Altérité et vérité, dans ma pratique de médiatrice

Altérité et vérité, dans ma pratique de médiatrice

La vérité est un concept aux contours flous et peut se multiplier par autant d’habitants que la Terre en compte. Cette question revient souvent au cours des médiations familiales, chacun exigeant d’obtenir « la vérité ! ». Toutefois, si l’on peut en termes juridiques parler de « vérité des faits », ces derniers peuvent cependant être interprétés d’une multitude de manières différentes, inhérentes au vécu, aux perceptions, à la sensibilité de chacun. Elle n’est d’ailleurs pas un enjeu de la médiation familiale, il importe davantage au médiateur familial de travailler sur leurs ressentis et leurs vérités, comme nous l’avons vu plus haut.

D’ailleurs les individus que je reçois en rendez-vous de médiation familiale se déchirent depuis des années. L’objet de leur conflit est un nœud. Ils tous deux sont persuadés que l’autre ment. Par exemple:  » il ne veut pas recevoir les enfants le dimanche alors qu’il le pourrait le week-end parfois ! », il répond « Je ne peux pas. », elle riposte : « et voilà, il ment encore ! Il vit chez sa mère, il y a largement la place de les recevoir là-bas ». Il s’avère qu’il s’agit de versions différentes, lui ne peut pas car sa mère est malade et a besoin de calme depuis qu’elle est malade, loin d’un manque de volonté selon lui. La médiation familiale a permis un apaisement des conflits mais surtout à la parole de se circulariser et par ce biais, ils ont réussi à prendre conscience de la réalité de l’autre, ce qui était difficile dans ce contexte de conflit, les rendant aveugles à la vérité de l’autre.  Il semble que dans certaines situations, la vision d’un mensonge est simplement celle d’une autre vérité ; celle de l’Autre (incomprise du regard de l’autre en première instance).

Il importera alors à tout médiateur de porter une attention particulière à la reconnaissance de l’altérité, de l’autre en tant que personne qui vit avec son référentiel de valeurs propres dans un univers qui lui appartient. En effet, ce besoin de « vérité » témoigne d’un besoin de reconnaissance de l’autre. Son rôle, éminemment complexe, sera d’amener chaque parent à comprendre le référentiel de l’autre. Il devra parfois décoder ce que chacun exprime à l’aide de certains de ses outils, et amener chacun vers l’acceptation de certaines zones « floues » dans l’existence de l’autre.

La question du mensonge semble  inévitablement entamer la confiance que les parents ont entre eux, rendant la communication très difficile, chacun ayant le sentiment d’être trahi et de n’avoir pas connu l’autre auparavant, ne le voyant alors qu’au travers du prisme de la trahison. La médiation familiale ayant pour but d’amener à un rétablissement d’une communication harmonieuse devra donc traiter de ces questions sensibles en aidant les parents à trouver leurs propres moyens de recréer une relation de confiance relative si cela est nécessaire à l’établissement de leur projet et qu’ils en sont d’accord. Le médiateur familial a néanmoins la responsabilité de s’adapter et de respecter les besoins des personnes, tout en acceptant que le processus de médiation familiale puisse avoir ses limites, du fait de la singularité de chaque personne.

Ainsi, il apparait au regard des études théoriques et sur le terrain que j’ai réalisé que cette problématique particulière soit une question aussi complexe  que subtile qu’il convient de ne pas juger sous le prisme manichéen du « bien » et du « mal ». Les entretiens que j’ai réalisés m’ont amené une ébauche de réflexions sur les stratégies que l’on peut mettre en place pour amener à un apaisement des tensions dans ces situations où la communication semble parfois rompue.

En effet, le médiateur familial peut tenter, par le biais de ses outils, d’aider les individus à s’extirper de ce cercle vicieux afin d’amener une dynamique différente, moins centrée autour de ces problématiques infinies et de les amener à travailler en direction de leurs besoins. Là est la clé de la réussite, mais aussi toute la difficulté: savoir reconnaître son besoin !

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *