10 IDEES RECUES SUR L’ALLAITEMENT MATERNEL

10 IDEES RECUES SUR L’ALLAITEMENT MATERNEL

Ma fonction de  puéricultrice en pédiatrie me permet de côtoyer de nombreuses mères allaitantes et je ne peux que constater qu’elles sont peu ou mal informées sur l’allaitement. L’hospitalisation d’un enfant , peu importe la cause, peut mettre à mal l allaitement, surtout si des difficultés étaient présentes auparavant. En effet, la maladie affecte souvent la lactation, et j’ai trop souvent vu et entendu donner aux mamans des informations tronquées sur la conduite à tenir pour l’allaitement.

Or, si chaque projet d’allaitement est unique, je me dois de donner la bonne information aux mamans/parents, afin qu’ils puissent faire un choix éclairé. J’aimerais donc revoir quelques généralités qui, à mes yeux, sont la base d’un allaitement réussi.

________________________________________________

1 / «Mon bébé pleure beaucoup, mais on m’a dit de lui donner le sein toutes les 3 heures/je n’ai plus assez de lait.»

Le rythme de tétées d’un bébé allaité est différent de celui d’un bébé nourri au lait artificiel. Un rythme qui peut paraître anarchique est en fait tout à fait physiologique. Il existe certaines périodes sensibles liées au développement physique et psychomoteur durant lesquelles le bébé va demander à téter très souvent et ne pas paraître rassasié. Ce comportement peut faire croire à la mère que son bébé ne reçoit plus assez de lait, mais il n’en est rien. L’allaitement à la demande reste la meilleure solution pour répondre à ces sollicitations accrues.

Une baisse de la lactation a toujours une explication : succion inefficace du bébé (mauvaise position, frein(s) de langue et/ou de lèvre, confusion sein-tétine, préférence pour le débit du biberon si le bébé est allaité de façon mixte, maladie de l’enfant…), nombre de tétées insuffisantes, fatigue importante ou maladie de la mère…

2/ « J’allaite mon bébé mais il ne fait pas ses nuits. On m’a dit que je pouvais lui donner un biberon le soir afin de le caler pour la nuit »

Les réveils nocturnes sont physiologiques pendant la petite enfance. Il est illusoire de croire que donner un biberon de lait artificiel permettra à l’enfant de mieux dormir, toutes les nuits qui suivront.

Savoir que les tétées de nuit permettent de maintenir une bonne lactation grâce au pic de prolactine, et un prompt rendormissement grâce à l’ocytocine vous aidera peut-être.

Le sommeil partagé, ou cododo (en veillant à respecter les règles de sécurité) peut permettre un sommeil de meilleure qualité tout en facilitant  les tétées nocturnes.

3/ « J’ai mal, je vais lui donner un biberon, ça ira mieux »

Il y a toujours une explication aux douleurs pendant l’allaitement : frein de langue et/ou de lèvre, mauvaise position du bébé, mastite, canal lactifère bouché,…

De plus, la technique de succion au biberon diffère totalement de la technique de succion au sein.

C’est la raison pour laquelle certains bébés allaités peuvent être déroutés face à une tétine de biberon.

La confusion sein/tétine peut apparaître à tous les âges, causer des douleurs et mettre en péril l’allaitement.

Rencontrer une consultante en lactation et/ou d’autres mamans allaitantes peut vous aider à identifier le problème, et trouver des solutions.

4 / « Mon bébé perd du poids, mon lait n’est pas assez nourrissant »

Votre lait est unique, il  est l’aliment le plus adapté pour votre enfant et couvre tous ses besoins jusqu’à 6 mois, c’est indiscutable.

La perte de poids chez un bébé allaité sain nécessite de revoir la conduite de l’allaitement, non de le remettre en cause. Des professionnels de l’allaitement, des associations de soutien peuvent vous aider à trouver la voie vers un allaitement plus serein.

5/ « Je ne peux pas allaiter car son papa ne pourrait pas le nourrir »

Il est regrettable de voir le rôle du père restreint à l’alimentation du bébé.  Le panel de soins à procurer au bébé est tellement large que chacun peut trouver sa place.

6/ « Il faut que je le sèvre avant la reprise du travail »

La reprise du travail est souvent vue comme un frein à l’allaitement, et dans l’esprit des mamans, un sevrage s’impose. Or, il est parfaitement possible de continuer d’allaiter en travaillant. La lactation  doit alors être entretenue  lors de la séparation avec un tire-lait, afin que la personne qui garde  l’enfant puisse lui donner votre lait ; et en laissant téter votre bébé directement au sein le reste du temps.

Il faut savoir que le code du travail prévoit, de la naissance au 1er anniversaire de l’enfant, une heure de pause permettant à  la mère allaitante de  tirer son lait ou d’allaiter son bébé sur son lieu de travail.

7/ « Mon bébé aura 4 mois demain. Alors demain, je commence la purée ! »

L’Organisation Mondiale de la Santé et le Programme  National Nutrition Santé recommandent un allaitement exclusif pendant 6 mois, puis la diversification en complément de l’allaitement jusqu’à 2 ans voire plus.

La diversification n’est pas une course. Il s’agit avant tout de faire découvrir à votre bébé de nouveaux goûts , de nouvelles textures.

8/ « A 17 mois il tète toujours  ! Encore un qui va rester dans les jupes de sa mère ! »

L’allaitement prolongé n’est pas encore tout à fait accepté dans notre société actuelle.

Pourtant, les études ont montré de nombreux avantages pour l’enfant : excellents apports nutritionnels, apport de facteurs immunologiques, et de nombreux bienfaits psychologiques (observés par les mères et les enfants) : réconfort, succion, sécurité…

Les avantages sont aussi nombreux pour la mère : protection contre le cancer du sein, le cancer de l’utérus, l’ostéoporose, perte de poids après l’accouchement, …

L’âge du sevrage naturel (laissé à l’initiative l’enfant) se situerait entre 2,5 et 6 ans. Cependant, le sevrage peut être induit par la mère, auquel cas, il devra être lentement mené.

9/ «  Je dois prendre des antibiotiques, mon médecin m »a dit d’arrêter l’allaitement »

Les mères qui suivent un traitement peuvent allaiter. Il suffit au médecin prescripteur de consulter le site du CRAT (Centre de Référence des Agents Tératogènes) pour trouver un traitement adapté à votre pathologie et compatible avec l’allaitement. Il en va de même si vous avez à passer un examen complémentaire.

10/ « L’inconvénient avec l’allaitement, c’est qu’on ne voit pas ce que prend le bébé »

Il existe plusieurs moyens de vérifier que bébé obtient suffisamment de lait :

  • surveiller sa prise de poids dans un centre de PMI (Protection Maternelle et Infantile) ou chez votre médecin, mais toujours sur la même balance (l ‘OMS diffuse des courbes de croissance spécifiques aux enfants allaités)
  • La succion est efficace,
  • les urines : le bébé mouille au moins 6 couches par jour

________________________________________________

L’allaitement maternel est la norme pour l’espèce humaine. Nous sommes toutes programmées pour donner la vie, et la nourrir.

Votre bébé, lui, est programmé pour téter. Il sait ce dont il a besoin. Laissez le vous guider, faites lui confiance, faites vous confiance.

Allaiter, c’est naturel, mais pas toujours simple. Si il y a une chose à retenir, c’est que  chaque problème a sa solution. Vous informer auprès d’associations de soutien à l’allaitement, échanger avec des professionnels compétents en allaitement (consultantes en lactation IBCLC par exemple), rencontrer d’autres mères allaitantes (groupes de paroles),  vous entourer de personnes de confiance, sont autant de facteurs qui vous permettront de mener à bien votre projet d’allaitement, et d’en faire une expérience unique.

 

SOURCES

Site web de La Leche League France

Association « Allaiter câlin » Brive/Tulle  : 05 55 86 18 39

L’art de l’allaitement maternel, First éditions

Livres de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau dont : « Petit guide de l’allaitement pour la mère qui travaille », et « Les 10 plus gros mensonges sur l’allaitement »

 

 

Vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le partager et à venir nous rejoindre sur notre page Facebook: ICI

Si tu veux suivre notre actualité et recevoir notre e-book GRATUIT sur: 

"AVOIR UN COUPLE EPANOUI EN 3 ETAPES", 


inscris-toi à notre newsletters ! 

( => en un clic sur la barre latérale  !) 

Une réaction au sujet de « 10 IDEES RECUES SUR L’ALLAITEMENT MATERNEL »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *