Archives de
Catégorie : Envolée psychanalytique

La reconnaissance: vecteur de pouvoir au travail.

La reconnaissance: vecteur de pouvoir au travail.

Selon la définition du dictionnaire Larousse, la reconnaissance c’est « l’action de reconnaître quelqu’un ou quelque chose », c’est-à-dire : « juger quelqu’un, quelque chose, les déterminer comme déjà connus à une date antérieure ». On peut alors transposer aisément cette définition dans l’environnement d’une personne dans ce cadre très particulier qu’est le travail. En effet la reconnaissance d’une personne dans son travail est le jugement que l’on va notamment porter sur celui-ci. Et il faut dire que là est bien toute la problématique…

Lire la suite Lire la suite

Solitude, isolement social, sentiment de solitude : des distinctions nécessaires

Solitude, isolement social, sentiment de solitude : des distinctions nécessaires

En 2011, la Fondation de France démontre que 9% des Français, soit 4 millions de personnes, souffrent de grande solitude, ils n’entretiennent pas de relation familiale, professionnelle ou amicale, ni de relation de voisinage ou dans le cadre d’activités associatives. Cette mesure « objective » de la solitude est proche du ressenti de la population, puisque 11% des Français se décrivent comme « seuls ». Les personnes isolées ont tendance à culpabiliser: elles évoquent souvent leur incapacité à « intéresser » les autres. Par ailleurs, 80% d’entre…

Lire la suite Lire la suite

Le lien social est-il indispensable ?

Le lien social est-il indispensable ?

Les liens sociaux permettent d’assurer la cohésion sociale et l’intégration des individus, soit par le partage de valeurs communes soit par la reconnaissance sociale des différences lors de l’établissement des règles sociales. Les liens sociaux permettent aux individus d’acquérir une identité sociale. La notion de lien social est souvent utilisée de manière floue et doit donc prendre en compte différentes approches. Le lien social est constitué de deux termes : lien et social. Il renvoie donc fortement à la question de…

Lire la suite Lire la suite

Narcissisme et besoin d’être soi-même: à la conquête d’un mieux-être

Narcissisme et besoin d’être soi-même: à la conquête d’un mieux-être

La singularité renvoie l’idée de ce qui est unique. Certes génétiquement et psychiquement parlant, nous sommes tous uniques. Cependant la société actuelle demande à l’individu de se singulariser encore d’une autre manière: elle met en avant la liberté, c’est-à-dire l’autonomie, et ce dès l’enfance. F. DUPARC met d’ailleurs en avant le fait que c’est avec le schéma de la famille nucléaire (type famille anglo-américaine) que cette indépendance est devenue le moteur de notre société. Cela valorise donc les individus qui…

Lire la suite Lire la suite

L’émergence des interdits: l’inceste et le meurtre

L’émergence des interdits: l’inceste et le meurtre

L’interdit est bel et bien présent dans notre société, cependant on pourrait dire plus diplomatiquement qu’il y a des droits et des devoirs qui encadrent la vie sociale comme par exemple : ne pas vandaliser ni voler les biens d’autrui, ne pas tuer, ne pas agresser… finalement, ne pas entraver la liberté d’autrui. D’ailleurs ne dit-on pas que notre liberté s’arrête là où commence celle de l’autre? Cette idée de limites a toujours fait partie de nous et de nos…

Lire la suite Lire la suite

Le conformisme, une demande prégnante dans notre société

Le conformisme, une demande prégnante dans notre société

Selon EHRENBERG, la norme actuelle est d’inciter aux initiatives individuelles. Nous l’avons vu précédemment, l’exigence de l’indépendance et de devenir soi-même ont des conséquences qui peuvent être néfastes. En effet cette libération entraine le fait que nos vies ne se trouvent plus placées sous l’entière responsabilité du monde collectif, mais de nous-mêmes. « Si, auparavant, on avait la contrainte, par les interdits, on a désormais l’injonction de performance». Plutôt que de culpabiliser à cause de notre désir, nous nous reprochons de…

Lire la suite Lire la suite

La beauté, une notion subjective sociétale

La beauté, une notion subjective sociétale

Il est facile de dire que la notion d’esthétique est très représentée (voire sur-représentée) dans notre société. Car tout semble être une notion de beauté ou de non-beauté, que ce soit dans les arts, les jeux, la mode, le physique, les objets, les mots, les activités… Bien entendu la notion de beauté a une part subjective comme le soulève M.MAUSS : « il est impossible d’obtenir une définition non subjective du beau ». D’ailleurs Yves MICHAUD dans Critères esthétiques et jugement de goût,…

Lire la suite Lire la suite

Soyons névrosés ensemble : préambule à la réflexion du vivre ensemble.

Soyons névrosés ensemble : préambule à la réflexion du vivre ensemble.

Lors de mon master en psychanalyse, j’ai choisi de mettre en lumière comment la société était créatrice de névroses. Je vous propose ici d’en faire un bref préambule. Dans ses divers ouvrages FREUD met en avant que tout être humain est sans cesse écartelé entre l’être pulsionnel en lui et l’être social que le vivre ensemble lui impose. C’est pourquoi c’est bien la combinaison des deux qui entre en jeu dans la construction de son identité. Il est alors partagé…

Lire la suite Lire la suite