que tu offres à tes enfants (IEF, bienveillance, …)?
Eh non ! Je viens d’une famille où tout le monde est prof et où il était bon de laisser pleurer les bébés et où les enfants obéissaient sans poser de questions même lorsque ça n’avait aucun sens. Mes parents sont aimants, mais ne partagent pas du tout les méthodes éducatives qu’on a choisi pour nos enfants.
maman weiner it'samumslife

J’imagine qu’il t’arrive d’être confrontée à des proches, ou à des inconnus, portant un jugement négatif sur l’un ou l’autre de tes choix de vie. Comment le vis-tu?

 

Quand il s’agit d’inconnus, ça me passe complètement au-dessus. Ils peuvent bien penser ce qu’ils veulent, je suis convaincue du bien-fondé de nos choix de vie et leur opinion ne me fera pas changer d’avis. Quand il s’agit de mes proches, c’est plus difficile. Mes parents et ceux de mon mari ont eu du mal à accepter certains de nos choix et bien que ça n’aurait pas influencé notre décision, ça nous a affecté quand-même. Il faut dire qu’on est plutôt proches de nos familles respectives et que comme tout le monde, on préfère avoir l’appui de nos parents… Certaines pilules ont été dures à avaler pour eux, mais je pense que de voir à quel point nous et les enfants sommes heureux dans ces choix les rassurent. Mon père m’a même avoué récemment qu’il pensait finalement qu’on avait raison de ne pas mettre nos enfants à l’école, lui qui était complètement contre au début.
Ton activité d’auto-entrepreneuse se porte dans l’univers de la Bande Dessinée. Et c’est avec douceur et humour que tu fais parfois passer des messages, notamment sur la bienveillance éducative. Cet engagement était un choix dès le départ, ou est-ce venu par la suite ?
En fait, ce n’est pas tout-à-fait ça. Je suis d’abord illustratrice, puis je publie des BD à côté. J’aimerais beaucoup ne faire que des BD, mais il faudrait que j’en vende beaucoup plus pour en vivre ! Les messages que je fais passer sur mon blog via mes dessins sont rarement programmés à l’avance… Je décide en général d’une semaine sur l’autre ce que je vais faire, et certains sont inspirés de scènes dont je suis témoin qui me mettent mal à l’aise. C’est difficile de nos jours (et en France !) d’exprimer son point de vue sans se faire attaquer, mais je crois que mettre ça en dessin aide à faire passer un message. Que l’on soit d’accord ou non, c’est une chose, mais je me dis qu’au moins ils sont lus !
Dans tes choix atypiques il y a aussi le fait que tu as accouché à domicile pour la naissance de ton 4ème bébé; était-ce une idée de longue date ? Si c’était à refaire, le referais-tu? Pourquoi?
Oh oui, je voulais un accouchement à domicile depuis mon premier ! Il faut dire qu’en Angleterre, c’est un choix qui est proposé aux mamans par les sage-femmes dès le premier rendez-vous. Malheureusement, j’étais jeune et peu informée et j’ai accepté un déclenchement pour mes deux premiers. Pour le troisième, j’étais beaucoup mieux renseignée et décidée à refuser un déclenchement (sauf problème avéré évidemment, mais c’est malheureusement rarement le cas quand on le propose). J’ai failli accoucher chez moi, mais j’ai été transférée en maternité en cours de travail à cause d’un petit souci. Finalement, j’ai accouché très vite une fois sur place… Mon premier accouchement sans péridurale ! Pour la quatrième, quand elle est née à la maison, j’ai pensé : « ENFIN ! » Et oui, à le refaire, je le referai sans hésiter. La différence est incomparable, autant dans le suivi que l’accouchement et les suites de couches !
maman weiner it'samumslife peinture

 

Côté IEF, pourrais-tu nous en dire plus sur ton organisation avec 4 enfants? As-tu souhaité suivre un programme ou une pédagogie particulière? Et pourquoi?

Nous sommes en unschooling, c’est-à-dire en « non-scolarisation » et apprentissages autonomes. Ça veut dire pas de leçon, pas de méthode particulière, pas d’emploi du temps, … On suit les intérêts de nos enfants, on répond à leurs questions et… c’est tout ! Bien-sûr, on s’assure de leur offrir un environnement intéressant avec des sorties régulières et des rencontres avec d’autres familles, mais il n’y aura jamais de feuille d’exercice ou d’objectifs à atteindre chez nous. Pourquoi ? Parce que chaque enfant évolue à son rythme et selon ses propres intérêts, alors chaque enfant est le mieux placé pour savoir ce qu’il a envie d’apprendre, quand, et comment ! Ils ont bien appris à marcher et à parler seul… Le unschooling, c’est continuer à leur faire confiance pour la suite de leurs apprentissages 🙂 Et oui oui, ça marche vraiment, comme nous l’a « prouvé » notre fils en apprenant à lire seul à l’âge de 4 ans seulement. Notre deuxième n’est pas du tout intéressé par la lecture mais adore cuisiner, et sait déjà faire quelques recettes seul. Quelle joie de les voir s’épanouir de cette façon ! 🙂
Bon, on est bien obligés de te poser la question redondante (faut bien l’avouer ^^), car cela nous épate totalement: comment arrives-tu à mener tous tes projets avec 4enfants (en bas âge en plus !) ?
Une drogue à conseiller?!! 😀
J’ai un mari qui est père au foyer ! Sans lui, je ne pourrais pas travailler comme je le fais, c’est sûr. Je suis très flexible dans mon travail, donc je suis aussi présente au quotidien, et il n’y a pas de secret : être deux pour s’occuper des enfants, ça fait toute la différence ! Quand l’un de nous s’apprête à perdre patience, il demande simplement à l’autre de prendre le relai. On se relaie aussi pour éviter la fatigue (j’assure les nuits, mon mari assure les réveils un peu trop matinaux). On prend le temps de sortir l’un d’entre nous seul avec un seul de nos enfants ; c’est important pour eux d’avoir toute notre attention, même si ça arrive peu souvent. Et on s’autorise  aussi une sortie en amoureux de temps en temps, c’est essentiel.
maman weiner it'samumslife

 

Aurais-tu des conseils ou astuces à donner pour les autres parents qui cheminent sur certains sujets ?

Renseignez-vous, renseignez-vous, renseignez-vous… Et n’écoutez pas les autres qui vont essayer de vous faire changer d’avis !
 Quels sont tes plus gros défis actuels? As-tu de nouveaux challenges pour les mois / années à venir ?
Mon plus gros défi qui revient chaque mois c’est de sécuriser des contrats pour gagner suffisamment d’argent pour continuer ce mode de vie en famille. L’inconvénient d’être à son compte, c’est que je n’ai pas de revenu régulier. Pour l’instant, on s’en sort bien, mais c’est à chaque fois un nouveau challenge ! On a d’autres projets importants aussi, mais dont on parlera plus tard.
Et enfin on terminerait bien par te proposer un petit jeu en te proposant de remplir la phrase suivante!
Moi, Héloïse, je préfère les quenelles aux légumes, bien qu’il peut m’arriver de préparer une salade, afin d’être sûre de manger suffisamment de vert, mais le plus important c’est mon estomac car je ne pourrais jamais vivre sans lui.
Oui, j’adore les quenelles.
Une citation à partager pour le mot de la fin ? Un mantra? 🙂 
« Fabriquer des souvenirs, ça sert à rien, mais ça tient chaud » (Baudelaire)
maman weiner it'samumslife
Merci encore à Héloïse pour s’être prêtée au jeu de l’interview « super maman » avec autant de sincérité.
Si tu ne la connais pas encore, on ne peut que te conseiller d’aller faire un tour sur ses réseaux sociaux où on peut à la fois rentrer dans son magnifique univers familial bienveillant et humoristique:
En espérant que cette interview t’inspire toi aussi, car chaque maman, chaque papa, avec ses spécificités propres, est exceptionnel!  🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *